DIOCESE DE KPALIME
THÈME DE L ANNÉE PASTORALE: "NOUS SOMMES LE PEUPLE QU'IL CONDUIT DE SA MAIN. MARCHONS À LA SUITE DU CHRIST ". Visitez notre page facebook "diocèse de Kpalimé". Mgr ALOWONOU Souhaite une fructueuse année pastorale à tous les ouvriers de la moisson dans le Diocèse de Kpalimé.
THÈME DE L'ANNÉE PASTORALE 2018-2019
Nous sommes le peuple que sa main conduit. Marchons à la suite du Christ
PRIÈRE POUR LE JUBILÉ D’ARGENT DU DIOCÈSE DE KPALIMÉ
Dieu notre Père, nous te rendons grâce et nous te bénissons pour notre Église diocésaine, ta sainte famille que tu as rassemblée chez nous à Kpalimé, voici 25 ans.
FAISONS UN DON POUR HATER L'AVENEMENT DU SANCTUAIRE DE NOTRE DAME DE LA CONFIANCE DANS NOTRE DIOCESE
1 BANC = 28 000 FCFA SOIT 45 EUROS
SANCTUAIRE MARIAL
Prière pour l'avènement du Sanctuaire de Notre Dame de la confiance dans notre Diocèse.
DECISIONS-NOMINATIONS 2018 - DIOCESE DE KPALIME

NOMINATIONS
2017-2018
ANNUAIRE DIOCESAIN 2017-2018
Actualités : HOMELIE DE MGR MICHEL PANSARD A L’ORDINATION DIACONALE A ADETA LE 03 AOUT 2019

Excellence, Frères prêtres, frères et sœurs bien-aimés de Dieu, disciples de Jésus le Christ et parmi vous François, Édouard, Modeste, Justin, Gabriel, Hervé, Désiré, Médard, Nicodème, Roland, futurs diacres qui êtes-vous, qui sommes-nous ?
Nous sommes de ceux qui ont déjà fait une expérience de rencontre avec Jésus et son Évangile qui change la vie. Les adultes baptisés de Pâques témoignent souvent que leur rencontre du Christ change la vie, apporte de la nouveauté dans leur vie… Pourtant le Seigneur ne nous assure pas d’une vie tranquille ou d’un bonheur de canapé. Son appel est toujours un appel à le suivre, à marcher à sa suite, à entrer dans ses manières d’être et de faire. Nous savons que c’est risqué. Nous savons par quoi ont été marqués la vie et le ministère du Seigneur de nos vies. Nous savons où peut entrainer une vie donnée par amour.

C’est dans les fragilités du monde, comme dans celles de nos vies que le Seigneur nous rejoint et nous invite à la confiance. Avec Lui qui est passé de la mort à la vie, nous pouvons vivre nos vies d’hommes, de femmes, de jeunes, de diacres, de prêtres ou d’évêque comme des vases d’argiles portant ce trésor qu’est le Seigneur Jésus et qui fait dire à l’apôtre Paul que cette puissance ne vient pas de nous mais de Lui : pourchassés nous ne sommes pas rejoints, désespérés nous ne sommes pas sans espérance.

Vous que je vais ordonner, par bien des médiations, cette rencontre du Seigneur vous a suscités et mis en route depuis de longues années. Elle vous a donné envie de poursuivre l'aventure des disciples-missionnaires à la suite de vos ainés sur cette terre du Togo et dans votre diocèse de Kpalimé.

Cette suite du Seigneur de vos vies vous entraine aujourd’hui dans un service, un ministère original. Le choix des 7 évoqué dans le livre des actes où l’église voit une origine, une image du ministère que vous allez recevoir est un récit original. A l’origine de cette invention des apôtres, il y a des récriminations entre chrétiens, entre frères en raison de traitements désavantageux de certains.

Pour faire face à cette situation qui peut mettre à mal l’unité et la communion, les apôtres inventent, innovent pour faire face au problème sans que cela les prenne tellement qu’ils laisseraient de côté leur mission essentielle d’annoncer la parole engagée de Dieu qu’est le Christ Jésus. Cette mission réclame qu’ils le veulent et s’y engagent totalement tout en se ressourçant dans la prière comme vous-même allez le proclamer dans quelques instants, oui je le veux, et vous allez conclure en disant : oui je le veux avec la grâce de Dieu.
Cela n’est pas étranger à la maxime de l’agir attribuée me semble-t-il à Ignace de Loyola : « Agis en toute chose comme si tout dépendait de toi et rien de Dieu, pourtant mets y tout ton labeur comme si tout dépendait de Lui et rien de toi. »

Pour ce choix des 7, les apôtres donnent aussi quelques critères et confient la charge du discernement à des frères qui les présenteront, comme vous avez été présentés par ceux qui sont responsables de votre formation à votre évêque qui m’a demandé que je vous établisse dans cette charge du diaconat par l’imposition des mains et le don du Saint Esprit.

Pour vous établir dans cette charge, dans quelques instants, pendant que nous implorerons la prière de tous ceux qui nous ont précédés dans la foi, tous les saints vous allez vous allonger sur le sol en signe du don de votre vie pour le service de l'Évangile et de l'Église.

Puis avec toute l’Église nous allons appeler sur vous, la grâce de Dieu, l’Esprit de Dieu qui vous sera donné par l’imposition de mes mains. Il vous est donné pour soutenir votre désir, votre volonté. Car comme chacun d’entre nous vous savez que vous n’êtes pas si fort que cela et que vous-même, comme des petits, des pauvres, comme des vases d’argiles vous avez besoin du don de Dieu pour pouvoir vous donner totalement.

Oui, il vous faut l’Esprit Saint pour vivre ce que vous allez promettre, pour continuer à vous convertir et vous laisser ajuster à la volonté de Dieu, pour tenir, pour avancer.

L’attitude du service, service des tables, service de la juste répartition au sein de la communauté, apparait à première vue comme un partage des tâches, aux uns ceci, aux autres cela. Distinguer des services est nécessaire, car tous ne font pas tout et dans l’ensemble du corps du Christ chacun des membres est invité à prendre sa part du service que le Seigneur ressuscité confie à son Église et qui n’est pas autre chose que sa propre mission : « comme le Père m’a envoyé moi aussi je vous envoie » Jn 20.

Distinguer des services est nécessaire mais pouvons-nous les séparer ? Nous aimons souvent approcher les choses, les personnes en terme « fonctionnel », pouvoir faire ceci ou cela, ne pas faire ceci ou cela. Mais cette ordination, comme la vie chrétienne nous invite à aborder la réalité en termes sacramentels, c’est moins spontané et cela nous invite à changer de lunettes, à changer de point de vue.

D’ailleurs la suite du livre des actes nous montre le diacre Philippe annonçant Jésus -Christ à l’eunuque qui ne comprend pas de qui parle les écritures. Il nous montre aussi Etienne est entrainé dans l’aventure du témoignage, du martyr où à la suite de son Seigneur et maitre, au cœur même de la violence et de l’injustice d’hommes qui le mettent à mort, il témoigne, il aime, il pardonne, comme son Seigneur.

Pouvons-nous séparer ce que Dieu a uni : l’amour de Dieu et du prochain ? Pouvons-nous séparer ce que la liturgie du jeudi saint nous donne à voir et que l’évangile vient de nous rappeler. Jésus sert l’Évangile c’est à dire ce qui est bon et nouveau de la part de Dieu pour les hommes, en s’engageant radicalement. Il nous aime, non en donnant des choses mais en s’engageant lui-même, en se donnant lui-même. Dieu nous aime, Dieu donne, Dieu donne par-delà le premier don, il pardonne non en donnant des choses, mais en donnant de lui-même, son propre Fils. Comment devenir diacre, serviteur à la suite de Jésus le Serviteur sans être entrainer à épouser le pas de l’engagement de Dieu pour les hommes, en se tenant là où il se tient ? Mais, nous l’avons entendu dans l’évangile, les disciples ne comprennent pas, ils sont à côté de ce qui est en jeu, parce qu’ils sont préoccupés de savoir qui parmi eux est le plus grand ? Le bienheureux moine de Tibhirine, Christian de Chergé a écrit : “Prendre un tablier comme Jésus cela peut être aussi grave solennel que le don de sa vie… et donner sa vie peut être aussi simple que de prendre un tablier”

Avez-vous remarqué que l’étole diaconale se met comme un tablier. N’oubliez jamais, Diacre, vous portez un des titres du Seigneur : Serviteur. Serviteurs vous le serez en étant à la place où se tient le Seigneur au soir de la cène. « Quand Notre Seigneur est à genoux au lavement des pieds. Il résume tout ce qu’il est, tout ce qu’Il donne, tout ce qu’il apporte et la mission qu’il nous confie, qui est d’être à cette place où il se tient où il se tient, à genoux devant l’homme » (Cf. Maurice Zundel, Ta parole comme une source, p.185). Êtes-vous prêt à prendre cette place, durablement, et pas seulement durant l’année diaconale, car diacre vous le resterez même devenus prêtres ou même évêques ?

L’engagement dans ce service s'exprime aussi dans le choix que vous faites de vivre un célibat chaste. Ce choix est souvent incompris. En faisant cela vous faites le choix d’une façon de vous donner, d’une façon d’aimer les autres et de les accueillir. Dans la vie diaconale puis presbytérale, le choix du célibat chaste est le choix d’un amour pour le Christ et pour les membres de son corps qu'est l'Église. Ce choix, comme tout don d'amour est un don de vie. Ce choix s’exprime aussi dans un don du corps, parce que là où est notre corps, là aussi est notre cœur. Vous vous engagez à ne donner votre corps, votre vie à personne d’autre qu’au Christ et qu’au service des membres de son corps, qu’au service de ceux qu’il appelle « ses frères », en privilégiant toujours les petits, les pauvres, les malades et les pécheurs...

D'une manière particulière vous aurez à veiller et à aider l'église, à ne pas se payer de mots et à assurer une présence active de la charité auprès de ceux qui en ont besoin et en prenant la tenue de service, la tenue qui est la nôtre à tous au sortir du rassemblement eucharistique pour vivre de ce que nous avons tous reçu.

Je vais vous remettre l'Évangile, diacre, serviteur, vous le serez en étant serviteurs de la Parole.
 Serviteur non pas d'un livre, mais de ce dont témoigne les Écritures.
 Serviteur de la Parole de Dieu qui s'adresse aux hommes comme à des amis, parole douce comme le miel ou tranchante comme le glaive.
 Serviteur de l'engagement de Dieu contre tout ce qui fait mal aux hommes,
 Serviteur de la parole engagée de Dieu, parole d'alliance, parole vivante faite chair, faite homme.

Serviteurs, Diacres vous le serez aussi dans la liturgie où le diacre ne dit pas et ne fait pas beaucoup de chose. Il proclame l'Évangile, ce qui est bon et nouveau de la part de Dieu pour les hommes et il l'annonce à tous ceux qui sont rassemblés, même à l'évêque...

A voix basse, en versant un peu d’eau dans le vin, le diacre demande à Dieu que nous soyons tous unis intimement, viscéralement à celui qui assume définitivement notre humanité, en se faisant notre frère.
Le diacre nous invite tous à ne pas garder pour nous la paix que le Seigneur nous donne, mais à la partager. Car le don de Dieu, ce que Dieu nous donne, nous ne l'accueillons en vérité qu'en le donnant et le partageant.
Enfin, et ce n'est pas rien, le diacre, le serviteur, à la messe a le dernier mot. Il nous invite à ne pas rester là. Allez à la manière du Christ, allez en artisan de paix, allez dans la paix, allez en tenue de service pour vivre à l'égard de vos frères à la manière dont vous avez goûté que Dieu se conduit vis à vis de vous. Ite missa est, allez c’est la mission ! Amen

 

Date de publication: 2019-08-03 00:00:00 Version Imprimable