Chers frères et sœurs,
Le récit de l’évènement singulier advenu le jour de la Pentecôte n’est pas sans nous rappeler celui de la Tour de Babel. De Babel, où il y a eu confusion dans le langage unique pour en créer une diversité, ce qui me semble important de retenir c’est le fait que Dieu n’a jamais souhaité que l’humanité s’enferme dans une recherche de soi, dans une uniformité artificielle réductrice de l’immense richesse contenue dans la diversité des êtres, des peuples et des cultures. Même dispersée, le rêve de la pensée unique, du langage unique n’a jamais quitté les hommes. Qu’un peuple se lève pour dominer les autres et leur imposer sa langue et sa culture voir sa religion, l’histoire en témoigne suffisamment. Les conquêtes des empires antiques (Egyptien, Grec et Romain en particulier), les invasions barbares, la colonisation, les totalitarismes conquérants du siècle dernier ; et de nos jours le fanatisme religieux et les guerres pour ‘’établir la démocratie’’ en sont bien des manifestations et des résurgences.
L’évènement de la Pentecôte au contraire, révèle le dessein de Dieu. Par l’Esprit Saint répandu sur les apôtres, par le don des langues et le message de l’évangile proclamé et compris par tous, le Seigneur signifie qu’il est possible pour lui d’unir les peuples dans la même foi, dans le même amour dans la même espérance sans bannir leur différences spécifiques. La diversité des dons de l’Esprit vient aussi attester la richesse que constitue la différence. En réalité pour devenir chrétien, vrai adorateur de Dieu, on n’a pas besoin de changer de langue, de culture ou même de nom. L’Eglise elle -même, n’a pas toujours su comprendre et employer ce langage de la pentecôte. 
En travaillant à l’inculturation, à l’œcuménisme, au dialogue interreligieux, au dialogue avec le monde de la culture, elle essaie fort heureusement de se convertir à ce propos depuis le Concile Vatican II. Et c’est à nous aussi chrétiens et chrétiennes dans nos communautés et lieux de vies d’être les principaux acteurs de la mise en œuvre renouvelée de ce langage de la Pentecôte. Réfutons les divisions de toutes sortes. Elles ne sont pas en nous l’œuvre de l’Esprit -Saint.
La Pentecôte aujourd’hui, c’est l’audace d’annoncer, par nos actes, nos initiatives, nos paroles, (personnellement ou collectivement) la conviction de l’Espérance qui nous fait vivre dans le Christ. Le courage de témoigner de joie et d’amour du Christ aux autres dans le respect de leurs différences, de caractères, de pensées, de croyances et de cultures.
Au baptême et surtout à la confirmation nous recevons en nous les dons de l’Esprit Saint. L’Esprit a été répandu dans nos cœurs. Qu’il renouvelle en chacun de nous sa présence. Laissons-nous conduire par l’Esprit afin de porter dans nos vies ses fruits qui sont paix, joie, patience, service, foi, bonté, confiance, maîtrise de soi, amour. Oui, viens Esprit Saint! Viens puissance divine d’amour. Viens remplir nos pauvres cœurs (nos Cœurs souvent blessés, meurtris, nos cœurs parfois divisés, attristés, indifférents, insensibles aux soucis, à la douleur des autres, nos cœurs rancuniers qui refusent le pardon), purifie- les, sanctifie- les, rends–les tout à toi ! 
Viens aussi renouveler en nous tes sept dons : don de sagesse, d’intelligence, de conseil, de force, de science, de piété et la crainte de Dieu. 
Que l’Esprit Saint, le Défenseur venu d’auprès du Père, enseigne chacun et chacune d’entre nous, qu’il nous fasse souvenir et revivre la joie de notre rencontre avec le Seigneur, la joie d’être chrétien et d’en témoigner librement. Qu’il fasse que nous soyions ou devenions de ceux qui aiment le Seigneur et gardent sa parole comme il convient à des héritiers du Royaume. Amen !