Dimanche dernier, la foi nous était présentée comme confiance en Dieu qui nous sauve en nous rassemblant en un seul peuple, sans distinction de peuple ni de race. Et la foi consiste aussi à dire merci à Dieu, ce qui renforce notre unité avec lui.

En ce 29ème dimanche, nous apprenons que la foi se prouve par la persévérance dans la prière, ce qui s’obtient dans la familiarité avec les saintes Ecritures.

1- La prière incessante est la preuve de la foi.

Dans l’Evangile de ce jour, Jésus répond à une question que nous posons souvent : Si Dieu est juste, pourquoi ne fait-il pas justice ? Car il est arrivé à chacun de nous au moins une fois, devant les injustices et les absurdités de la vie, de penser que Dieu est ce juge qui se moque de nous, à l’image de celui que Jésus nous présente. Il utilise cette même image pour montrer que Dieu est le plus humain. Si un homme impitoyable peut arriver à rendre justice à un pauvre qui l’importune, combien plus Dieu qui nous aime ne nous fera pas justice grâce à son incommensurable amour quand nous crions vers lui sans cesse ? La réponse du Seigneur nous montre que la persévérance nous fera découvrir événement après événement, le visage de Dieu qui nous aime. Crier vers Dieu avec persévérance, sans désespoir, vérifie la solidité et la constance de notre foi.

2- C’est cette preuve de foi qui nous obtient la victoire.

L’acte de foi par excellence est la prière, mais une chose est de prier, une autre est d’y persévérer. Le chrétien est en perpétuel combat dans ce monde, raison pour laquelle il doit veiller à l’image du gardien d’Israël lui-même (Ps 121,4). Et la meilleure manière de veiller est de prier sans se fatiguer. Voilà pourquoi malgré la fatigue, on trouva le moyen de maintenir la main de Moïse levée, signe de persévérance et d’imploration de l’intervention divine (Ex 17, 12-13). Oui, la prière nous est présentée ici comme un acte qui nous obtient la victoire. C’est la persévérance dans la prière qui nous donne la victoire dans nos combats quotidiens. En conséquence, il est bon d’y être assidu pour que le Seigneur nous fasse justice. Ce qui est nécessaire est de savoir garder cette foi inébranlable jusqu’à la fin.

3- Pour garder une telle foi, il faut aimer l’Ecriture.

La méditation biblique est le meilleur moyen de mûrir la foi. Tel est le précieux conseil que Saint Paul nous donne aujourd’hui dans sa lettre à son disciple Timothée. Dans notre vie d’intimité avec Dieu, c’est la Parole qui nous donne la sagesse pour ne pas faillir par le découragement mais pour persévérer dans la voie de la prière et de la confiance. Car, à travers la méditation quotidienne des saintes Écritures, nous recevons l’Esprit Saint qui nous révèle et nous explique tout. En second lieu, Saint Paul nous apprend que veiller, c’est aussi annoncer ce que nous aurons appris de notre méditation de la parole « à temps et à contre temps» (2Tm 4, 2). C’est ainsi que nous ressemblerons à Dieu dans son amour pour nous puisque c’est lui qui veille à nous enseigner, reprendre, redresser, éduquer saintement par sa parole de vérité.

Prions : Seigneur ! Accorde nous la grâce de cultiver l’intimité avec votre Parole afin d’être prompt à persévérer dans le combat de la prière pour que nous obtenions toujours des victoires dans nos combats quotidiens contre les difficultés de la vie. Nous pouvons alors espérer au salut que tu nous as promis. Amen !