DIOCESE DE KPALIME
!!! ORDINATION SACERDOTALE A KPALIME LE 26 AOUT 2017 PAR MGR DUBOST MICHEL, EVEQUE D'EVRY EN FRANCE. THEME DE L'ANNEE PASTORALE :"EGLISE DE KPALIME, BRILLE DE LA LUMIERE DU CHRIST THEME DE L'ANNEE PASTORALE :EGLISE DE KPALIME, BRILLE DE LA LUMIERE DU CHRIST ET SOIS TEMOIN DE SA MISERICORDE "SOYONS RESPONSABLES DANS LA JUSTICE ET LA VERITE, LETTRE PASTORALE DE LA CET TELECHARGEABLE SUR NOTRE SITE". Visitez notre page facebook "diocese de Kpalimé" POUR ETRE AU COURANT DES EVENEMENTS DE VOTRE DIOCESE.Mgr ALOWONOU Souhaite une fructueuse année pastorale à tous les ouvriers de la moisson dans le Diocèse de Kpalimé.
FAISONS UN DON POUR HATER L'AVENEMENT DU SANCTUAIRE DE NOTRE DAME DE LA CONFIANCE DANS NOTRE DIOCESE
1 BANC = 28 000 FCFA SOIT 45 EUROS
SANCTUAIRE MARIAL
Prière pour l'avènement du Sanctuaire de Notre Dame de la confiance dans notre Diocèse.
♫ CHANT THÈME DE L'ANNÉE PASTORALE 2016-2017
Eglise de Kpalimé, brille de la lumière du Christ et sois témoin de sa miséricorde.
Wó Ha Kpalimé to, klé tso Kristo mè éyé nyé éfé nublanukpokpo fe dasedila.
2 Paroles(éwé&Français) et musique:
Père Dotse Marius

CONTACTS DIOCESE
NOMINATIONS 2016
cliquez ici
GALERIE
Suivez nos grands événements en images dans notre galerie
Actualités : QUELQUES REPERES POUR LE MONDE AUJOURD'HUI: DU DIALOGUE INTERCULTUREL AU DIALOGUR INTERRELIGIEUX PAR ABBE JULES AWU

 

Aujourd’hui plus que jamais, le monde est en ébullition. Des crises ici, des guerres par là avec leur cortège de violence et de déplacés. Dans d’autres contrées ce sont des paix chaudes. Devant tout cela, le risque est grand d’indexer une communauté, une ethnie ou de la stigmatiser. A côté de cela, il semble prévaloir dans le monde, une guerre de religion. Des symboles religieux qui sont détruits systématiquement ou s’en prend on à des chrétiens qui ne veulent rien d’autre que de vivre leur foi. Comment résoudre alors ces problèmes ? Nous avons pensé qu’il faut que les uns et les autres passent par une découverte de ce qui fait l’identité de chacun afin d’asseoir une vraie paix dans le monde. Cette réflexion se fera en deux étapes. La première traitera du dialogue interculturel et l’autre partie du dialogue interreligieux.
1ère partie : Le dialogue interculturel
Nécessité du dialogue interculturel
« Un véritable métissage conduit chacun à s’interroger sur ce à quoi il tient, à purifier tout ce qui dans son monde de vie social et culturel est simple répétition paresseuse du passé, à mieux faire apparaître ce qui, pour chacun, est le socle de ce qui lui est essentiel dans sa vision de l’homme » (Cf. Maurice Pivot, Problématique de l’interculturalité, dans « Mission de l’Eglise », 165, 2009, p.37). En effet, ce texte pose d’emblée la question de l’identité. Mais avant d’en arriver là, posons-nous la question : Comment faire exister l’autre si on oublie que cet autre c’est un autre soi-même ? Doit-on reconnaître cet autre pour lui donner une identité ou une dignité ? La réponse à toutes ces interrogations nous laisse voir que cet autre n’est personne d’autre que nous-même. Et donc, pour le comprendre, il faut que j’entre en dialogue avec lui. De ce fait, le dialogue interculturel devient un passage obligé pour la construction d’un monde juste et fraternel basé sur des valeurs qui promeuvent l’homme. Aujourd’hui où l’homme fait l’expérience de la haine mortifère, il est donc important que les uns et les autres se décident pour le dialogue. En substance, ce dialogue interculturel servira à prévenir les clivages ethniques, religieux, linguistiques et culturels d’une part et d’autre part, de cheminer ensemble tout en reconnaissant et en respectant nos différentes identités de manière constructive.
La diversité culturelle interroge mon identité
En cherchant à connaître, à rencontrer les autres, il est important de faire un travail sur soi, de se connaître soi-même. Cela oblige tout homme à poser la question de « Qui suis-je ? » Bien sûr que l’homme est complexe mais si l’on prenait le temps de se découvrir d’abord, cela voudra dire qu’on est à partir de cet instant solidement enraciné. Alors l’autre, différent de moi n’est plus un danger pour moi. Ainsi, la multiplicité des cultures loin de constituer un handicap, un danger, nous ouvre sur des réalités tout aussi grandes et inespérées. La peur de l’avenir et de l’autre ne doivent pas prendre le dessus sur ce qui définit la singularité de chacun ou d’un peuple ou d’une culture. Et donc, le « connais-toi toi-même » est encore d’actualité parce que « si on ne sait pas clairement qui on est, si on n’a pas une image positive de soi-même, on risque de rejeter sa propre culture pour s’assimiler totalement à celle de l’autre. C’est ce qu’on appelle perte de l’identité. Ou au contraire, on peur de perdre son identité en s’adaptant et donc on se replie sur soi-même en rejetant totalement l’autre » (Cf. COR UNUM, De l’interculturel à l’interreligieux, Nov-Déc. 2013, p.37). Ce dernier cas de figure tant à se généraliser aujourd’hui. C’est ce qui est à la base des difficultés que connaît notre monde. Et chacun est obligé par devoir de faire bloque pour contrer son avancée.
Le dialogue interculturel
Dans cette démarche, il ne s’agit pas qu’une culture écrase une autre ou mieux il ne s’agit pas d’oublier une culture au profit d’une autre. Mais il faut que les cultures dialoguent, s’interpénètrent et s’échangent comme dans un circuit va-et-vient. Enraciner profondément dans sa culture, on ne perd rien si on s’ouvre à une autre car « loin de nous léser, elle nous enrichit ». Cela permet aussi de rendre notre culture plus vivace. Tout ceci doit se faire dans un climat d’échange respectueux entre « les personnes, les groupes de différentes origines et traditions ethniques, culturelles, religieuses et linguistiques dans un esprit de compréhension et de respect mutuels » (Cf. COR UNUM, De l’interculturel à l’interreligieux, Nov-Déc. 2013, p.8). Par ailleurs, « le dialogue interculturel contribue à l’intégration politique, sociale, culturelle, économique, religieuse ainsi qu’à la cohésion de société culturellement diverses (Cf. COR UNUM, De l’interculturel à l’interreligieux, Nov-Déc. 2013, p.8). Cela permet également d’éviter les « isme » nouveaux qu’on rencontre actuellement dans le monde avec leur cortège de violences, de déplacements massifs des populations et de destruction de symboles qui constituent l’identité et l’héritage de tant de personnes. Dans ce dialogue, seront alors mise en exergue l’égalité, la dignité humaine, la tolérance et le respect de l’autre…
(Nous poursuivrons plus tard la seconde partie de cette réflexion)
 

Date de publication: 2015-06-12 00:00:00 Version Imprimable
L'EVEQUE
Mgr ALOWONOU Benoît
Evêque de Kpalimé

MEDITATION DE LA SEMAINE

« Courage... Confiance, Je Suis là (...) Je suis Vivant et j'agis toujours »
Frères et sœurs, j'aimerais que nous abordions cette semaine de grâce avec ces parol

::.La suite

HOMELIES ET TEXTES DE MGR
NOUVELLE FORMULE DU "PATER NOSTER" EN EWE
"
NOS LIENS
CATECHESE DU PAPE JEAN PAUL II
SUR LE PRETRE
| Administration | | Nous écrire | Webmail
© 2009-2017 Diocèse de Kpalimé
Design by Père Albert Komlan Gblokpor | email: admin@diocesedekpalime.tg