DIOCESE DE KPALIME
Mgr ALOWONOU BENOÎT SOUHAITE À TOUS BONNE ANNEE 2018. THEME DE L ANNEE PASTORALE: "EGLISE DE KPALIME BRILLE DE LA LUMIERE DU CHRIST ET SOIS TEMOIN DE SA MISERICORDE ". Visitez notre page facebook "diocese de Kpalimé". Mgr ALOWONOU Souhaite une fructueuse année pastorale à tous les ouvriers de la moisson dans le Diocèse de Kpalimé.
FAISONS UN DON POUR HATER L'AVENEMENT DU SANCTUAIRE DE NOTRE DAME DE LA CONFIANCE DANS NOTRE DIOCESE
1 BANC = 28 000 FCFA SOIT 45 EUROS
SANCTUAIRE MARIAL
Prière pour l'avènement du Sanctuaire de Notre Dame de la confiance dans notre Diocèse.
♫ CHANT THÈME DE L'ANNÉE PASTORALE 2016-2017
Eglise de Kpalimé, brille de la lumière du Christ et sois témoin de sa miséricorde.
Wó Ha Kpalimé to, klé tso Kristo mè éyé nyé éfé nublanukpokpo fe dasedila.
2 Paroles(éwé&Français) et musique:
Père Dotse Marius

NOMINATIONS
2017-2018
ANNUAIRE DIOCESAIN 2017-2018
Actualités : HOMELIE EN LA SOLENNITE DE L’EPIPHANIE DU SEIGNEUR – B / RP AMEWU OSCAR

Bien aimés du Seigneur,
Une rumeur court dans la ville de Jérusalem, un signe dans le ciel, une étoile qui suscite une question : où est le roi des juifs qui vient de naître ?
A la page frontispice de cette péricope de Saint Matthieu, il est clair qu’une couronne royale est en jeu : qui est réellement le «roi» des juifs? Hérode, le tyran puissant, meurtrier et violent? Ou bien Jésus, cet enfant, faible, désarmé, qu’on aura crucifié plus tard? Pour l’instant « le roi Hérode est bouleversé et tout Jérusalem avec lui ». Toutefois il ne tardera pas à se manifester car l’étoile jouera bien son rôle de guide jusqu’à Bethlehem. C’est d’ailleurs le sens même du mystère que nous célébrons aujourd’hui : l’Epiphanie, la manifestation de Dieu aux hommes.
Mais tenez-vous bien, une surprise nous attend. En effet, Matthieu a écrit son évangile pour les chrétiens d’origine juive de Syrie. Ceux-ci se croyaient supérieurs au reste du monde parce qu’ils appartenaient au peuple choisi. C’est bien devant cet orgueil et cet exclusivisme hérités de l’Ancien Testament que l’évangéliste invite à reconnaître le «roi des juifs» dans un petit enfant, déposé dans une mangeoire. Ce ne sont pas les grands prêtres ou religieux d’Israël qui le découvrent, mais des «étrangers» venant de loin et exerçant une profession méprisée, l’astrologie. Pour se manifester à l’humanité tout entière le Seigneur a dû dans une nuit douce défoncer les portes de Jérusalem, cassé le mur de la séparation, renversé les idéologies afin que l’univers reconnaisse qui il est vraiment : le roi des juifs et plus encore de l’univers.
Les cadeaux des mages sont bien explicites : l’or, l’encens et la myrrhe. L’or nous dit qu’il est roi ; L’encens qu’il est Dieu ; la myrrhe enfin, avec laquelle on embaumait les morts nous dit qu’il est homme, destiné à mourir. Tout le mystère concernant cet enfant couché dans la mangeoire est dévoilé par les païens venus d’orient. C’est bien là encore un scandale pour les juifs et une interpellation pour chaque chrétien aujourd’hui. Dieu peut donc se servir de ceux que nous avons déjà étiqueté, marginalisé voire damné pour accomplir son œuvre salutaire car, « ce qui est folie dans le monde, Dieu l’a choisi pour confondre les sages ; (…) ce qui dans le monde est vil et méprisé, ce qui n’est pas, Dieu l’a choisi pour réduire à rien ce qui est, afin qu’aucune créature ne puisse s’enorgueillir devant Dieu ». (1Co 1,27- 29)
Bien aimés du Seigneur, comme les gens de Jérusalem, beaucoup parmi nous croient déjà posséder la vérité et ne font plus aucun effort. Ils ont cessé de chercher Dieu. Or voici que les mages quittent l’Orient pour chercher leur Dieu. Aussi est-il que ces mages représentent tous les gents en quête de la lumière et de la vérité et qui se mettent en route car la vie chrétienne n’est jamais statique ; elle est toujours dynamique.
À travers cette fête, Matthieu s’adresse à chacun et à chacune de nous. Il nous interroge sur notre attitude envers Dieu : Sommes-nous comme les sages d’Orient qui partent à la recherche du sauveur ou comme les habitants de Jérusalem qui attendent que le messie tombe du ciel à la manière décrite par le prophète Daniel (Dn 7, 13)?
Il arrive souvent dans nos vies qu’un «signe» nous est donné, un signe qui nous provoque et nous interroge. Ce n’est pas nécessairement une étoile, mais peut-être une personne rencontrée; un livre qui nous tombe sous la main; un film qui nous traverse l’esprit et le cœur, un événement inattendu : une maladie grave, un enfant qui naît, une perte d’emploi, un nouveau travail ou une nouvelle responsabilité, etc.
En cette fête de l’Épiphanie, profitons de ces «signes» pour devenir, nous aussi, des chercheurs de Dieu.

Date de publication: 2018-01-06 00:00:00 Version Imprimable
L'EVEQUE
Mgr ALOWONOU Benoît
Evêque de Kpalimé

MEDITATION DE LA SEMAINE

« Il appela ceux qu'il voulait » (Marc 3, 12)
Les textes de cette 2e semaine nous parlent de l’appel de Dieu à l’homme. Nous retrouvons les récits de l’appel du jeune Samuel qui veillai

::.La suite

HOMELIES ET TEXTES DE MGR
NOUVELLE FORMULE DU "PATER NOSTER" EN EWE
"
NOS LIENS
CATECHESE DU PAPE JEAN PAUL II
SUR LE PRETRE
| Administration | | Nous écrire | Webmail
© 2009-2018 Diocèse de Kpalimé
Design by Père Albert Komlan Gblokpor | email: admin@diocesedekpalime.tg