DIOCESE DE KPALIME
CHRIST EST VRAIMENT RESSUSCITÉ ALLELUIA ALLELUIA!!! JOYEUSES FÊTES DE PÂQUES Á TOUTES ET TOUS. THEME DE L ANNEE PASTORALE: "EGLISE DE KPALIME BRILLE DE LA LUMIERE DU CHRIST ET SOIS TEMOIN DE SA MISERICORDE ". Visitez notre page facebook "diocese de Kpalimé". Mgr ALOWONOU Souhaite une fructueuse année pastorale à tous les ouvriers de la moisson dans le Diocèse de Kpalimé.
FAISONS UN DON POUR HATER L'AVENEMENT DU SANCTUAIRE DE NOTRE DAME DE LA CONFIANCE DANS NOTRE DIOCESE
1 BANC = 28 000 FCFA SOIT 45 EUROS
SANCTUAIRE MARIAL
Prière pour l'avènement du Sanctuaire de Notre Dame de la confiance dans notre Diocèse.
♫ CHANT THÈME DE L'ANNÉE PASTORALE 2016-2017
Eglise de Kpalimé, brille de la lumière du Christ et sois témoin de sa miséricorde.
Wó Ha Kpalimé to, klé tso Kristo mè éyé nyé éfé nublanukpokpo fe dasedila.
2 Paroles(éwé&Français) et musique:
Père Dotse Marius

NOMINATIONS
2017-2018
ANNUAIRE DIOCESAIN 2017-2018
Actualités : MESSAGE DE MGR BENOIT ALOWONOU POUR LE CAREME 2018

MESSAGE DE MGR BENOIT ALOWONOU POUR LE CARÊME 2018
« Gardez courage, j’ai vaincu le monde » (Jn 16,33)
Chers frères et sœurs,
Le Carême nous donne une fois encore, l’occasion de nous engager sur le chemin de la conversion, le chemin du retour au Seigneur de tout notre cœur. Le Carême est aussi l’occasion précieuse pour méditer la Parole de vie, Parole à l’origine de notre foi, Parole qui nourrit notre foi, Parole qui relève et guérit. Pendant les 40 jours qui nous conduisent à Pâques, nous voici donc appelés, de nouveau, par le Seigneur à être attentifs à sa voix. Aujourd’hui comme hier, il nous dit: « Ecoute, mon peuple et sois attentif ».
Une parole en particulier retiendra notre attention. Une parole de consolation que Jésus a adressée à ses disciples au cours de la dernière cène, la nuit même où il fut livré.
«Je vous ai dit ces choses pour que vous ayez la paix en moi. Dans le monde vous connaîtrez l’épreuve. Mais gardez courage ! J’ai vaincu le monde».
Jésus disait cela à ses amis au moment où il quittait ce monde, après leur avoir confié la mission d’y continuer son œuvre. Il savait que, comme lui, ils connaîtront les difficultés et les épreuves, la haine, la persécution, et même la mort. Pourtant, il ne les appelle pas à fuir le monde. Il leur demande de s’appuyer sur sa parole et de garder courage.
Gardez courage, j’ai vaincu le monde
Aujourd’hui, cette parole s’adresse à chacun de nous comme une source de confiance et d’espérance, car tous ceux qui croient au nom du Seigneur sont les destinataires de sa parole. Et, même s’il n’est pas donné à tous de connaitre les persécutions ou le martyre au nom de la foi au Christ, tous sont appelés à affronter l’épreuve de la foi, le bon combat : « Dans le monde, vous connaîtrez l’épreuve » !
Au moment où nous entrons en Carême, chacun de nous a conscience des difficultés de sa vie personnelle ou celle de ses proches : maladie, chômage, problèmes financiers, mésententes dans les familles ou dans nos services etc…et aussi la difficulté à vaincre le mal qui s’enracine dans le cœur sous forme de haine, de colère et de violence, ou encore la difficulté à se laisser conduire dans la confiance. Ces problèmes sont inhérents à la nature humaine et sont le lieu du combat de la foi. L’épreuve de la foi, c’est la manière dont nous affrontons les évènements de la vie, les choix que nous faisons face à l’épreuve ou pour les éviter, en contradiction ou en accord avec l’esprit du monde.
Gardez courage, j’ai vaincu le monde
Jésus nous rappelle que notre secours est dans le nom du Seigneur. C’est lui qui nous assure la victoire dans l’épreuve. Sans lui, tout effort est vain. Avec lui, la victoire est assurée.
Mais pour bien comprendre le sens de ces mots, nous devrons nous rappeler de quel monde parle Jésus et comment il l’a vaincu pour nous.
Ce monde, en effet, ce n’est pas les personnes, ni la nature. Le monde que le Christ a vaincu, c’est plutôt une façon de penser et d’agir, contraire à la volonté de Dieu. Ce monde, ce sont des attitudes contraires à la parole de Dieu et à ses commandements, ce sont les puissances qui s'opposent à Dieu. St Paul écrit dans ce sens : « Ne vous conformez pas à ce monde » (Rom. 12 : 2). Pour St Jean, ce monde est incapable de recevoir l’Esprit de Vérité, « parce qu’il ne le voit ni ne le reconnaît» (14, 17).
Jésus a vaincu ce monde qui s’oppose à Dieu par l’obéissance et l’attachement à la volonté du Père. Lui qui est venu détruire les œuvres de Satan, nous a montrés comment lui résister. En effet, par trois fois au désert, lorsqu’il fut tenté, il a répondu par ces mots : « il est écrit ! ». Jésus oppose à Satan, le seul argument authentique : l'obéissance, la conformité à la volonté de Dieu, qui est le fondement de notre être (Benoît XVI) :« Si nous aussi, nous conservons la Parole de Dieu dans notre intelligence et dans notre cœur, si elle entre dans notre vie, si nous avons confiance en Dieu, nous pouvons repousser toute sorte de tromperie du Tentateur ».
Dans le désert où l’Esprit du Christ nous attire, désert qui symbolise le monde et notre vie, nous sommes constamment nous aussi confrontés aux tentations de l’Adversaire. Saurons-nous utiliser les mêmes armes que Jésus ? Saurons-nous résister, comme lui à la tentation de vouloir utiliser Dieu pour satisfaire notre faim, pour remplir notre portefeuille, pour le pouvoir, ou encore pour satisfaire notre vanité ? La lettre aux Hébreux, nous rappelle l’exemple de Jésus : « le grand prêtre que nous avons n'est pas incapable, lui, de partager nos faiblesses ; en toutes choses, il a connu l'épreuve comme nous, et il n'a pas péché. »
Gardez courage, j’ai vaincu le monde
Ce qui nous fait triompher des séductions du monde, c’est notre foi, la foi qui vient de la Parole de Dieu. Dans notre effort de Carême, la parole que nous méditons nous invite à entrer dans la victoire par le même chemin, en vivant dans le monde comme le lieu du combat de la foi, le lieu de notre sainteté. Le Pape François dit que le chemin de la sainteté demande du courage, le courage d’aller de l’avant, précise-t-il. Les difficultés, les épreuves, font partie de la route pour parvenir à la gloire de Dieu, comme pour Jésus, qui a été glorifié sur la Croix. Il ne faut pas se décourager, car nous avons la force de l’Esprit Saint pour vaincre ces épreuves, ajoute le Saint Père.
Le découragement est une arme redoutable entre les mains de l’Ennemi de nos âmes. Le chrétien qui se décourage sur le chemin à la suite du Christ fera triompher l’Ennemi. Nous avons le devoir de combattre le découragement par le souvenir du Seigneur et par la prière. Que veut dire cela ? Dans le découragement, nous avons tendance à laisser la place à notre sentiment de peur, au lieu de nous rappeler ce que le Seigneur nous a promis et ce qu’Il est. Or, la vie chrétienne ne doit pas être à la merci de nos ressentis mais de la vérité de Jésus Christ. C’est ce que saint Paul a voulu dire à Timothée, au moment où certains ont abandonné le combat : «Souviens-toi de Jésus-Christ ressuscité d’entre les morts. Il est notre salut, notre gloire éternelle » (2 Timothée 2. 8-13). La prière est le moyen par lequel nous sommes fortifiés par l’Esprit de Dieu, c’est l’antidote du découragement.
Gardez courage, j’ai vaincu le monde
Le Seigneur nous assure qu’il est à la fois notre force et notre victoire dans les épreuves de la vie. Nous ne sommes pas seuls, il est avec nous, il est toujours avec nous, compagnon fidèle de l’aube à la nuit. Dans l’Eucharistie, Jésus se fait notre pain pour la route. Au cours de notre montée vers Pâques, j’invite les fils et les filles de notre diocèse à cultiver l’amitié avec le Sauveur du monde, réellement présent dans le Saint-Sacrement. J’invite chacun de nous à une visite quotidienne à Jésus présent dans l’Eucharistie, particulièrement durant ce carême.
Au seuil de notre marche vers Pâques et durant tout le temps du Carême, confions au Seigneur notre pays, nos vies, notre être, nos proches et nos familles. Avec lui, nous croyons que le mal et le mensonge ne seront jamais victorieux. Avec lui, nous savons que nos routes d’épreuves, comme le chemin de la croix, mènent à la victoire de Pâques.
Bon et saint Carême à tous.


Fait à Paris, le 11 février 2018, en la fête de Notre Dame de Lourdes


Mgr Benoit ALOWONOU
Evêque de Kpalimé

Date de publication: 2018-02-14 00:00:00 Version Imprimable
L'EVEQUE
Mgr ALOWONOU Benoît
Evêque de Kpalimé

MEDITATION DE LA SEMAINE

« Alors leur apparurent des langues qu’on aurait dites de feu, qui se partageaient, et il s’en posa une sur chacun d’eux. Tous furent remplis d’Esprit Saint »
C’est la Pentecôte, c’est-à-dire la descente de l’Esprit Saint s

::.La suite

HOMELIES ET TEXTES DE MGR
NOUVELLE FORMULE DU "PATER NOSTER" EN EWE
"
NOS LIENS
CATECHESE DU PAPE JEAN PAUL II
SUR LE PRETRE
| Administration | | Nous écrire | Webmail
© 2009-2018 Diocèse de Kpalimé