DIOCESE DE KPALIME
Les ordinations diaconale et presbytérale du diocèse auront lieu le 13 Octobre à Kpalimé et le 20 octobre Notsé Prions pour les futurs ordinands. THEME DE L ANNÉE PASTORALE: "NOUS SOMMES LE PEUPLE QU'IL CONDUIT DE SA MAIN. MARCHONS À LA SUITE DU CHRIST ". Visitez notre page facebook "diocèse de Kpalimé". Mgr ALOWONOU Souhaite une fructueuse année pastorale à tous les ouvriers de la moisson dans le Diocèse de Kpalimé.
DECISIONS-NOMINATIONS 2018 - DIOCESE DE KPALIME
FAISONS UN DON POUR HATER L'AVENEMENT DU SANCTUAIRE DE NOTRE DAME DE LA CONFIANCE DANS NOTRE DIOCESE
1 BANC = 28 000 FCFA SOIT 45 EUROS
SANCTUAIRE MARIAL
Prière pour l'avènement du Sanctuaire de Notre Dame de la confiance dans notre Diocèse.
♫ CHANT THÈME DE L'ANNÉE PASTORALE 2016-2017
Eglise de Kpalimé, brille de la lumière du Christ et sois témoin de sa miséricorde.
Wó Ha Kpalimé to, klé tso Kristo mè éyé nyé éfé nublanukpokpo fe dasedila.
2 Paroles(éwé&Français) et musique:
Père Dotse Marius

NOMINATIONS
2017-2018
ANNUAIRE DIOCESAIN 2017-2018
Actualités : HOMELIE DE MONSEIGNEUR BENOIT ALOWONOU LE DIMANCHE DES RAMEAUX ET DE LA PASSION DE NOTRE SEIGNEUR, ANNEE B

Frères et Sœurs
Nous sommes arrivés au début de la semaine sainte, sommet de l’année liturgique, semaine qui nous fait méditer « l’heure où le Fils de l’homme doit être glorifié » (Jean 12. 23), Semaine sainte, à cause de la grandeur et de la sainteté des mystères que l’on y célèbre", disait Saint Jean Chrysostome.
La semaine sainte s’ouvre aujourd’hui, (Dimanche des rameaux), par l’entrée triomphale du Christ à Jérusalem. Le dimanche des rameaux est ainsi appelé, car nous bénissons les branches et les rameaux avec lesquels nous allons à la rencontre du Christ, qui fait sa dernière entrée à Jérusalem, la Ville sainte, la ville de la Passion et de la Résurrection. Aujourd’hui, comme jadis à Jérusalem, nous célébrons Jésus, roi humble et pauvre et nous reconnaissons en lui le Messie, celui qui vient au nom du Seigneur.
Mais que signifient les rameaux que nous tenons entre nos mains et que nous allons déposer dans nos chambres et dans nos maisons? Chez les Juifs, dans l'ancien testament, tenir en main des branches d’arbres était un signe d’allégresse pour honorer Dieu. Cette tradition se trouve dans le livre du Lévitique qui la prescrit en ces mots : « Le premier jour de la fête… vous porterez des rameaux de palmier, des branches avec leur feuillage, vous en détacherez des saules du torrent, et vous vous livrerez à la joie, en présence du Seigneur votre Dieu ». (Levit. 23, 40).
Au seuil de la semaine sainte, les rameaux nous rappellent que le Crucifié est le Seigneur, le Fils de Dieu, comme nous venons de l’entendre de sa bouche, en réponse à ses juges qui l’interrogeaient: « Es-tu le Christ, le Fils du Dieu béni ? « Je le suis. Et vous verrez le Fils de l’homme siéger à la droite du Tout-Puissant, et venir parmi les nuées du ciel. »

Frères et Sœurs,

Ce dimanche est encore appelé le dimanche de la Passion, et je crois que c’est le nom qui illustre le mieux, le sens de la célébration de ce jour, car c’est le seul dimanche de l’année liturgique où toutes les textes liturgiques y compris le psaume, nous font méditer les thèmes de souffrance et de passion, les souffrances du juste qui culminent dans la Passion du Christ, l’homme des Douleurs. Dans la première lecture, le prophète Isaïe dit que le Seigneur lui a donné le langage pour soutenir celui qui est épuisé. Lui même serviteur de Dieu, a présenté son dos à ceux qui le frappaient, et ses joues à ceux qui arrachaient sa barbe. Il n’a pas caché sa face aux outrages et aux crachats. Dans son épreuve, il dit son assurance qu’il ne sera pas abandonné.
La 2e lecture nous rappelle que Jésus s’est abaissé, devenant obéissant jusqu’à la mort, et la mort de la croix. Sa passion est un don de lui-même, selon le dessein du Père pour notre salut. Dans l’Evangile, st Marc nous présente le récit des évènements de la passion. Jésus humilié sous les outrages, abandonné et trahi par les siens, est jugé et condamné. Il meurt comme un malfaiteur, mais cette mort qui est un échec aux yeux de ses bourreaux, est l’évènement qui provoque une véritable profession de foi dans la bouche d'un païen, centurion de l'armée romaine : "Vraiment cet homme était Fils de Dieu".

Frères et Sœurs,

Dans quelques jours, nous célèbrerons la mort du Christ, notre divin Sauveur, immolé sur le bois de la Croix. L’Église nous invite tous, à vivre le drame de la Passion et de la mort de Celui qui est passé au milieu des siens en faisant le bien. Le Christ lui même dira à ceux qui projetaient de le tuer : « J’ai passé ma vie à faire de bonnes œuvres au milieu de vous. Pour lesquelles de ces bonnes œuvres voulez-vous me tuer? » L’Église met devant nos yeux l’homme-Dieu souffrant, elle nous invite à méditer dans un recueillement, jusqu’où l’amour véritable peut conduire celui qui aime.
C’est pour exprimer l’amour du Christ, et son abaissement, que la liturgie de l’Église couvre de voile les crucifix, les statues et tout ce qui, dans les lieux de prière peuvent exprimer aux yeux des hommes, la grandeur de la beauté physique.
De même, pour marquer le deuil et la tristesse qu’inspirent les souffrances et la mort du Seigneur, et aussi pour orienter nos prières et notre méditation vers le mystère de la passion du Christ, l’Église durant ce temps de carême enlève de sa liturgie les manifestations d’allégresse comme le gloria et l’alléluia. Plus particulièrement pendant le temps de la passion, elle cache à nos yeux les crucifix précieux et richement orné.
C’est dans cet esprit que la liturgie de ce dimanche, premier jour de la semaine sainte, nous invite à prier le psaume 22 qui est un long cri d’un croyant en détresse. Il s’adresse à son Dieu, en évoquant son angoisse et les tortures que lui infligent ses bourreaux. Il crie son sentiment d’être seul devant la mort qui est proche. Mais au fond de son malheur, il ne perd pas confiance en Dieu qui semble pourtant l’avoir abandonné aux mains de ses ennemis.
En ce dimanche des Rameaux et de la Passion, l’Église prie ce psaume avec le Christ, qui a crié à Dieu avec les paroles de ce psaume, sur la croix. Nous prions ce psaume avec Jésus, l’homme des douleurs, pour entrer avec lui dans le mystère de sa mort et de sa résurrection.
«Priez pour ne pas entrer en tentation », nous dit Jésus. Et la plus grande tentation qui guette le croyant en détresse, c’est le désespoir.
En union avec le Christ qui a prié le Père dans sa Passion, demandons nous aussi, dans cette semaine sainte, la grâce de « prier sans cesse ».

Date de publication: 2018-03-25 00:00:00 Version Imprimable
L'EVEQUE
Mgr ALOWONOU Benoît
Evêque de Kpalimé

MEDITATION DE LA SEMAINE

MEDITATION DU 28ème SEMAINE DU TEMPS ORDINAIRE / ANNEE B
Bien aimé du Seigneur,
La rencontre entre Jésus et le jeune homme riche en quête du bon moyen pour accéder au Roya

::.La suite

HOMELIES ET TEXTES DE MGR
NOUVELLE FORMULE DU "PATER NOSTER" EN EWE
"
NOS LIENS
CATECHESE DU PAPE JEAN PAUL II
SUR LE PRETRE
| Administration | | Nous écrire | Webmail
© 2009-2018 Diocèse de Kpalimé
Design by Fr. Albert Komlan Gblokpor