DIOCESE DE KPALIME
THÈME DE L ANNÉE PASTORALE: "NOUS SOMMES LE PEUPLE QU'IL CONDUIT DE SA MAIN. MARCHONS À LA SUITE DU CHRIST ". Visitez notre page facebook "diocèse de Kpalimé". Mgr ALOWONOU Souhaite une fructueuse année pastorale à tous les ouvriers de la moisson dans le Diocèse de Kpalimé.
THÈME DE L'ANNÉE PASTORALE 2018-2019
Nous sommes le peuple que sa main conduit. Marchons à la suite du Christ
PRIÈRE POUR LE JUBILÉ D’ARGENT DU DIOCÈSE DE KPALIMÉ
Dieu notre Père, nous te rendons grâce et nous te bénissons pour notre Église diocésaine, ta sainte famille que tu as rassemblée chez nous à Kpalimé, voici 25 ans.
FAISONS UN DON POUR HATER L'AVENEMENT DU SANCTUAIRE DE NOTRE DAME DE LA CONFIANCE DANS NOTRE DIOCESE
1 BANC = 28 000 FCFA SOIT 45 EUROS
SANCTUAIRE MARIAL
Prière pour l'avènement du Sanctuaire de Notre Dame de la confiance dans notre Diocèse.
DECISIONS-NOMINATIONS 2018 - DIOCESE DE KPALIME

NOMINATIONS
2017-2018
ANNUAIRE DIOCESAIN 2017-2018
Actualités : HOMELIE DE MGR BENOIT ALOWONOU A L'OCCASION DE L'ASSEMBLEE GENERALE DES PRETRES DIOCESAINS DU TOGO LE JEUDI 10 JANVIER 2019

L’Esprit du Seigneur est sur moi parce que le Seigneur m’a consacré par onction. Il m’a envoyé apporter la Bonne Nouvelle aux pauvres, annoncer aux captifs qu’ils sont libres, et aux aveugles qu’ils verront la lumière ; apporter aux opprimés la libération, annoncer une année de bienfaits accordée par le Seigneur ».

Excellence Monseigneur Dominique GUIGBILE, Évêque de Dapaong,
Très Révérends Pères Vicaires Généraux et Épiscopaux,
Révérends Pères, tous Frères dans l’unique sacerdoce du Christ,
Frères et Sœurs de la vie consacrée,
Frères et Sœurs en Christ,
Auditeurs et auditrices de Radio Maria Togo, tous très chers au cœur de la Vierge Marie Notre Dame de la Confiance et La Mère du Lendemain Meilleur, Mère du Souverain Prêtre et Mère des prêtres,

Au premier mois de chaque année, le Seigneur nous fait la grâce de rassembler tous les prêtres diocésains du Togo pour qu’ils se retrouvent en frères, qu’ils prient ensemble, qu’ils revivent ensemble le lien qui les unit au Christ, dans le Christ et pour le Christ. Cette rencontre de la Fraternité nous rappelle une autre rencontre de l’année liturgique : la Messe Chrismale, la grande célébration diocésaine de la Semaine Sainte où le presbyterium se retrouve autour de l’évêque pour vivre la fraternité sacerdotale, renouveler les promesses sacerdotales, prier avec l’évêque et pour bénir et consacrer les huiles de sanctification et de bénédiction.
A la Messe Chrismale, comme aujourd’hui, l’Eglise nous fait méditer les paroles du Christ dans la synagogue de Nazareth, la ville où il est né et où est connu comme le fils de Marie et de Joseph, et pas du tout comme l’Envoyé du Père, le Messie attendu par tout le peuple.
C’est une heureuse coïncidence, c’est même un signe de la Providence que ce passage de l’Évangile que beaucoup de prêtres ont médité le jour de leur ordination diaconale ou presbytérale, soit proclamé en ce jour, ce jeudi, jour de l’eucharistie où nous célébrerons cette messe qui nous unit à tous nos évêques du Togo à travers la présidence liturgique de l’évêque chargé des séminaires et du clergé en présence du benjamin de l’épiscopat du Togo. Nous pouvons lire à travers ce signe de la Providence, un appel à l’amour et à la fraternité, en écho à ce que nous dit saint Jean dans la première lecture. « Celui qui aime Dieu, qu’il aime aussi ses frères » N’est-ce pas là le sens premier de notre Assemblée Générale de la fraternité des prêtres diocésains du Togo?

Frères et Sœurs

Avant de venir dans la synagogue, Jésus suscitait beaucoup d’interrogation. Les gens qui l’ont vu grandir au milieu d’eux disaient : « n’est-il pas le fils du charpentier? N’est-ce pas Marie qui est sa mère? Jacques, Joseph, Simon et Jude, ne sont-ils pas ses frères? Et ses sœurs ne sont-elles pas toutes parmi nous? D'où lui viennent donc toutes ces choses. (Mat 13, 55, 56).
Nous allons tirer trois enseignements dans ce passage évangélique que l’Eglise nous fait méditer ce jeudi après l’Epiphanie.

On peut dire que dans la synagogue, Jésus saisit l’occasion de répondre à l’étonnement et l’incrédulité des siens, et aussi dire à ceux qui écoutaient ce jour-là, la lecture de la Prophétie d’Isaïe, que celle-ci se réalise devant leurs yeux. Ce passage du Livre d’Isaïe concerne la venue du Messie. Déjà, la première incompréhension se situe au niveau du sens du Messie et de son sacerdoce de grand prêtre. L’oint du Seigneur annoncé par Isaïe, le peuple ne l’imaginait en dehors d’un grand Prêtre selon la loi mosaïque. Or Jésus ne pouvait pas, du fait de son origine familiale, prétendre être ce Messie : il ne descendait pas d’Aaron. Mais, comme le rappelle Benoit XVI, Jésus est devenu le grand prêtre, non pas selon la descendance d’Aaron, mais pour avoir pris sur lui tout le péché du monde comme Agneau de Dieu. Et c’est le Père qui lui confie ce sacerdoce au moment même où Jésus passe de la mort à la résurrection. Le sacerdoce du Christ dépend de sa relation unique avec Dieu.”.

Le deuxième enseignement que nous pouvons retenir de ce passage, est le respect qui est dû à la liturgie de la parole. En effet, à la synagogue, quand Jésus referme le livre, il le rend au servant, il s’assit. Image d’un rite bien suivi que saint Luc nous décrit magnifiquement. Le rite de la célébration de la parole présidé par Jésus ce jour-là dans la synagogue de Nazareth, nous est décrit, comme pour nous dire aujourd’hui que le respect de la liturgie de l’Eglise est le préalable et le cadre indispensable de la prédication du prêtre.
Le Père Noël QUESSON, dans son livre Parole de Dieu Tome I, souligne que Jésus s’est soumis au jeune servant (certainement le cérémoniaire) à qui il a remis le livre après l’avoir fermé, parce que, précise l’auteur, la Parole de Dieu mérite vénération et respect. Le désordre dit-il, n’a jamais été un signe de respect. Dans les gestes qu’on fait, on montre ce qu’on considère comme sacré et important.
Et dans la liturgie c’est Dieu qui nous invite à prêter l’oreille à sa voix, c’est Lui qui vient chez nous, car comme nous le confessons, au commencement était la Parole, la parole est Dieu ». La beauté de la liturgie fait partie de ce mystère ; elle est l’expression très haute de la gloire de Dieu et elle constitue, en un sens, le ciel qui vient sur la terre, nous dit Benoît XVI. Voilà pourquoi nous ne ferons jamais assez pour rendre beaux nos rites et la liturgie de l’Eglise. (Homélie de la célébration des Vêpres à ND de Paris, 12/09/2008).

Le troisième enseignement, de la prédication de Jésus, c’est le sens de l’aujourd’hui de Dieu.
Jésus, après avoir rendu le livre au servant, s’assit pour prononcer son homélie.
Quels ont été les premiers mots de sa prédication? Les voici :
« Cette parole de l’Ecriture que vous venez d’entendre c’est aujourd’hui qu’elle s’accomplit »

Frères et Sœurs,

Le but de toute homélie est d’actualiser la parole de Dieu, la rendre proche de ceux qui l’écoutent. La parole de Dieu est parole vivante, parole de vie et parole pour aujourd’hui. Montrer que la parole éternelle vient sans cesse à notre rencontre et entre dans notre vie, pour être la réponse à nos questions, nous transformer et nous guérir de nos blessures, blessures du péché, de l’erreur et du doute. La parole que Jésus nous annonce par son Église et qu’il fait passer par la prédication de ses prêtres est une parole pour aujourd’hui, car c’est aujourd’hui que Dieu veut accomplir la parole que nous annonçons. Et, à ce propos, cette parole peut nous être agréable à entendre, comme elle peut être dure, difficile, aussi, lorsqu’elle met à nu la vérité de notre être. C’est, exactement ce qui s’est passé à la synagogue de Nazareth. St Luc nous rapporte comment les habitants de Nazareth présents dans la synagogue s’étaient d’abord réjouis de l’annonce de la venue du Messie, avant d’entrainer Jésus hors de la ville, pour le précipiter du haut de la montagne, lorsqu’ils ont compris que sa prédication dévoilait leur égoïsme et leur manque de foi. Aujourd’hui, comme l’a annoncé st Paul à Timothée «.il viendra un temps où les hommes ne supporteront pas la saine doctrine; mais, ayant la démangeaison d'entendre des choses agréables, ils se donneront une foule de docteurs selon leurs propres désirs ». La parole de Dieu est vérité, elle est vivante et efficace, plus tranchante qu'une épée à deux tranchants, pénétrante jusqu'à partager l'âme et l'esprit, jointures et moelles ; elle juge les sentiments et les pensées du cœur, dit la Lettre aux Hébreux 4:12.

Chers Pères, messagers de l’Evangile, vous dont les pieds sont beaux sur la montagne, comme le chante le prophète Isaïe, nous devons prier et toujours prier pour nous-mêmes, afin que toujours et toujours la lumière de l’Esprit reçu par l’imposition des mains à l’ordination, nous remplisse dans la préparation de nos prédications et au cours de nos homélies, comme ce fut le cas pour Jésus sur qui l’Esprit s’est reposé dans la synagogue. Que cet Esprit qui nous a consacrés par l’onction nous éclaire afin que toutes nos prédications traduisent la Bonne Nouvelle de Jésus Christ dans le langage du Togolais d’aujourd’hui, et dans le langage de nos contemporains.

Frères et Sœurs,

Cette parole de l’Ecriture, que vous venez d’entendre, c’est aujourd’hui qu’elle s’accomplit.

Aujourd’hui est le moment favorable, aujourd’hui est le jour du salut. Aujourd’hui, le Seigneur nous demande de le reconnaître et de l'accueillir, car il se révèle en nos évènements, aujourd’hui.

Il nous demande d’annoncer au Togolais d’aujourd’hui le message de l’amour et de vérité. Tout repose sur ce mystère d’amour d’un Dieu Père qui toujours nous a aimés le premier et nous fait toujours confiance et il nous aime tel que nous sommes c’est à dire pécheur pardonnés, sanctifiés, purifiés par l’onction et envoyés pour annoncer la vérité qui libère les captifs, qui ouvrent les yeux des aveugles qui ne voient pas les merveilles que Dieu fait dans leur vie et donner confiance aux désespérés.

Frères et Sœurs en Christ,

Si quelqu’un dit qu’il aime Dieu, déclare Saint Jean, et qu’il n’aime pas son frère, ou parle mal de son frère ou détruit son frère ou qu’il a de haine contre lui, c’est un menteur. L’amour du prochain est le test et la mesure de notre amour pour Dieu. Celui qui n’aime pas son frère qu’il voit est incapable d’aimer Dieu qu’il ne voit pas.

Pour savoir si nous aimons Dieu nous n’avons pas besoin d’être des héros en amour. Il suffit de contrôler notre amour pour ceux que le Seigneur me fait rencontrer soit en famille, en association, dans nos lieu de travail, dans les partis politiques, dans les sociétés civiles, dans l’armée, si je ne vois pas en eux la dignité de l’homme visage du Dieu, et si je dis que j’aime Dieu et je le prie, je suis un menteur

Demandons à la Vierge Marie, Notre Dame de la Confiance, la Dama du Lendemain Meilleur de prier pour nous. Qu’elle demande à son Fils la grâce d’accueillir dans la parole de Dieu, l’aujourd'hui de son amour. Amen

Date de publication: 2019-01-10 00:00:00 Version Imprimable