DIOCESE DE KPALIME
THÈME DE L ANNÉE PASTORALE: "NOUS SOMMES LE PEUPLE QU'IL CONDUIT DE SA MAIN. MARCHONS À LA SUITE DU CHRIST ". Visitez notre page facebook "diocèse de Kpalimé". Mgr ALOWONOU Souhaite une fructueuse année pastorale à tous les ouvriers de la moisson dans le Diocèse de Kpalimé.
THÈME DE L'ANNÉE PASTORALE 2018-2019
Nous sommes le peuple que sa main conduit. Marchons à la suite du Christ
PRIÈRE POUR LE JUBILÉ D’ARGENT DU DIOCÈSE DE KPALIMÉ
Dieu notre Père, nous te rendons grâce et nous te bénissons pour notre Église diocésaine, ta sainte famille que tu as rassemblée chez nous à Kpalimé, voici 25 ans.
FAISONS UN DON POUR HATER L'AVENEMENT DU SANCTUAIRE DE NOTRE DAME DE LA CONFIANCE DANS NOTRE DIOCESE
1 BANC = 28 000 FCFA SOIT 45 EUROS
SANCTUAIRE MARIAL
Prière pour l'avènement du Sanctuaire de Notre Dame de la confiance dans notre Diocèse.
DECISIONS-NOMINATIONS 2018 - DIOCESE DE KPALIME

NOMINATIONS
2017-2018
ANNUAIRE DIOCESAIN 2017-2018
Actualités : HOMELIE DE MGR BENOIT ALOWONOU A L’OCCASION DE LA MESSE CHRISMALE A LA CATHEDRALE SAINT ESPRIT DE KPALIME LE 17 AVRIL 2019.

Donnez-leur vous-même à manger. Donnez-leur ma parole et ma bénédiction.
Frères et Sœurs en Christ,
Tous très chers au Cœur de notre Dieu,

En ce mercredi saint, le Seigneur, le Prêtre éternel, nous rassemble dans sa maison pour la célébration de la messe chrismale. A cette belle occasion, nous venons d’écouter l’évangile de la multiplication des pains. Un récit qui nous est bien familier et que chacun de nous a médité et commenté bien des fois. Un récit qui nous rappelle qu’à partir de quelques pains et des poissons, Jésus a nourri une foule de plus de 5000 personnes. Et la conclusion que nous en tirons est que si nous confions nos petits moyens matériels et spirituels au Seigneur, il saura en faire de grandes choses.

Mais ce matin, arrêtons-nous sur un autre aspect de cet évènement important. Avons-nous remarqué l’inquiétude des disciples de Jésus lorsqu’ils ont réalisé qu’ils ne pouvaient pas nourrir la foule qui est venue à la rencontre de Jésus, loin de la ville et a passé une journée entière à l’écouter ? Dans ce lieu désert, les disciples, responsables malgré eux, de cette sortie improvisée, se demandaient comment faire ? Où trouver à manger pour 5000 personnes ? Alors, ils choisissent la solution la plus simple et la plus facile et en font part au Maître: renvoie la foule ! Qu’ils aillent chercher à manger eux-mêmes avant la nuit, avant que la situation ne se complique! Mais Jésus leur dit : Il n’est pas nécessaire que la foule s’en aille. Donnez-leur vous-même à manger !

Au désarroi des apôtres, à leur stress, devant leur sentiment d’impuissance et l’impossibilité de nourrir 5000 personnes, Jésus leur dit : vous pouvez leur donner, vous même à manger, vous en avez la capacité !

Le message est clair: il veut dire que pour ceux que le Seigneur choisit comme disciples et prêtres, la capacité de multiplier des pains pour nourrir ceux qui ont faim, ne repose pas sur leurs propres forces, sur leur avoir mais sur la puissance de Dieu qui nourrit son peuple, sur leur confiance en Dieu.
Cette puissance, Jésus la révèle en ses amis, il ne cesse de la révéler, hier et aujourd’hui, à son Église et ses prêtres : oui, en mon nom, vous avez le pouvoir de nourrir mon peuple. Oui, par l’onction, vous avez reçu la puissance d’en haut, le Saint Esprit venant sur vous, pour être mes témoins jusqu’au bout de la terre.
Ce récit de la multiplication des pains, nous le trouvons 6 fois dans l’évangile. Deux fois chez Marc et Matthieu, une fois chez Luc et une fois chez Jean. C’est dire l’importance et le retentissement de l’évènement chez les évangélistes eux-mêmes et ensuite dans la communauté de l’Église naissante. En effet, cet évènement renvoie à un passé cher aux juifs, contemporains de Jésus. Leurs pères leur ont raconté comment l’Éternel a nourri son peuple au désert pendant l’Exode, avec la manne. Eux qu’il a abreuvés avec de l’eau du rocher dans des lieux arides. Cet évènement renvoie plus généralement, à la conviction des juifs que Dieu ne cesse de pourvoir aux besoins de son peuple tout au long de son histoire. Jamais il n’abandonne son peuple. Il le nourrit lorsqu’il traverse des moments difficiles, lorsqu’il traverse des lieux où rien ne pousse, des lieux où il n’y a pas d’eau.
Jésus, à travers cette actualisation de la Providence de Dieu, par le miracle de la multiplication des pains, rappelle que la faim de la foule, c’est la faim de la parole de Dieu, et cette faim, c’est Lui, le Christ qui la comble. Il leur dira plus tard : « vos pères ont mangé la manne et ils sont morts. Moi je suis le pain qui donne la vie éternelle, celui qui mange de ce pain n’aura plus jamais faim.
En même temps, il donne à ses amis, la mission de donner de ce pain, le pain de vie à ceux qui croient en lui. Jésus comble la faim du monde, mais il le fait par les mains et le service de ceux qu’il choisit et envoie avec sa grâce et sa force.

Donnez-leur vous-même à manger !

Chers Pères, Prêtres de Jésus-Christ

En ce jour où nous renouvelons nos engagements sacerdotaux, le Seigneur nous renouvelle sa confiance et son amitié et nous rappelle la grâce de notre sacerdoce (son sacerdoce) : Toute bonne chose, toute bonne œuvre nous est possible avec le Christ, le Prêtre éternel qui nous a associés à son unique sacerdoce. Avec nos limites humaines qui sont de petits moyens, nous pouvons, vous pouvez, nourrir le peuple saint qui vous est confié. Le Seigneur vous renouvelle l’assurance de votre capacité en lui : « En vérité, en vérité, je vous le dis : Celui qui croit en moi fera, lui aussi, les œuvres que moi je fais, et il en fera de plus grandes que celles-ci ».
Hier comme aujourd’hui, Dieu donne à ceux qu’il envoie, la force et les ressources nécessaires pour aider leurs frères et leurs sœurs qui ont faim, faim de Dieu, faim du souverain Bien.
Chacun de vous a été choisi par l’amour du cœur de Jésus, selon la belle formule du saint Curé d’Ars. Dieu aime donner, Dieu aime se donner. Et ceux qu’il choisit comme les intendants de sa parole et de ses sacrements, il leur demande d’ouvrir la main et leur cœur pour donner, pour donner Dieu. Nos mains ont reçu l’onction pour donner Dieu.
En cela réside un autre enseignement de l’évangile de la multiplication des pains. Il s’agit de l’impérieuse nécessité de vivre notre sacerdoce en Église en étant conscient que nous sommes des instruments de la Providence de Dieu pour son peuple. En nous associant à son unique sacerdoce, Jésus nous a également revêtus de tous les attributs de notre mission. St Paul nous enjoint d’avoir en nous les sentiments qui étaient dans le Christ-Jésus (Philippiens 2,5). Parmi ses sentiments, il y a la compassion. Jésus n’a pas eu honte de nous appeler ses frères et ses amis, il a partagé notre condition d’homme en toute chose, excepté le péché. Il a eu compassion de la foule qui le suivait et qui avait faim. Il s’est fait proche des malades et des délaissés. Il a ouvert les yeux de l’aveugle-né et rétablit Zachée et Marie Madeleine dans leur dignité d’enfant du Dieu de miséricorde. De même, il nous demande d’être attentifs à toute détresse et d’avoir en tout temps la parole et le geste qui rappellent le Christ.

Donnez-leur vous-même à manger ! Donnez-leur collectivement, donnez-leur en étant ensemble !
Nourrir le peuple n’est pas un acte solitaire, mais un acte d’Eglise, une mission de l’Église dans la diversité des dons et des charismes, des talents et des ressources physiques, intellectuelles et spirituelles.
Les paroles du Christ « Donnez-leur vous –même à manger », est la suite de l’appel qu’il a adressé à chacun de ses disciples et à chacun de vous. Il vous appelle à sanctifier son peuple. La faim de l’homme est d’abord la faim de connaitre Dieu et de vivre en sa présence tous les jours de la vie. Mon peuple périt, faute de connaissance (mon peuple meurt parce qu’il ne me connaît pas) dit le prophète Osée (4,6). Et la grâce de vivre en la présence de Dieu et d’avoir part à sa vie abondante, ici et maintenant, c’est l’autre nom de la sanctification.
« Donnez-leur vous-même à manger », signifie être conscients du don précieux que sont les sacrements dont nous sommes les intendants. L’Église nous les confie pour la sanctification de ceux vers qui nous sommes envoyés. Le Seigneur veut que la main du prêtre soit la main de Dieu qui donne, qui ne cesse de donner et de se donner, la main qui bénit et sanctifie. A travers nous, Dieu nourrit son peuple et le comble de toutes sortes de bénédictions.
Ce matin, au milieu de la grande semaine de l’Eglise, nous sommes venus faire mémoire de tout cela.
En effet, nous sommes rassemblés pour bénir les huiles et consacrer le saint Chrême. L’Église les remet à ses prêtres, envoyés et missionnaires, pour sanctifier et fortifier le peuple de Dieu.
Le Seigneur exige de la part de ses ministres une vigilance de tous les instants, vigilance dans la prière, vigilance dans les paroles et les actes, vigilance par laquelle nous nous efforçons d’être dignes de la confiance du Seigneur. Le Seigneur nous demande la fidélité à sa parole. Fidélité pour la garder et la transmettre. Fidélité à notre vocation qui est pour nous, le chemin de notre propre sanctification.
C’est pourquoi, chaque année, à l’occasion de la messe chrismale, nous renouvelons à l’Église et dans l’Eglise nos promesses sacerdotales.

Chers Pères et chers frères et sœurs en Christ,
A l’occasion de notre année jubilaire, ce jour a été retenu comme le jour du jubilé des prêtres. Nous ne dirons jamais assez notre reconnaissance au Seigneur pour son amour et sa confiance. Comment rendrai-je au Seigneur tout le bien qu’il m’a fait ? J’élèverai la coupe du salut, j’invoquerai le nom du Seigneur (psaume 115)
Dans la célébration eucharistique nous retrouvons chaque jour notre identité de pasteurs et la grandeur du sacerdoce.
Aujourd'hui est un jour de mémoire et de fête, la fête du sacerdoce, jour de fête du prêtre En reprenant les mots du Pape François ou en le paraphrasant : « nous remercions le Seigneur pour notre « oui » à l'appel du Seigneur, et pour nos nombreux « oui » cachés de tous les jours, que seul le Seigneur connaît. Merci pour votre « oui » à donner au peuple de Dieu la parole et le pain de vie : là se tient la source pure de notre joie » (Pape François).
Confions au Seigneur, nos soucis et nos peines, car la tâche n’est pas facile mais sa grâce nous nous suffit. Il a promis qu’il ne manquera jamais à son Église, mais qu’il sera avec nous, tous les jours, jusqu’à la fin des temps.

Chers Pères,

Donnez au peuple de Dieu la parole et le pain, donnez-leur vous-même à manger!
Que la Vierge Marie, notre Dame de l’Église et notre Dame de la Confiance et notre Dame du lendemain meilleur, soutienne vos efforts et votre prière. Son Fils est avec vous et son bras fortifiera votre courage.
Il nous confirme encore aujourd’hui que nous sommes le Peuple que sa main conduit. Marchons à la suite du Christ
Amen.

 

Date de publication: 2019-04-17 00:00:00 Version Imprimable