DIOCESE DE KPALIME
THÈME DE L ANNÉE PASTORALE: "NOUS SOMMES LE PEUPLE QU'IL CONDUIT DE SA MAIN. MARCHONS À LA SUITE DU CHRIST ". Visitez notre page facebook "diocèse de Kpalimé". Mgr ALOWONOU Souhaite une fructueuse année pastorale à tous les ouvriers de la moisson dans le Diocèse de Kpalimé.
THÈME DE L'ANNÉE PASTORALE 2018-2019
Nous sommes le peuple que sa main conduit. Marchons à la suite du Christ
PRIÈRE POUR LE JUBILÉ D’ARGENT DU DIOCÈSE DE KPALIMÉ
Dieu notre Père, nous te rendons grâce et nous te bénissons pour notre Église diocésaine, ta sainte famille que tu as rassemblée chez nous à Kpalimé, voici 25 ans.
FAISONS UN DON POUR HATER L'AVENEMENT DU SANCTUAIRE DE NOTRE DAME DE LA CONFIANCE DANS NOTRE DIOCESE
1 BANC = 28 000 FCFA SOIT 45 EUROS
SANCTUAIRE MARIAL
Prière pour l'avènement du Sanctuaire de Notre Dame de la confiance dans notre Diocèse.
DECISIONS-NOMINATIONS 2018 - DIOCESE DE KPALIME

NOMINATIONS
2017-2018
ANNUAIRE DIOCESAIN 2017-2018
Actualités : RENCONTRE JUBILAIRE DE L’UNION DES CONSACRES DU DIOCESE : VINGT-CINQ ANS DE CHARITE : DEFIS A RELEVER.

Réunis dans la matinée du samedi 13 juillet 2019 au noviciat « Madre Carolina Beltrami » des Sœurs Immacolatines d’Alexandria, autour de Monseigneur Benoit ALOWONOU, évêque du diocèse, une trentaine de religieux et religieuses venus d’une vingtaine de communautés masculine et féminine étaient en atelier de réflexion autour du thème : « Vingt-cinq ans de charité : quels défis à relever ? ».
Après avoir débuté les travaux par la prière dite par le Frère Antoine DOSSEH de l’abbaye de l’Ascension de Danyi Dzogbegan, le responsable des Religieux et Religieuses du diocèse, le Père Jonathan CHABOT de la communauté des Chevaliers de la Charité avait souhaité la bienvenue à chacun pour avoir accepté prendre part à cette journée de réflexion.
Dressant le décor de ce qui les rassemble aujourd’hui, il avait fait remarquer qu’après vingt-cinq, il était important que chaque communauté présente fasse un examen de conscience sur la part qu’elle avait prise dans l’animation de la vie diocésaine.
Cherchant à se définir, il avait posé la question : quel mot peut unir les communautés présentes dans le diocèse ? Il avait trouvé que les mots tels que : consacré, sainteté, témoignage peuvent faire le pont entre les religieux et religieuses du diocèse.
Prenant la parole à son tour la plus ancienne communauté religieuse arrivée sur le territoire diocésain : les sœurs NDA avaient partagé leur contribution au développement du diocèse par l’éducation des jeunes filles, l’implantation des crèches, des centres médico-sociaux, la catéchèse et l'accompagnement des jeunes.
Après cette présentation, l’occasion fut donnée au Père Jonathan qui avait partagé les défis à relever pour les années futures. Ces défis sont en rapport avec la société actuelle et peuvent être repartis en quatre points :
• La lutte contre les pouvoirs occultes qui dirigent la société.
• Colonisation sexuelle et la perte d'identité : problème de la double vie des consacrés.
• L'autoritarisme et l’obéissance en danger.
• Les médias et la pauvreté : il faut éviter la dépendance, l'individualisme…
In fine, il faut cultiver une vie intègre pour un témoignage cohérent. Pour ce faire, il faut retourner à l'origine après ces vingt-vingt ans.
Après ces partages et entretiens, Monseigneur Benoît ALOWONOU en prenant la parole, avait exprimé sa joie de se retrouver parmi les religieuses et religieux œuvrant dans le diocèse pour cette journée de réflexion.
Touchant au thème qui avait rassemblé les religieux et religieuses, il avait fait savoir qu’avant de définir l'identité du consacré, il faut savoir qui sommes-nous. En effet disait-il, la vie consacrée ne se limite pas à la vie religieuse.
Qui sommes-nous aux yeux de Jésus ? Voilà l’interrogation adressée par l’évêque à l'endroit des consacrés réunis. Cette question fondamentale fait appel une réponse fondamentale. Par de petits conseils à leur endroit, Monseigneur avait fait passé un certains nombres de messages parmi lesquels on peut noter : le consacré ne doit pas chercher tant à être vu du monde. Il ne doit pas attendre que les autres lui révèlent son identité car la vie consacrée est une fleur que Dieu a déposée dans son Eglise. Ainsi, le fondement de la vie consacrée est à chercher dans la relation toute spéciale du consacré avec le Seigneur.
Qu'est-ce que j’ai fait pour être présence du Christ dans le diocèse de Kpalime dans ces vingt-cinq années passées ? Voilà, une question importante qui doit redéfinir la mission de chaque communauté religieuse présente dans le diocèse pour les années à venir.
En conclusion Monseigneur avait rappelé que nous sommes le Peuple de Dieu en marche. Nous devons donc avoir et faire confiance en Dieu. Chacun et chacune doit prendre conscience du diocèse dans lequel Dieu l'a placé afin de collaborer efficacement à la mission évangélisatrice de l’église locale dans la charité d’abord dans les communautés de base et avec les prêtres sur les paroisses.

Date de publication: 2019-07-15 00:00:00 Version Imprimable