DIOCESE DE KPALIME
THÈME DE L ANNÉE PASTORALE: "NOUS SOMMES LE PEUPLE QU'IL CONDUIT DE SA MAIN. MARCHONS À LA SUITE DU CHRIST ". Visitez notre page facebook "diocèse de Kpalimé". Mgr ALOWONOU Souhaite une fructueuse année pastorale à tous les ouvriers de la moisson dans le Diocèse de Kpalimé.
THÈME DE L'ANNÉE PASTORALE 2018-2019
Nous sommes le peuple que sa main conduit. Marchons à la suite du Christ
PRIÈRE POUR LE JUBILÉ D’ARGENT DU DIOCÈSE DE KPALIMÉ
Dieu notre Père, nous te rendons grâce et nous te bénissons pour notre Église diocésaine, ta sainte famille que tu as rassemblée chez nous à Kpalimé, voici 25 ans.
FAISONS UN DON POUR HATER L'AVENEMENT DU SANCTUAIRE DE NOTRE DAME DE LA CONFIANCE DANS NOTRE DIOCESE
1 BANC = 28 000 FCFA SOIT 45 EUROS
SANCTUAIRE MARIAL
Prière pour l'avènement du Sanctuaire de Notre Dame de la confiance dans notre Diocèse.
DECISIONS-NOMINATIONS 2018 - DIOCESE DE KPALIME

NOMINATIONS
2017-2018
ANNUAIRE DIOCESAIN 2017-2018
Actualités : MEDITATION DU 17eme DIMANCHE DU TEMPS ORDINAIRE–ANNEE C / RP ATUTONU DIEUDONNE

MEDITATION DU 17eme DIMANCHE DU TEMPS ORDINAIRE–ANNEE C / RP ATUTONU DIEUDONNE
Après le grand commandement d’aimer Dieu et son prochain à travers la parabole du bon samaritain; l’hospitalité à offrir à l’instar de Marthe et sa sœur Marie, c’est vers la prière que les textes de ce dimanche principalement la 1ère lecture et l’évangile tournent nos regards. Est-il encore nécessaire de prier puisque Dieu même connait déjà tout?
1- L’envie ou le désir de prier : Seigneur apprends-nous à prier
Le disciple qui a fait cette demande auprès de son Maitre Jésus a du remarquer quelque chose de bien. Et c’est suite à cette observation que le désir est né chez lui et rapidement il veut passer à l’acte, c’est -à- dire faire comme (comme Jean-Baptiste l’a appris à ses disciples)
Il faut dire que la prière est une école d’espérance car, celui qui prie n’est jamais totalement seul. « Un premier lieu essentiel d’apprentissage de l’espérance est la prière. Si personne ne m’écoute plus, Dieu m’écoute encore. Si je ne peux plus parler avec personne, si je ne peux plus invoquer personne, je peux toujours parler à Dieu. S’il n’y a plus personne qui peut m’aider, là où il s’agit d’une nécessité ou d’une attente qui dépasse la capacité humaine d’espérer, Lui peut m’aider. » (cf. CEC n° 2657.) Disons que l’essentiel de la prière n’est pas de beaucoup parler ; mais c’est d’être là avec Dieu et pour l’écouter. Car, la prière c’est chacun qui peut la définir selon son entendement à partir de ses relations intériorisées avec Dieu. Cependant, retenons que « la prière est la célébration de la relation personnelle avec Dieu vivant et vrai. » CEC n° 2558. Pour aller plus loin, prier c’est donc rencontrer, au cœur de son indigence, un Dieu qui vient par amour vers nous pour nous relever. La demande, de ce point de vue, constitue le premier pas dans la prière, un pas qui nous introduit progressivement dans une relation d’intimité avec Dieu (cf. Mgr BARRIGAH). Il faut tomber amoureux de Dieu pour pouvoir avoir envie et le désir de Lui parler et d’écouter sa voix.
2- Le but ou l’objectif de la prière
Prier, c’est tout d’abord exprimer à Dieu son amour. Voilà pourquoi le premier but ou objectif de la prière n’est pas la satisfaction des besoins de l’homme, mais la gloire de Dieu. Prier c’est penser à Dieu en l’aimant disait Charles de Foucauld. «Quand vous priez, dites : Père, que ton nom soit sanctifié, que ton règne vienne. » (cf. Luc 11, 2). La prière est à considérer comme l’âme de toute vie chrétienne. Car elle est d’une importance capitale pour toutes les personnes dévouées dans leur engagement avec Dieu. Parce que dans la prière, il faut chercher d’abord ce qui regarde la gloire de Dieu et sa volonté. C’est ainsi que la plupart de tous ceux qui s’y appliquent assidument disent que cela n’est pas du tout facile; puisqu’il faut de la résistance et des efforts de la part du priant. ‘‘Prier ne signifie pas sortir de l’histoire et se retirer dans l’espace privé de son propre bonheur. La façon juste de prier est un processus de purification intérieure qui rend capables de Dieu et de la sorte capables aussi des hommes. Dans la prière, l’homme doit apprendre ce qu’il peut vraiment demander à Dieu, ce qui est aussi digne de Dieu. Il doit aussi apprendre qu’on ne peut pas prier contre autrui.’’ (Cf. Ency. Du Pape Benoit XVI, sauvé dans l’espérance n° 33)
« Pardonne-nous nos péchés, car nous-mêmes nous pardonnons à tous ceux qui ont des torts envers nous.» (Luc 11, 4). C’est pour associer l’homme à ses actions que Dieu veut que l’homme Lui fait part de ces demandes et non pour faire sa volonté. Voilà pourquoi, il doit apprendre à marcher avec et à coté de Dieu.
3- La persévérance dans la prière
De tout temps, l’homme en général se voit toujours confronté dans sa vie de prière à des difficultés liées à son manque de foi, de temps et surtout de méthode. Il faut reconnaitre que notre difficulté à prier repose essentiellement sur une incompréhension vis-à-vis de la volonté de Dieu, car souvent nous pensons que la prière consiste à imposer notre volonté à Dieu, à Lui faire changer d’avis ou à obtenir à tout prix ce que nous voulons. Et lorsque cela ne se produit pas comme on l’aurait souhaité, on se demande s’il est encore nécessaire de prier. Or, la prière demeure une dimension essentielle de l’existence humaine. Et Jésus demeure également notre maitre irréprochable à l’école de la prière; ainsi en nous appliquant fidèlement aux exigences évangiles par rapport à la prière, notre manière de vivre nous configure à Lui dont toute la vie terrestre n’a été que prière au Père en vue du salut de l’humanité. Il est à noter que, dans la prière l’on doit se présenter devant Dieu, tel qu’on est, avec ses besoins et ses espoirs. « Eh bien, moi je vous dis : demandez, vous obtiendrez ; cherchez, vous trouverez ; frappez, la porte vous sera ouverte.» Luc 11, 9. Car, prier, c’est grandir dans la connaissance et l’obéissance à Dieu. Puisque, dans la prière, nous apprenons à nous connaitre, à voir nos vrais besoins et à les confronter avec les volontés de Dieu. Ainsi, en prenant une conscience plus vive de notre fragilité, de notre faiblesse et de notre misère, nous faisons en même temps l’expérience de Dieu qui nous guide, nous pardonne et nous transforme. La sérénité devient la régulatrice de l’état d’âme du vrai priant. Aussi intercède-t-il auprès de Dieu en faveur des autres en espérant leur conversion à Dieu qui s’identifie à l’amour.
Prions  : «Tu protèges, Seigneur, ceux qui comptent sur toi; sans toi rien n’est fort et rien n’est saint : multiplie pour nous les gestes de miséricorde afin que, sous ta conduite, en faisant un bon usage des biens qui passent, nous puissions déjà nous attacher à ceux qui demeurent.» Amen !

Date de publication: 2019-07-27 00:00:00 Version Imprimable