cse Diocese de Kpalime
DIOCESE DE KPALIME
Bonne fête de Pentecôte à tous * Cliquez ici pour lire les nouvelles DIRECTIVES DIOCÉSAINES pour prévenir et lutter contre le coronavirus: * Mesures de la CET pour prévenir et lutter contre le coronavirus:(1) Suspension des célébrations eucharistiques jusqu'à nouvel ordre; (2) Célébration des sacrements suspendus à l'exception du sacrement de la réconciliation avec restriction.(3) Les exercices de piété et les rassemblements suspendus. (4) Les séminaires, écoles et l'UCAO-UUT fermés jusqu'à nouvel ordre. * Fructueux et saint temps de Carême à toutes et à tous *Thème de l'année pastorale 2019-2020 : Marchons à la suite du christ: adorons-le, annonçons-le louons-le  *Suivez nous sur notre page facebook  *Mgr ALOWONOU souhaite une fructueuse année pastorale à tous les ouvriers de la moisson dans le Diocèse de Kpalimé.
MESSAGE DE MGR BENOIT ALOWONOU POUR LE CAREME 2020
THÈME DE L'ANNÉE PASTORALE 2019-2020
MARCHONS À LA SUITE DU CHRIST: ADORONS-LE, ANNONÇONS-LE LOUONS-LE
PRIÈRE POUR LE JUBILÉ D’ARGENT DU DIOCÈSE DE KPALIMÉ
Dieu notre Père, nous te rendons grâce et nous te bénissons pour notre Église diocésaine, ta sainte famille que tu as rassemblée chez nous à Kpalimé, voici 25 ans.
FAISONS UN DON POUR HATER L'AVENEMENT DU SANCTUAIRE DE NOTRE DAME DE LA CONFIANCE DANS NOTRE DIOCESE
1 BANC = 28 000 FCFA SOIT 45 EUROS
SANCTUAIRE MARIAL
Prière pour l'avènement du Sanctuaire de Notre Dame de la confiance dans notre Diocèse.
DECISIONS-NOMINATIONS 2019-2020 - DIOCESE DE KPALIME

NOMINATIONS
2019-2020
ANNUAIRE DIOCESAIN 2019-2020
Actualités : NOEL : DIEU PARMI LES HOMMES

NOEL : DIEU PARMI LES HOMMES
Frères et sœurs, une fois de plus cette année, nous fêterons Noël.
Que signifie cette fête ? En me référant à l’étymologie hébreux du nom ou du mot, Noël signifie simplement « Dieu est né » ; et plus profond encore, Dieu s’est fait homme pour venir habiter la terre.

Pourquoi Dieu s’est-il alors fait homme?
Cette question je suis sûr qu’elle taraude l’esprit de beaucoup de personnes. Et à chaque fois que j’y pense personnellement, il me revient toujours à l’esprit, ce verset du prophète Isaïe : « le peuple qui marchait dans les ténèbres a vu se lever une grande lumière et sur ceux qui habitaient le pays de l’ombre de la mort, une lumière s’est levée » (Is 9, 2).
Cette Lumière en effet qui luisait dans les ténèbres, n’était autre que Jésus dont le nom signifie « Dieu sauve » ; il n’était autre que l’Emmanuel « Dieu-avec-nous ». Les Mages venus de l’Orient diront au roi Hérode: « Nous avons vu son étoile à l’Orient et nous sommes venus l’adorer » (Mt2, 2). Jésus lui-même dira plus tard: « Je suis la lumière du monde ; celui qui me suit ne marchera pas dans les ténèbres, mais il aura la lumière de la vie » Jn8, 12.
Bien-aimés, Jésus est né et c’est Noël. Il est né et nous devons nous réjouir pour cet évènement. Mais, ce n’est pas tout. Il est né, et est aussi venu en ce monde pour notre salut ; pour ton salut, pour mon salut. Le Credo («Je crois ») de Nicée-Constantinople récité au cours de chaque messe dominicale, résume bien cet évènement de grâce en disant: « Pour nous les hommes et pour notre salut, Il descendit du ciel. Par l’Esprit Saint, Il a pris chair de la Vierge Marie et s’est fait homme ». Cette naissance de Jésus est ce qu’on appelle le « mystère de l’Incarnation ». C’est aussi le cœur du christianisme : « Au temps établi par Dieu, le Fils unique du Père, la Parole éternelle, s’est incarnée et sans perdre la nature divine, Il a assumé la nature humaine » (Ga4, 4). À Noël, Dieu est venu habiter parmi nous ; il est venu pour nous et pour demeurer toujours éternellement parmi nous. « Je suis toujours avec vous jusqu’à la fin des temps » nous dira Jésus, au moment de quitter ce monde (cf. Mt 28, 16-20).
En effet, nous ne saurons terminer, sans nous référer au récit biblique pour en découvrir Dieu dans son humilité. Je souhaite que nous fixions notre attention sur les textes bibliques que l’Eglise nous propose en ces temps. Ainsi, en choisissant ce détour, j’aimerais relever que même s’il y a plus de deux mille ans déjà, dans la nuit de Noël, sous les traits de l'Enfant Jésus, Dieu est venu s'offrir en cadeau (-cadeau- entendu dans le sens de don de soi), il continue son œuvre encore aujourd’hui dans chaque vie. Egalement, je relève aussi que, dans la fragilité d’un tout-petit, il est venu cacher le trésor d’une vie par laquelle, il veut régénérer l’humanité toute entière. Je note enfin qu’à travers les yeux d’un enfant, il est venu nous dire la valeur incommensurable de toute vie humaine, quelle qu’elle soit. Pourquoi tous ces détours alors ? Simplement pour nous inviter à redonner autorité à la Parole de Dieu dans la vie de nos communautés. Tout doit partir de cette Parole « Verbe de Dieu » pour retourner à elle. Noël, c’est l’amour, le pardon ; la réconciliation ; c’est la renaissance. Ces réalités doivent se vivre à chaque fête de Noël, comme rencontre de Dieu avec les hommes dans leurs fragilités ; une rencontre qui permet le relèvement. Fêter Noël, c’est aussi se rappeler comme il est écrit dans le livre des Actes qu’ «il n'y a de salut en aucun autre, car il n'y a sous le ciel aucun autre nom qui ait été donné parmi les hommes, par lequel nous devions être sauvés» (Ac 4:12). Jésus, par ses paroles et sa vie entièrement consacrées à l’amour de Dieu et des autres, et par sa résurrection, est venu sauver l'humanité. Il est venu aussi nous indiquer le chemin pour être unie à Dieu. Il est venu pour que nous ayons la vie en abondance.
Alors, Bien-aimés, comment fêtons-nous Noël ? Mieux, en fêtant chaque fois Noël comme fête de Dieu-avec-nous, donnons-nous toujours réellement de la place pour Jésus comme Sauveur et Roi dans nos vies, nos programmes, nos activités, dans nos familles, dans le contexte où nous habitons et travaillons? Est-ce qu'il y a de la place pour Jésus, le Souverain, dans nos églises, dans nos cultes, dans nos réunions de prière, dans la mission qu'il nous a confiée? Ne laissons-nous pas souvent Christ à la porte de nos églises sans l’inviter à l’intérieur pour donner la vie et le souffle nécessaire à nos communautés ecclésiales ? Fêter Noël, c’est aussi rentrer dans un cheminement de conversion. Repentons-nous alors de l'égoïsme, de l'indifférence, de la tiédeur, de l'activisme, et abandonnons tout ce qui veut prendre la place de Jésus dans nos vies, nos familles, nos églises. Ouvrons nos cœurs, nos vies, nos foyers et nos églises, afin de donner toute la place à Jésus-Christ notre Dieu, notre Sauveur et Roi. Ainsi, Noël sera une réalité pour nous tous les jours.
Joyeux Noel
Paix et joie de l’Emmanuel à vous.
P. René TCHALAGASSOU.

 

Date de publication: 2019-12-24 00:00:00 Version Imprimable