DIOCESE DE KPALIME
DÉCISION-NOMINATION- 2020- 2021  *Thème de l'année pastorale 2019-2020 : Marchons à la suite du christ: adorons-le, annonçons-le louons-le  *Suivez nous sur notre page facebook  *Mgr ALOWONOU souhaite une fructueuse année pastorale à tous les ouvriers de la moisson dans le Diocèse de Kpalimé.

DÉCISION-NOMINATION 2020- 2021

Lire la nomination



THÈME DE L'ANNÉE PASTORALE 2019-2020
MARCHONS À LA SUITE DU CHRIST: ADORONS-LE, ANNONÇONS-LE LOUONS-LE
PRIÈRE POUR LE JUBILÉ D’ARGENT DU DIOCÈSE DE KPALIMÉ
Dieu notre Père, nous te rendons grâce et nous te bénissons pour notre Église diocésaine, ta sainte famille que tu as rassemblée chez nous à Kpalimé, voici 25 ans.
FAISONS UN DON POUR HATER L'AVENEMENT DU SANCTUAIRE DE NOTRE DAME DE LA CONFIANCE DANS NOTRE DIOCESE
1 BANC = 28 000 FCFA SOIT 45 EUROS
SANCTUAIRE MARIAL
Prière pour l'avènement du Sanctuaire de Notre Dame de la confiance dans notre Diocèse.
ANNUAIRE DIOCESAIN 2019-2020
Actualités : HOMELIE DU 24eme DIMANCHE DU TEMPS ORDINAIRE – ANNEE A / RP DEGBEVI ANDRE

Bien chers lecteurs et lectrices,
Frères et sœurs en christ ;
Loué soit Jésus-Christ !

Le dimanche dernier, les textes que nous écoutions nous invitaient à la correction fraternelle par soucis de sauver le frère. Ainsi donc, l’un des moyens par lequel il faut procéder pour y arriver est l’amour (charité). Alors que Ezéchiel nous instituait guetteur (Ez 33, 7) et non espion de nos frères ou mieux des mouchards, saint Paul de son côté nous invitait à ne pas avoir de dette envers personne si ce n’est celle de l’amour afin d’accomplir la loi (Rm 13,8). Et dans l’évangile, Jésus nous montrait la meilleure manière de régler les conflits. Il disait ceci : « si ton frère a commis un péché contre toi, va lui faire des reproches seul à seul. S’il t’écoute, tu as gagné ton frère » (Mt 18, 15).
En ce 24eme dimanche de l’année A, Jésus poursuit son instruction sur la vie sociale de son Eglise qu’il va bientôt confier au bon soin des Apôtres. Le chapitre qu’il développe cette fois-ci porte sur le pardon mutuel. Le mot pardon est très utilisé dans beaucoup de circonstances.
A longueur de journée ce mot sort plusieurs fois de notre bouche lors d’une communication verbale ou gestuelle. C’est une formule de politesse en usage dans nos différentes langues et dialectes. Ordinairement elle est employée dans le courant de la vie pour exprimer une demande, solliciter l’attention des auditeurs dans une assemblée. Dans l’usage ivoirien c’est une formule de politesse pour demander un service ou pour atténuer une demande. Elle est souvent synonyme de s’il vous plait et signifie je m’excuse.
Le mot pardon en latin signifie « action de tenir pour non avenue une faute ou une offense ». Au sens religieux, il est synonyme d’indulgence. C’est le pardon que l‘Eglise accorde à ses fidèles.
Chers amis de Dieu,
Le Christ nous donne un avertissement. « C’est ainsi que mon Père du ciel vous traitera si chacun de vous ne pardonne pas à son frère du fond du cœur » (Mt 18, 35). Avec cette phrase conclusive de l’évangile de ce dimanche, Jésus attire notre attention sur la sentence que le Dieu Créateur et Roi Suprême prononcera à la fin des temps. Nous devons user de compassion envers nos frères, et avoir pitié de notre semblable. Sans cela nous ne pouvons pas espérer l‘indulgence de la part de Dieu.
Chrétiens mes frères,
Le sage Ben Sira dans la première lecture est ferme et précis sur les actes à poser à l'égard de nos frères avant de bénéficier de la grâce de la guérison. « Celui qui se venge éprouvera la vengeance du Seigneur. Celui-ci tiendra un compte rigoureux des péchés. Pardonne à ton prochain le tort qu’il a fait ; alors, à ta prière, tes péchés seront remis. Si un homme nourrit de la colère contre un autre homme, comment peut-il demander à Dieu la guérison ? » (Sir 28, 1-5).
Par expérience le sage révèle l’une des conséquences de notre refus de pardonner. Oui, il n’y a pas de miséricorde pour celui qui n’a pas fait miséricorde. Le sage nous rappelle que sans pitié ni compassion envers nos prochains le Seigneur ne nous accorde pas de bénédiction. Autrement dit, notre refus de pardonner bloque le déploiement des grâces divines dans notre vie et ferme les portes de la réussite. Si le Christ nous demande d’être ses imitateurs, lui qui a toujours eu compassion des foules et des pécheurs, comment nous chrétiens disons-nous souvent que nous ne pardonnerons jamais à nos frères ?
Pour nous aider à avoir une idée juste sur le pardon à accorder à nos frères, Pierre adresse une question à Jésus sur le nombre de fois qu’il faut pardonner son frère. Nous comprenons alors jusqu’à quel point il est difficile de pardonner. « Seigneur lorsque mon frère commettra des fautes contre moi, combien de fois dois-je lui pardonner ? Jusqu’à sept fois ? » (Mt 18,21). Le chiffre 7 étant symbole de perfection et Pierre voudrait s’assurer de la part du maître de la qualité de cet acte de pardon.
Pardonner jusqu’à sept fois pour Pierre est une initiative prise afin d’éliminer le désir de vengeance dont faisait usage le peuple de l’alliance selon les prescriptions mosaïques. C’est la loi du talion « Œil pour œil, dent pour dent » (Ex 21, 24). Mais la réponse du maître à son disciple Pierre chef du collège indique que l’acte de pardon ne pourra être quantifié. Jésus dit ceci : « Je ne te dis pas jusqu’à sept fois, mais soixante-dix fois sept fois » (Mt18, 22). En bon calcul, le total donne 490 fois. C’est grand et beaucoup.
Le but poursuivi par le Christ en indiquant ce chiffre est l’illimité, c’est l’infini, c’est l’éternité. Oui bien aimés de Dieu, l’acte de pardon doit être sans mesure car sa miséricorde pour nous est pour toujours. La parabole du roi et de ses serviteurs que Jésus donne dans l‘évangile de ce dimanche en illustration est d’actualité. La miséricorde de Dieu à notre égard est sans limite. Elle est infinie et immense. Que de péchés n’avons-nous pas commis depuis notre enfance ? N’avons-nous pas toujours reçu le pardon de Dieu ?
Oui bien chers frères et sœurs en Christ,
Dans nos rapports les uns avec les autres nous devons toujours nous rappeler comment Dieu a agi envers nous et sentir notre absolu culpabilité devant lui. Dans son Royaume, Dieu agit aussi selon son gouvernement d’après la manière dont nous aurons traité nos frères car toutes choses portent leurs conséquences. Jésus n’a-t-il pas pardonné ses bourreaux ? Sur la croix il a dit, Père pardonne leur car ils ne savent pas ce qu’ils font. Telle doit être le refrain qui doit sortir de notre bouche chaque jour à l’endroit de nos prochains.
Ainsi, Dieu se souviendra de nous si nous l’invoquons. Que le Dieu de toute miséricorde nous obtienne le salut et nous donne la du pardon. Amen!

Date de publication: 2020-09-12 00:00:00 Version Imprimable