DIOCESE DE KPALIME
DÉCISION-NOMINATION- 2020- 2021  *Thème de l'année pastorale 2019-2020 : Marchons à la suite du christ: adorons-le, annonçons-le louons-le  *Suivez nous sur notre page facebook  *Mgr ALOWONOU souhaite une fructueuse année pastorale à tous les ouvriers de la moisson dans le Diocèse de Kpalimé.

DÉCISION-NOMINATION 2020- 2021

Lire la nomination



THÈME DE L'ANNÉE PASTORALE 2019-2020
MARCHONS À LA SUITE DU CHRIST: ADORONS-LE, ANNONÇONS-LE LOUONS-LE
PRIÈRE POUR LE JUBILÉ D’ARGENT DU DIOCÈSE DE KPALIMÉ
Dieu notre Père, nous te rendons grâce et nous te bénissons pour notre Église diocésaine, ta sainte famille que tu as rassemblée chez nous à Kpalimé, voici 25 ans.
FAISONS UN DON POUR HATER L'AVENEMENT DU SANCTUAIRE DE NOTRE DAME DE LA CONFIANCE DANS NOTRE DIOCESE
1 BANC = 28 000 FCFA SOIT 45 EUROS
SANCTUAIRE MARIAL
Prière pour l'avènement du Sanctuaire de Notre Dame de la confiance dans notre Diocèse.
ANNUAIRE DIOCESAIN 2019-2020
Actualités : HOMELIE DU 33ème DIMANCHE DU TEMPS ORDINAIRE – ANNEE A – RP ALBERT KLUTSE

Bien-aimés dans le Seigneur,
Nous voici déjà au trente-troisième dimanche du temps ordinaire année A. Les textes qui nous sont proposés nous parlent de la fidélité. Notre méditation portera sur trois points :
- la fidélité au Seigneur qui donne la vraie valeur à l’homme
- l’amour du don reçu qui porte du fruit.
- comment dans nos tâches si minimes soient-elles, travailler de manière pour attendre la venue du Seigneur.
La fidélité au Seigneur donne la valeur à l’homme
La première lecture nous fait l’éloge de la femme qui mérite la louange grâce à sa fidélité au Seigneur. Cette femme est constamment préoccupée de faire le bonheur de sa maisonnée. Elle ne cherche pas à voir comment et ce que sont les gens de sa maison mais elle fait tout volontiers, elle a donc une totale confiance au Seigneur et trouve sa joie en ce qu’elle fait. Nous pouvons dire alors qu’une telle femme trouve la force d’accomplir ce travail dans le fait qu’elle honore et respecte le Seigneur. C’est une interpellation pour nous aussi. Comment honorons-nous et respectons-nous le Seigneur en qui nous croyons ? L’auteur ne nous parle pas de l’amour conjugale ni de sa capacité de donner la vie ; mais de sa fidélité qui lui donne une beauté qui est plus précieuse que les perles.
L’amour du don reçu, porte du fruit
On remarque chez la femme dans la première lecture l’amour qu’elle porte pour son travail. Au lieu d’une charge, elle y trouve le bonheur. Et dans l’évangile de ce dimanche, on peut faire la même remarque. Avoir l’amour de ce qu’on a et de ce qu’on fait pour le bien. Ce qu’on a c’est un don. Ce qui intéresse Jésus de ces dons, ce ne sont pas nos belles capacités à réussir, bien attendu, il s’en réjouit mais de voir fructifier les dons spirituels qu’il nous a fait surtout dans les sacrements. Simplement parce que les dons naturels finissent avec nous et les biens qui en résultent passent aux héritiers. Les fruits des talents spirituels entrent avec nous dans le Royaume. Notre amour pour les dons naturels nous pousse à « connaître les créatures par Dieu et non connaître Dieu par les créatures » C’est ce à quoi nous invitait le maître aux deux serviteurs qui ont été « bons et fidèles » Chacun de nous sera jugé selon la manière dont il aura fait fructifier ce don de Dieu qu’il a reçu. Parfois il nous arrive de décevoir la confiance que Dieu a placée en nous. C’est le cas que nous voyons chez ce troisième serviteur. Il ne fait que se dévoiler. Il dit ce que lui-même il est. Très souvent, on voit dans les autres ce qu’on est. Il est lui-même cruel, cupide et âpre au gain devant la tendresse de celui qui s’émerveille du travail accompli, la pure générosité. On trouve le contraire de ce serviteur dans la première lecture : « Une femme parfaite dans son travail, qui la trouvera ? Elle est plus précieuse que les perles ! »
La vigilance dans nos tâches pour l’attente de la venue du Seigneur
Dieu nous appelle à être des sentinelles dans La nuit, image du temps où le mal s’opère en cachette. Cette nuit en question peut être dans nos cœurs. Tant que nous pensons dans nos cœurs à la réalisation d’un mal, si minime qu’il soit c’est déjà la nuit dont le Seigneur nous appel à y veiller, à être des soldats, des ministres car sa venue est incertaine. Le jour du jugement n’est pas connu, autrement caché, il n’y a donc pas lieu de spéculer sur la date du jour du jugement. Croyant que nous sommes dans la foi, l’amour et l’espérance doivent nous aider à fixer notre attention sur le présent et y travailler vraiment comme un pèlerin. C’est l’exemple que nous donne cette femme dans la première lecture et les deux serviteurs « bons et fidèles dans l’évangile. Veiller, c’est faire confiance, croire qu’il interviendra à son heure et persévérer dans la foi.
Chers frères et sœurs, le sens profond de ces passages nous révèle en définitive que le bonheur et le fruit du travail viennent du Seigneur et ne sont donné qu’à ceux s’efforcent, qui agissent dans la confiance et marchent activement sur le chemin de Dieu. Demandons dans cette eucharistie, pour chacun de nous de nous cette grâce de confiance et de fidélité à tous les niveaux de notre vie. Amen.

Date de publication: 2020-11-14 00:00:00 Version Imprimable