DIOCESE DE KPALIME
DÉCISION-NOMINATION- 2021-2022  *Thème de l'année pastorale 2021-2022 : Accueillons la parole du Christ, devenons ses amis. *Suivez nous sur notre page facebook  *Mgr ALOWONOU souhaite une fructueuse année pastorale à tous les ouvriers de la moisson dans le Diocèse de Kpalimé.
THÈME DE L'ANNÉE PASTORALE 2018-2019
Accueillons la Parole du Christ, devenons ses amis
PRIÈRE POUR LE JUBILÉ D’ARGENT DU DIOCÈSE DE KPALIMÉ
Dieu notre Père, nous te rendons grâce et nous te bénissons pour notre Église diocésaine, ta sainte famille que tu as rassemblée chez nous à Kpalimé, voici 25 ans.
FAISONS UN DON POUR HATER L'AVENEMENT DU SANCTUAIRE DE NOTRE DAME DE LA CONFIANCE DANS NOTRE DIOCESE
1 BANC = 28 000 FCFA SOIT 45 EUROS
SANCTUAIRE MARIAL
Prière pour l'avènement du Sanctuaire de Notre Dame de la confiance dans notre Diocèse.
ANNUAIRE DIOCESAIN 2020-2021
Actualités : HOMELIE DU 2ème DIMANCHE DE PAQUES – ANNEE C / PERE AWU JULES

« ….. afin que vous croyiez que Jésus est le Messie, le Fils de Dieu, et afin que, par votre foi, vous ayez la vie en son nom. » (Jn 20, 31)
Frères et sœurs,
Nous sommes encore dans la joie du Christ Ressuscité et heureux de célébrer aujourd’hui ce deuxième dimanche de Pâques qui est pour tous les catholiques, la Fête de la Miséricorde divine. C’est saint Jean-Paul II qui a institué cette fête en réponse à un désir du Seigneur, selon un message reçu par sainte Faustine.
Avant de poursuivre la méditation de ce jour, je voudrais mettre cette fête en lien avec les textes de ce jour. En effet, dans la première lecture, les apôtres opèrent de nombreuses guérisons qui sont œuvres de la miséricorde de Dieu. Aussi, Jésus dans l’évangile en autorisant les apôtres de pardonner les pêchés, ouvre le torrent de miséricorde de Dieu qui se déversera sur ceux qui croient et en demandent.
Frères et sœurs,
Ma méditation de ce jour s’articule autour de trois axes : le ressuscité rencontre ses frères, l’absence de Thomas et la vie en Jésus Ressuscité.
Frères et sœurs,
L’expérience chrétienne est la vie avec le ressuscité. Chaque jour, Jésus vient rencontrer les siens. Cette rencontre a lieu en communauté, dans nos familles, en église. En effet, Jésus ressuscité se manifeste «le dimanche», le premier jour de la semaine. Les chrétiens ne se réunissaient pas tous les jours. Ils avaient eux aussi, leur travail, leur vie quotidienne. Ils ne pouvaient pas toujours être ensemble. Or, c’est dans le cadre de leur «rencontre hebdomadaire» que Jésus vient. Ceci nous indique que la foi n’est pas une affaire strictement personnelle, ou individuelle. La présence du Christ ressuscité est surtout ressentie, expérimentée, dans le cadre de nos rencontres communautaires, lorsque nous sommes réunis en Église. Oui, le premier lieu où nous rencontrons Jésus, où Jésus se laisse rencontrer ce sont dans nos communautés chrétiennes, dans nos églises, quand nous formons une assemblée convoquée par Dieu. Saint Jean nous dit : « Huit jours plus tard, les disciples se trouvaient de nouveau dans la maison… ». Aujourd’hui, plusieurs pensent se dispenser de l’Eglise, des communautés de Base et préfèrent adorer et rencontrer le Seigneur. NON ! Ce n’est pas possible. Regardez Thomas : hors du groupe des apôtres, il n’a pas pu voir le Seigneur. Mais huit jours plus tard, quand il accepte de faire communauté, de faire Eglise avec les autres, il rencontre à son tour le Seigneur. La conséquence est inévitable : En dehors de la communauté des chrétiens, la rencontre avec le Ressuscité semble plus difficile. Comme Thomas, nous sommes invités à croire en accueillant la présence du Ressuscité dans la communauté.
Ma deuxième piste de méditation s’intéresse à l’absence de Thomas. En effet, l’absence de Thomas n’est pas que physique. Elle est aussi spirituelle : son incrédulité.
Frères et sœurs,
La tentation pour nous aujourd’hui c’est de croire que comme nous sommes présents dans l’Eglise, dans nos paroisses, dans nos communautés chrétiennes donc nous avons la foi, donc nous avons rencontré le Ressuscité mais en réalité nous sommes absents comme Thomas. Plusieurs interrogations peuvent nous aider à voir à quel point, il est facile de se tromper que nous sommes avec le Ressuscité ou nous l’avons rencontré. Sommes-nous nous-mêmes présents au Ressuscité ? Sommes-nous nous-mêmes croyants pour pouvoir le voir ? Sommes-nous vraiment en communion avec nos frères pour pouvoir toucher ses mains et voir la plaie de son côté ? Ne nous réfugions-nous pas souvent comme Thomas, dans une solitude, loin de nos frères et sœurs, ces frères et sœurs au milieu desquels le Christ se rend présent ? Nous pensons généralement avoir de fort bonnes raisons d’être absent, ou à l’écart, non engagé dans la communion de L’Église, dans nos paroisses, dans nos communautés chrétiennes. Mais pour voir et croire, il faut s’approcher, s’engager, choisir librement de participer. C’est à cet instant que l’inouï se produit. Nous découvrons ce que veut dire croire ou avoir la foi. C’est à cet instant que le Ressuscité change notre vie : « Cesse d’être incrédule, sois croyant » (Jn 20, 27). Oui frères et sœurs, c’est en Communauté, en Eglise que vous rencontrerez le Seigneur pour que votre vie change, pour que votre histoire change comme à jamais celle de Thomas a été changée.
Ma troisième et dernière piste de méditation tourne autour de la vie en Jésus ressuscité. Saint Jean à la fin de cet évangile nous dit : « Mais ceux-là ont été écrits pour que vous croyiez que Jésus est le Christ, le Fils de Dieu, et pour qu’en croyant, vous ayez la vie en son nom ». (Jn 20, 31).
Frères et sœurs,
Avoir la vie en Jésus, voilà le leitmotiv de notre engagement à la suite de Jésus. Mais de quelle vie s’agit-il ? La vie d’ici-bas ? Il me semble que quand saint Jean parle de la vie, il fait référence à la vie du Ressuscité. Mais comment peut-on hériter de la vie du Ressuscité si on ne l’accueille pas ? Si on ne le reçoit pas ? Si on n’a pas foi en lui ?
Frères et sœurs,
Avoir la vie en Jésus c’est devenir un chrétien authentique qui s’attache au Seigneur. C’est être un chrétien n’a rien d’autre que le Seigneur. La vie en Jésus, nous pousse à être transparent dans notre manière d’être chrétien. La vie en Jésus nous interdit la duplicité, l’hypocrisie, le mensonge. Pour avoir la vie en Jésus, notre trajectoire ne doit pas être différent de celui du Maître. Avoir la vie, c’est l’application dans le concret de notre être de chrétien.
En ce deuxième dimanche de Pâques, demandons au Seigneur de fortifier notre foi, de soutenir notre engagement à sa suite afin que nous soyons de bons disciples par notre vie de tous les jours. Amen !

 

Date de publication: 2022-04-23 00:00:00 Version Imprimable