HOMÉLIE DU JOUR DE PÂQUES – ANNÉE A / RP BARTHÉLÉMY NUMATCHI (SMA)

  • 0
  • 274 views

Le christ est vraiment ressuscité, alléluia, alléluia !
Voici le jour que fit le Seigneur, qu’il soit pour nous jour de fête et de joie !
Bien chers frères et sœurs, nous sommes aujourd’hui dans la joie, dans une immense joie. Une joie qui nous habite depuis hier nuit. Et la cause de notre joie, c’est le Christ, le Christ ressuscité d’entre les morts, c’est la Pâques du Seigneur.
Pour mieux comprendre cette Pâques, rappelons-nous la pâque juive qui célèbre la commémoration de la sortie du peuple juif de l’Egypte vers la terre promise, le passage de la servitude ou de l’esclavage à la liberté. Cette pâque, pour nous les chrétiens, revêt un sens nouveau : c’est la victoire définitive du Christ sur le mal, sur le péché, sur la mort grâce à sa résurrection d’entre les morts.
Les témoins de ce grand évènement, de cette bonne Nouvelle de la résurrection nous instruisent aujourd’hui dans la première lecture et l’Evangile que nous venons d’écouter. Ces témoins sont ceux qui ont suivi Jésus depuis son baptême par Jean et qui ont vécu dans l’intimité avec lui.
Dans l’évangile en effet, c’est Marie-Madeleine qui nous est présentée comme la première à avoir fait l’expérience du tombeau vide. Elle s’était rendue très tôt le matin au tombeau, alors qu’il faisait encore sombre. Cette précision de l’Evangéliste n’est pas anodine. Le fait de dire qu’il faisait encore sombre, signifie que sans la lumière du Christ ressuscité, nous serions toujours dans les ténèbres. C’est le Christ ressuscité en effet qui illumine et donne sens à notre vie.
Marie-Madeleine qui s’est rendue au tombeau pour pleurer « son bien aimé » Jésus, se rendit compte qu’il n’est pas là. Pour elle, Jésus a été volé. Elle va faire le point aux apôtres. Alors ils vont courir pour s’enquérir de ce qui se passe, pour faire leur propre constat. Leur empressement vers le tombeau après l’annonce de Marie-Madeleine est une preuve du grand amour qu’ils ont pour leur maître. Au tombeau, ils découvrent les choses comme Marie-Madeleine le leur avait dit. Et l’autre disciple qui était avec Pierre vit et crut. Il a vu et compris à travers le tombeau vide que le Christ est ressuscité d’entre les morts. C’est ce regard de foi qui est aussi le nôtre aujourd’hui. Nous croyons et nous affirmons que notre Seigneur Jésus Christ est ressuscité d’entre les morts. En effet, « si le Christ n’est pas ressuscité, vide alors est notre message, vide aussi votre foi. » (1Co 15,14) comme nous le dira saint Paul.
Mais il est ressuscité, il est vraiment ressuscité. C’est bien ce que la première lecture, tirée du livre des actes des apôtres nous relate ce matin. Pierre, celui à qui Jésus a confié ses brebis, mais celui-là aussi qui va le renier trois fois, par peur, va prendre la parole devant un centurion de l’armée romaine pour annoncer cette Bonne Nouvelle de la résurrection : quelle audace ? Un courage que nous devons imiter quand il s’agit de dire la vérité, d’annoncer le Christ à temps et à contre temps. En agissant ainsi nous devenons nous aussi comme Pierre et ses frères apôtres, les témoins du Christ ressuscité au cœur de notre monde d’aujourd’hui. « Celui qui faisait du bien au milieu de vous, celui que vous avez crucifié, Dieu l’a ressuscité au troisième jour. Il s’est montré à nous et il nous a chargé d’annoncer au peuple qu’il est le juge des vivants et des morts, celui qui croit en lui, recevra le pardon de ses péchés » (Ac 10,40-43). Et ce pardon, nous l’avons déjà reçu par le sang du Christ versé sur la croix le vendredi saint, voilà pourquoi nous devons désormais faire l’effort de vivre dans cette grâce de fils de Dieu pardonnés et devenir nous aussi acteurs et protagonistes du pardon et de réconciliation au milieu de nos frères et sœurs.
De fait, tous ceux qui croient au Christ ressuscité doivent se laisser renouveler par Lui. C’est bien ce que Saint Paul va conseiller aux Corinthiens dans la deuxième lecture. Il leur dira : « purifiez-vous des vieux ferments et vous serez une pâte nouvelle, vous qui êtes comme le pain de la Pâque, celui qui n’est pas fermenté. » (1 Co 6, 7). Paul emprunte ici une image au rituel juif en ce qui concerne la célébration de la pâque juive, particulièrement le rite des azymes, afin de mieux exprimer le renouveau que la fête de Pâques ou la résurrection du Christ doit susciter en nous. En effet, avant chaque fête de Pâque, avant le repas pascal, ils devaient éliminer de leur maison tout ce qui est vieux pain. Et au cours de la fête, ils ne doivent utiliser qu’un pain nouveau, non fermenté. C’est le symbole de la vie nouvelle.
De même, pour nous aussi aujourd’hui, qui participons au repas de l’agneau véritable, l’agneau pascal qui est le Christ, nous sommes appelés à rejeter le vieux monde fermenté de péché et à devenir le pain nouveau. Comme nous le dit saint Paul lui-même, nous devons célébrer la Pâques non avec de vieux ferments : la perversité et le vice, mais avec du pain non fermenté : la droiture et la vérité, (1Co 5, 8) tout ce qui est bien. Alors fêtons notre Pâques aujourd’hui en rejetant et en laissant derrière nous tout ce qui est mal, conduite mauvaise, péché. Laissons-nous renouveler par le Christ ressuscité.
Au fond, il n’y a aucun de nous, si pécheur soit-il, que le Christ refuserait d’aider à recommencer une nouvelle vie. Car c’est exactement cela fêter la Pâques. C’est Lui-même qui nous fortifie dans l’accomplissement du bien dans l’espérance de la vie éternelle qu’il nous apporte par sa résurrection d’entre les morts.
Laissons-nous donc renouveler par le Christ ressuscité pour véritablement vivre de la joie de Pâques. Que la mort et la résurrection du Christ que nous célébrons dans chaque eucharistie nous aide. Amen !
Bonne fête de PÂQUES à toutes et à tous !

HOMELIE DU 2ème DIMANCHE DE PAQUE OU DE LA DIVINE MISERICORDE / RP YAWO PRUDENCE
Prev Post HOMELIE DU 2ème DIMANCHE DE PAQUE OU DE LA DIVINE MISERICORDE / RP YAWO PRUDENCE
ECHO DE LA CELEBRATION DE LA MESSE CHRISMALE A LA CATHEDRALE SAINT ESPRIT DE KPALIME
Next Post ECHO DE LA CELEBRATION DE LA MESSE CHRISMALE A LA CATHEDRALE SAINT ESPRIT DE KPALIME

Leave a Comment:

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *