DIOCESE DE KPALIME
DÉCISION-NOMINATION- 2021-2022  *Thème de l'année pastorale 2021-2022 : Accueillons la parole du Christ, devenons ses amis. *Suivez nous sur notre page facebook  *Mgr ALOWONOU souhaite une fructueuse année pastorale à tous les ouvriers de la moisson dans le Diocèse de Kpalimé.
THÈME DE L'ANNÉE PASTORALE 2021-2022
Accueillons la parole du Christ, devenons ses amis
PRIÈRE POUR LE JUBILÉ D’ARGENT DU DIOCÈSE DE KPALIMÉ
Dieu notre Père, nous te rendons grâce et nous te bénissons pour notre Église diocésaine, ta sainte famille que tu as rassemblée chez nous à Kpalimé, voici 25 ans.
FAISONS UN DON POUR HATER L'AVENEMENT DU SANCTUAIRE DE NOTRE DAME DE LA CONFIANCE DANS NOTRE DIOCESE
1 BANC = 28 000 FCFA SOIT 45 EUROS
SANCTUAIRE MARIAL
Prière pour l'avènement du Sanctuaire de Notre Dame de la confiance dans notre Diocèse.

ANNUAIRE DIOCESAIN 2017-2018
Actualités : MEDITATION DU 17ème DIMANCHE DU TEMPS ORDINAIRE – ANNEE A / RP AMEWU OSCAR

MEDITATION DU 17ème DIMANCHE DU TEMPS ORDINAIRE – ANNEE A / RP AMEWU OSCAR
Qu’est-ce que le Royaume des cieux ?
Chers lectrices et lecteurs,
Depuis le dimanche surpassé, nous nous joignons à la foule devant Jésus au bord du Lac Tibériade pour écouter ses enseignements qu’il a décidé nous donner en une série de paraboles. Nous pouvons aisément deviner la question implicite qui aurait provoqué ce long enseignement : qu’est-ce que le royaume des cieux ?
En effet, Jésus a proclamé la venue imminente du Royaume des cieux ; il a enseigné à ses apôtres à l’annoncer en deux phrases : « convertissez-vous car le Royaume des cieux est proche ». On en a vu les premiers signes : guérisons et victoires sur les démons, mais aussi les oppositions n’ont pas manqué et il semble que l’ensemble du peuple ne s’ouvre pas à son enseignement. Que penser de ce “Royaume de Dieu” qui change si peu ce qu’on vit concrètement ? Qu’est-ce donc que ce Royaume ? À quoi cela ressemble-t-il ? Ou mieux, en quoi ce Royaume nous est-il utile dans ce monde guidé par l’utilitarisme et l’intérêt personnel ?
Jésus se sert de comparaisons, comme le font généralement les paysans et les travailleurs de son temps pour nous donner une idée de ce qui nous est inaccessible. Proverbes et paraboles ont toujours été le grand moyen d’enseigner la sagesse. Mais la parabole n’est pas n’importe quelle comparaison ; elle fait prendre conscience à l’auditeur de la situation dans laquelle il se trouve, et l’oblige à prendre parti.
Pour les auditeurs de Jésus, le règne de Dieu signifiait d’abord une libération de son peuple d’Israël opprimé par les romains, et là, on voulait qu’il parle clairement. Mais Jésus, de son côté, ne pouvait donner de réponse qu’à ceux qui cheminaient avec lui ; car le Royaume fait partie de ces choses qui poussent à travers le monde, qui fermentent à coup sûr, mais qu’on ne peut pas voir tant qu’on n’y a pas cru. Jésus n’en parlera qu’avec des images, et nous nous y retrouverons dans la mesure où nous en avons déjà quelque expérience.
Les paraboles du trésor et de la perle nous invitent à ne pas perdre l’occasion quand le Royaume de Dieu vient à nous. Les deux paraboles donnent évidemment la même leçon mais à celle de la perle s’ajoute une nuance importante. L’ouvrier agricole était tombé sur le trésor par hasard…le Joaillier, lui « recherche », comme un collectionneur en quête d’une pièce rare. Nous sommes tous en quête du bonheur, mais hélas, beaucoup d’hommes se trompent, en ne cherchant que les bonheurs de pacotille, les fausses perles…brillantes comme les vraies, mais sans valeur réelles et qui ne trompe que les ignorants. La parole de Dieu affirme : « mon peuple péri faute de connaissance ».
Jésus nous invite aujourd’hui à redécouvrir l’essentiel dans nos vies, ce qui constitue notre véritable trésor : « Qu’est-ce qui a du prix à tes yeux ? Où est ton trésor ? Quelles sont tes priorités ? Qu’est-ce qui est important pour toi ?» Il nous faut « un cœur plein de discernement, un cœur intelligent et sage » pour savoir ce qui doit être conservé et ce qui doit être abandonné.
Bien des gens ont attendu pendant des années la parole, la personne ou le signe d’espoir qui donnerait un nouveau sens à leur vie et, un jour, ils en font la découverte comme ce trésor trouver dans le champ. C’est parfois quelque chose de très simple : une parole de pardon, un geste d’amitié, un premier engagement qui est offert et accepté. L’évangile mentionne la grande joie que cette découverte provoque en nous : « Dans sa joie, il va vendre tout ce qu’il possède, et il achète ce champ. » De même il nous faudra nous débarrasser de toutes ces habitudes, ces diversions… qui occupaient notre cœur sans le satisfaire. Quand viendront sur nous la nuit et le vent glacial des épreuves, nous devrons nous souvenir du trésor que nous avons vu, jusqu’au moment où nous le retrouverons. Le philosophe Platon a dit : “C’est quand il fait nuit que c’est beau de croire en la lumière.”
Encore faut-il aussi savoir que ce Royaume dont parle Jésus, loin d’être un rassemblement d’hommes et de femmes parfaits en tous points, est un ramassis de toute sorte de personnes. Du bon, et du moins bon. Nous avons déjà trouvé cette pensée dans la parabole de l’ivraie et bon grain : Dieu est patient envers les pécheurs et leur laisse le temps.
Mais attention ; il y a un avertissement d’une extrême gravité : « les anges viendront séparer les méchants des justes, et les jetteront dans la fournaise : là il y aura des pleurs et des grincements de dents ». La bonté de Dieu n’est pas complicité avec le mal. Nos comportements ne sont pas neutres. Ils préparent notre éternité et il est urgent de nous convertir.
Le discernement nous aidera à découvrir ce qui a de la valeur pour nous, à trouver les vrais trésors de nos vies, trésors qui donnent un véritable sens à notre famille, à notre travail, à notre existence. Cette sagesse évangélique nous permettra alors de « tirer du neuf et de l’ancien », à partir de notre vécu chrétien.
Bon dimanche à tous et à chacun !

 

 

Date de publication: 2020-07-25 00:00:00 Version Imprimable