DIOCESE DE KPALIME
DÉCISION-NOMINATION- 2021-2022  *Thème de l'année pastorale 2021-2022 : Accueillons la parole du Christ, devenons ses amis. *Suivez nous sur notre page facebook  *Mgr ALOWONOU souhaite une fructueuse année pastorale à tous les ouvriers de la moisson dans le Diocèse de Kpalimé.
THÈME DE L'ANNÉE PASTORALE 2021-2022
Accueillons la parole du Christ, devenons ses amis
PRIÈRE POUR LE JUBILÉ D’ARGENT DU DIOCÈSE DE KPALIMÉ
Dieu notre Père, nous te rendons grâce et nous te bénissons pour notre Église diocésaine, ta sainte famille que tu as rassemblée chez nous à Kpalimé, voici 25 ans.
FAISONS UN DON POUR HATER L'AVENEMENT DU SANCTUAIRE DE NOTRE DAME DE LA CONFIANCE DANS NOTRE DIOCESE
1 BANC = 28 000 FCFA SOIT 45 EUROS
SANCTUAIRE MARIAL
Prière pour l'avènement du Sanctuaire de Notre Dame de la confiance dans notre Diocèse.

ANNUAIRE DIOCESAIN 2017-2018
Actualités : MEDITATION DU 18ème DIMANCHE DU TEMPS ORDINAIRE – ANNEE A / RP YEMSO Roméo (SVD)

MEDITATION DU 18ème DIMANCHE DU TEMPS ORDINAIRE – ANNEE A / RP YEMSO Roméo (SVD)
Donnez-leur vous-même à manger : Une fraternité dans l'Alliance Nouvelle.
« La communauté chrétienne comme famille de Dieu interdit l'individualisme pour encourager le partage et la solidarité. Elle est marquée par quatre traits d'un bon chrétien : ils écoutent avec assiduité l'enseignement apostolique, ils pratiquent une grande qualité de relations interpersonnelles, ils se souviennent du Seigneur par la "fraction du pain", c'est-à-dire l'Eucharistie, et ils dialoguent avec Dieu dans la prière. Il n'y a pas de place pour l'égoïsme dans l'âme d'un chrétien. Si ton cœur est égoïste, tu n'es pas un chrétien, tu es une personne mondaine, qui ne recherche que faveur et profit » (cf. Pape François).


Bien aimés dans le Christ Jésus,
En ce 18ème dimanche, les textes liturgiques portent en leurs entrailles des expressions telles que « invitation et liberté au festin », « repas », « gratuité du pain », « abondance du don », « communion dans l’Alliance », « fraternité chrétienne ». Dès lors, une série de questions planent dans nos cœurs, dans nos raisons : Comment y répondre à cette invitation ? Quelle est la qualité de notre vie devant ce repas, l'Eucharistie dans notre vocation à la suite du Nouveau Moïse, le Législateur de la Nouvelle alliance ? Sommes-nous libres devant l’Eucharistie ? A l'invitation du Seigneur dans chaque messe, avançons-nous librement ou par contraintes pour communier au Corps et au Sang du Christ ?

En effet, le texte tiré du prophète Isaïe (Is 55, 1-3), porte une invitation adressée à nous tous et toutes sans exclusion aucune à la table de la fidélité, l'écoute et l'accueil du Dieu dans nos vies. Le prophète nous appelle à découvrir la gratuité, la Liberté de l'homme et l'abondance du don devant la miséricorde divine. L'on découvre clairement cela par ce qu'il donne gratuitement comme un verre d'eau, la foi nourrissante comme le lait, l'espérance et la charité réconfortantes comme le vin. Tous, riche ou pauvre, l'un qui est insatisfait de toutes richesses et consommations, l'autre dans sa misère et pauvreté, le prophète laisse un appel à l’impératif : Vous tous qui avez soif. Ecoutez, écoutez-moi et mangez ce qui est bon. … prêtez l'oreille et venez vers moi...
Dans l'épître aux Romains (Rm 8, 35.37-39), Saint Paul nous relate tout ce qui pourrait nous faire douter de l'Amour du Christ. De prime abord, les drames et les comédies de toute la vie chrétienne et apostolique ; ensuite toutes les forces que nos aïeux croyaient plus ou moins hostiles à l'Homme. Et devant toutes ces diversités nous sommes démunis que les êtres humains, notre vie chrétienne bascule. Plus la guerre, la haine, le mal et le péché, notre croyance en Dieu Silencieux, et trop Patient devient hypothétique et nous avons tendance de passer par les chemins raccourcis faciles ou porter des parapluies mondains. Mais l'apôtre nous dit : croire ou suivre le Christ, c'est puiser en Jésus de Nazareth la force de renaître et vaincre la mort. Car Jésus, le Christ n'est pas venu pour nous expliquer ou faire disparaître les souffrances créative et humaine mais il est venu les remplir de sa présence. Et sa vie depuis Nazareth jusqu'au mont des Oliviers manifeste bien cela. Donc la communion à son Sacrifice nous enseigne que rien ne pourrait nous séparer de lui, de Son Amour et de Son Sang. Nous vivons désormais dans l'Alliance Nouvelle où règne la fraternité. Cependant, qu'est-ce la fraternité dans notre monde aujourd’hui ? L'évangéliste saint Matthieu nous l'enseigne par le texte de la multiplication du pain (Mt 14, 13-21).

Bien aimés dans le Christ Jésus,
En fait, en rédigeant ce récit de la multiplication du pain dans le désert et en faisant suivre le passage de la mer par Jésus expressément, Mt fait allusion au Moïse du désert, nourrissant le peuple de la manne et lui faisant passer par le Jourdain. Peut-être pour nous montrer que Jésus est le Nouveau Moïse, le Nouveau Législateur de la Nouvelle Alliance. Ce Législateur est d'abord quelqu'un qui met sa main dans la pâte, qui prend part effectivement et efficacement au salut du peuple en apportant une solution concrète pas imaginaire aux problèmes de la faim, de la soif et de la liberté. Il l'a montré par toute sa vie publique, donnant du pain de guérison, en enseignant aux foules, en ressusciter les morts, et en expulsant les démons…Que pouvons-nous apprendre de la multiplication du pain en ce jour ?
Nous pensons qu'elle nous invite à découvrir le projet de Jésus de Nazareth qui est de nourrir les foules et de les réunir dans une véritable fraternité dans laquelle chacun/chacune sait partager « ses pains et ses poissons » en frères/sœurs. Pour le chrétien, la fraternité n'est pas une exigence avec les autres. C'est la seule manière de construire le Royaume des Cieux parmi les hommes. De nos jours, Cette fraternité souffre de diverses compréhensions. Nous pensons que nous aimons notre prochain tout simplement parce que nous ne lui faisons rien du mal, même si nous vivons alors avec un horizon mesquin et égoïste, insouciant de tous, mû uniquement par nos propres intérêts. L'Eglise, en tant que « Sacrement de la fraternité », et « Corps Mystique » du Christ est appelée à promouvoir, à chaque moment de l'histoire, de nouvelles formes de fraternité étroite entre les hommes/ femmes. Nous, membres pratiquants et non pratiquants de Ce «Corps Mystique», devons apprendre à vivre dans un style plus fraternel, plus simple, à l'écoute des nouvelles demandes de l'homme d'aujourd'hui telles que la lutte pour le désarmement surtout dans notre Afrique, la sauvegarde de la Nature (cf. Laudato Si), la solidarité avec les affamés, les assoiffés de la Justice et Paix, l'œuvre de la solidarité ecclésiale dans ce temps de COVID-19, l'inquiétude pour les personnes âgées solitaires et oubliées … peuvent être des demandes pour nous qui nous sentons comme frères/sœurs et voulons «multiplier», pour tous/toutes, le pain dont l'humain a besoin pour vivre. Par ailleurs, ce récit nous rappelle que nous ne pouvons pas manger notre pain et nos poissons en paix alors qu'à nos côtés il y a des hommes/femmes menacés de tant de « famines ». Ceux d'entre nous qui vivent calmes et satisfaits doivent entendre les paroles de Jésus : « Donnez-leur à manger ».
Que devant la Lumière du Verbe et l'Esprit de Grâce se dissipent les ténèbres du péché et la Nuit de l'incroyance. Et que l'Amour de Jésus habite dans nos cœurs. Amen !
P. Roméo Yémso, Svd.

Date de publication: 2020-08-01 00:00:00 Version Imprimable