DIOCESE DE KPALIME
DÉCISION-NOMINATION- 2021-2022  *Thème de l'année pastorale 2021-2022 : Accueillons la parole du Christ, devenons ses amis. *Suivez nous sur notre page facebook  *Mgr ALOWONOU souhaite une fructueuse année pastorale à tous les ouvriers de la moisson dans le Diocèse de Kpalimé.
THÈME DE L'ANNÉE PASTORALE 2021-2022
Accueillons la Parole du Christ, devenons ses amis
PRIÈRE POUR LE JUBILÉ D’ARGENT DU DIOCÈSE DE KPALIMÉ
Dieu notre Père, nous te rendons grâce et nous te bénissons pour notre Église diocésaine, ta sainte famille que tu as rassemblée chez nous à Kpalimé, voici 25 ans.
FAISONS UN DON POUR HATER L'AVENEMENT DU SANCTUAIRE DE NOTRE DAME DE LA CONFIANCE DANS NOTRE DIOCESE
1 BANC = 28 000 FCFA SOIT 45 EUROS
SANCTUAIRE MARIAL
Prière pour l'avènement du Sanctuaire de Notre Dame de la confiance dans notre Diocèse. Consultez la prière
ANNUAIRE DIOCESAIN 2020-2021
Actualités : HOMELIE DE MGR BENOIT ALOWONOU A L’OCCASION DE LA FETE DE LA FOFCATO ET FETE DES MERES/7em Dimanche de Pâques

Je suis l’alpha et l’oméga, le premier et le dernier, le commencement et la fin. »

 

Frères et Sœurs en Christ 

 

En ce 7e dimanche de Pâques, les lectures que l’Eglise propose à notre méditation sont très riches en enseignements. Des enseignements qui consolent les chrétiens que nous sommes et ouvrent dans notre cœur une route d’espérance. Dieu nous dit qu’il est le premier et le dernier, c’est à dire avant lui rien n’a existé et en dehors de lui, rien n'existe et ne peut exister. Il est celui qui est, celui qui était, celui qui demeure éternellement.

 

Les lectures de ce dimanche sont de la plume de deux auteurs inspirés, tous les deux sont des évangélistes alors que, ordinairement et souvent nous méditons les dimanches les textes écrits par trois auteurs inspirés, Aujourd’hui la première lecture nous vient de saint Luc, la deuxième et la troisième, l’évangile, sont de la plume de saint Jean. 

 

Que pouvons-nous retenir des lectures de ce dimanche ?

L’essentiel des trois lectures se trouve dans l’évangile. Jésus demande trois choses pour nous au moment où il passait de ce monde à son Père. Quelles sont ces trois choses : l’unité, le témoignage chrétien et le ciel.

 

D’abord l’unité: « qu’ils soient un comme nous sommes un. » Il ne s’agit pas de n’importe quelle unité, mais d’une unité qui est comparable à celle qui unit Dieu le Père et Dieu le Fils, c’est à dire un amour sans limite, un amour qui ne fait pas de choix parmi hommes: il ne s’agit d’aimer ceux qui nous aiment. Il ne s’agit pas non plus d’aimer ceux qu’on veut aimer et laisser les autres parce qu’ils ne sont pas comme nous; qu’ils n’ont pas le même rang social que nous, parce qu’ils ne sont pas du même village ou du même canton, ou ne parlent pas la même langue ou le même dialecte que nous. L’amour qui unit le Père et le fils est un amour inconditionnel. Un amour qui n’exclut personne. Dieu nous a tous aimés, il a donné son fils pour nous sauver tous.

 

La deuxième chose que le Christ a demandée dans sa prière pour nous avant de quitter ce monde, c’est le témoignage chrétien. 

« Qu’ils soient un en nous eux aussi pour que le monde croit que tu m’as envoyé. »

 

Le Pape Paul VI, le Saint a déclaré que notre monde n’a pas besoin de prédicateurs mais des témoins. « Les hommes d'aujourd'hui ont plus besoin de témoins que de maîtres. » C’est quand ils sont témoins qu’ils deviennent des maîtres qui enseignent au monde. C’est grâce à l’amour que nous aurons les uns pour les autres, c’est grâce au témoignage de notre unité que nous sommes des disciples du Christ, des fils et filles de l’Eglise.

À ce propos, très souvent, le monde reproche à tort ou à raison aux catholiques, leur manque de solidarité. Le manque de témoignage chrétien. Il nous reproche d'abandonner nos frères et sœurs qui sont malades ou qui sont dans des difficultés. Nous ne rendons pas visite à ceux qui étaient proches de nous et qui pour des raisons de santé et des soucis de ce monde ne sont plus réguliers à nos rassemblements, à nos classes de chant à nos réunions. 

Je ne dis pas que ce comportement dont nous sommes souvent et trop souvent, accusés est vrai ou faux. Il nous revient à tous de nous interroger sur le bien fondé de ce reproche. Le Christ nous rappelle encore aujourd’hui qu’il a prié le Père pour nous afin qu’il nous donne la grâce de l’unité qui montrera que nous sommes son peuple et ses disciples.

 

La troisième chose que le Christ a demandée pour nous avant de quitter le monde c’est le ciel. « Père, ceux que tu m'as donnés, je veux que là où je suis, eux aussi soient avec moi, et qu'ils contemplent ma gloire, celle que tu m'as donnée parce que tu m'as aimé avant même la création du monde » 

C’est cette demeure éternelle que le Christ a préparée pour nous, que saint Jean a présentée dans la deuxième lecture de ce dimanche.  Le Seigneur dit qu’il vient. C’est le dernier chapitre de la Bible, la dernière parole laissée par Dieu dans la Sainte Écriture « Voici que je viens sans tarder, et j’apporte avec moi le salaire que je vais donner à chacun selon ce qu’il a fait. Heureux ceux qui lavent leurs vêtements : ils auront droit d’accès à l’arbre de la vie et, par les portes, ils entreront dans la ville. »

 

 C’est le ciel promis que le diacre Etienne a contemplé au moment où on le lapidait au nom de Jésus Christ : Il est rempli de l’Esprit Saint, fixât  le ciel du regard : il vit la gloire de Dieu, et Jésus debout à la droite de Dieu. Il déclara : « Voici que je contemple les cieux ouverts et le Fils de l’homme debout à la droite de Dieu. »

 

Frères et Sœurs,

 

À présent je voudrais me tourner vers nos mamans, nos sœurs, les femmes de la FOFCATO, puisque aujourd’hui c’est leur fête, c’est leur dimanche, c’est leur jour.

Femmes de la FOFCATO, femmes catholiques du Togo,  savez vous que la FOFCATO, votre fédération, votre association est la plus grande association dans l’Eglise du Togo, et dans l’Eglise de Kpalimé ? Vous formez le groupe le plus nombreux de l’Eglise qui est chez nous et qui est ailleurs dans l’Eglise. Dans votre association, se trouvent toutes les femmes des chorales et toutes les femmes des Congrégations de nos paroisses. Dans la FOFCATO se trouvent toutes les filles de nos mouvements de jeunes et toutes les dames de nos ordres.

Dans votre fédération se trouvent toutes les religieuses et toutes les laïques consacrées. Sachez que vous avez du prix aux yeux de Dieu et de l’Eglise. 

La femme a du prix devant Dieu, le Créateur. La Bible nous montre combien la femme est toujours au point de départ des grands événements du mystère de la Rédemption.

La Bible nous apprend, en effet,  que le jour de la première désobéissance de l’homme c’est à la femme, Éve, que le diable s’est adressé pour conduire l’homme et toute l’humanité dans le péché. Et quand l’heure fut venue pour sauver toute l’humanité du péché et de la mort, c’est à une femme, la Vierge Marie, que Dieu s’est adressé pour dévoiler son plan de salut. L’ange dit à Marie: « Je te salue, pleine de grâces, le Seigneur est avec toi. Tu es bénie entre toutes les femmes. Tu donneras un fils qui sera le Sauveur du monde ». 

Et le matin de Pâques c’est encore à la femme que les anges ont annoncé la plus grande joie du monde la joie de la résurrection.  C’est à Marie Madeleine, que Jésus a dit: « Va trouver mes frères pour leur dire que je monte vers mon Père et votre Père, vers mon Dieu et votre Dieu. »

 

Chères Sœurs Membres de la FOFCATO, 

 

Si nous avons voulu parler de cette place que la femme a dans le projet rédempteur de Dieu ce n’est pas pour vous comparer aux hommes qui eux aussi ont du prix devant Dieu, mais c’est pour donner à cette journée toute son importance, cette journée de la femme catholique, la femme chrétienne que vous êtes.

 

 À l’heure où nous nous réunissons ce matin,  vos consœurs sont réunies en prière autour de l’autel de l’eucharistie à la Cathédrale Saint Esprit de kpalimé, à Agbanou, à Agbatitoe, à Kpové, à Koudrzavi pour rendre grâce à Dieu comme vous le faites en union avec elles ici à Asahoun Fiagbé. Vous êtes assises au pied de l’autel du Seigneur comme Marthe et Marie, deux femmes croyantes pour écouter la parole de Dieu. Vous êtes assises aux pieds de Jésus comme Marie Madeleine pour verser le parfum de votre amour et de votre foi sur les pieds de Jésus. Comme Marie la Mère de Jésus vous êtes rassemblées autour de l’autel de la Pâques du Christ pour dire à Dieu: le « Seigneur à fait pour nous des merveilles saint est son nom » 

 

 Frères et Sœurs,

 

Jésus a prié pour nous pour que le Père nous donne le ciel la demeure éternelle.

C’est pour contempler un jour ce ciel ouvert et contempler Jésus assis debout à la droite du Père que nous sommes rassemblés encore aujourd’hui pour célébrer la Pâques du Seigneur, pour célébrer la femme catholique, pour célébrer notre communion dans le Christ. Que son Esprit Saint que nous attendons en cette semaine de neuvaine de la Pentecôte, nous éclaire et nous guide toujours.

 

Amen.

 

 

Date de publication: 2022-05-29 00:00:00 Version Imprimable