HOMELIE DU 4e DIMANCHE DU TEMPS DE PAQUES ANNEE B / RP VENCESLAS SETO

  • 0
  • 187 views

Frères et sœurs en Christ, bien aimés de Dieu, nous célébrons en ce dimanche, 4e du temps de Pâques, le Bon Pasteur. L’église tourne nos regards vers le Christ le Berger par excellence envoyé par Dieu le Père pour nous conduire vers le Saint Bercail : le Royaume.

Sommes-nous de ce bas monde ? Notre vie s’arrête-t-elle dans ce bas monde ? Non. Nous sommes citoyens du ciel, enfants de Dieu selon sa volonté. Et nous marchons avec espérance, foi et amour vers le Royaume, la félicité éternelle : en témoigne le nom que la Tradition donne à l’Eglise sur terre : Eglise militante ou Eglise en marche vers le Royaume.

Le Pasteur qui nous conduit et sous la houlette du qui nous nous blottissons pour atteindre notre Patrie est le Christ ressuscité. Lui la pierre rejetée par les bâtisseurs, est devenu la pierre d’angle. Il est notre force, la lumière qui nous guide et nous fraie le chemin vers Dieu. Le Christ, le Bon Berger a toutes les qualités idéales pour nous conduire et nous mener au Père. Une de ses nombreuses qualités que nous retrace l’évangéliste Saint Jean en ce dimanche battit notre méditation :  Le vrai berger donne sa vie pour ses brebis.

Le Christ, Fils de Dieu s’est donné en rançon pour l’humanité. Sur la Croix, il a souffert sa Passion et est mort pour nous libérer du joug et de l’emprise du péché. Il nous a délivré de l’obscurité et nous a rendu la vie, la vie divine défigurée par le péché de nos parents Adan et Eve. « Ma vie, nul ne la prend, c’est moi qui la donne » nous dit le Christ lui-même. Il s’est donné pour nous par amour. Ce don est sacrifice, une offrande parfaite qu’agrée le Père. Cette offrande nous arrache de la damnation et nous octroie la vie éternelle.  Voilà un vrai berger.

La célébration du dimanche du Bon Pasteur doit nous inciter à reconsidérer notre manière d’assumer les responsabilités que nous portons dans la société, dans l’Eglise, dans nos maisons, familles… Nous devons donc faire l’état de nos agissements et actions envers ceux qui nous sont soumis. A l’instar du Christ qui donne sa vie pour ses brebis, nous devons apprendre à faire de même pour nos frères et sœurs. Nous devons nous porter volontiers à se sacrifier pour eux, à endurer des peines s’il en faut pour leur survie. Cela suppose qu’en tant que responsable nous avons compris notre devoir de veiller et d’œuvrer à l’évolution, à la croissance, au développement et au bien des personnes dans le respect de la dignité humaine, du principe de subsidiarité et du bien commun.

D’où, une introspection sur les réelles motivations des aides que nous portons à ceux qui sont dans le besoin. Ces aides sont-elles mues par de saines intentions ou par d’intérêts personnels et égoïstes. Aider reviendrait purement et simplement à nuire si nos motivations ne sont désintéressées.

Que le Christ bon Berger assainisse nos intentions et motivations afin que nous assumions avec loyauté et selon le cœur de la Trinité nos différentes responsabilités.

Prions aussi pour les vocations à la vie consacrée. Que le Seigneur donne à son peuple les pasteurs selon son cœur. Amen.

 

MESSAGE DU SAINT-PERE POUR LA 61E JOURNEE MONDIALE DE PRIERE POUR LES VOCATIONS
Prev Post MESSAGE DU SAINT-PERE POUR LA 61E JOURNEE MONDIALE DE PRIERE POUR LES VOCATIONS
CELEBRATION DES JOURNEES DIOCESAINES DE LA JEUNESSE
Next Post CELEBRATION DES JOURNEES DIOCESAINES DE LA JEUNESSE

Leave a Comment:

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *