HOMELIE DU RP DOMINIQUE KEKPESSA EN LA FETE DE LA SAINTE FAMILLE, ANNEE B

  • 0
  • 79 views

Chers frères et sœurs en Christ : loué soit Jésus-Christ.

Chaque année, au cours des sept jours qui suivent la solennité de la Nativité de notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ, L’Eglise nous invite à fêter la famille dans laquelle le divin Enfant est né, élevé, et éduqué : la Sainte Famille de Jésus, Marie et Joseph.

Comme nous le savons bien, personne n’est sans famille en ce monde. Par conséquent, le vocable de Sainte Famille nous intéresse tous.

Comme nous le prions dans la collète de la Messe de cette fête, le Seigneur a voulu que la Sainte Famille nous soit donnée en exemple. En effet, Jésus et ses parents ont vécu plusieurs vertus dont nos familles ont encore besoin aujourd’hui pour vivre heureuses et témoigner du Christ dans le monde. Allons à la découverte de ces vertus à travers les textes liturgiques de ce jour.

  • L’obéissance à la parole de Dieu

 Dans l’évangile (Lc 2, 22-40) où il est question de la consécration de l’Enfant Jésus à Dieu par ses parents dans le Temple de Jérusalem, l’auteur sacré répète par cinq fois, que Marie et Joseph ont amené Jésus à Jérusalem pour accomplir ce que la Loi de Moïse a prescrit.

Cette insistance nous révèle que Marie et Joseph étaient pieux, zélés à mettre en pratique la parole de Dieu.

Chers frères et sœurs en Christ, chers époux chrétiens, comme nous le savons la vie conjugale n’est pas uniquement ordonnée au bien des conjoints et à la procréation. Elle a aussi le devoir de l’éducation des enfants.

Marie et Joseph nous apprennent ce qui doit distinguer l’éducation d’une famille chrétienne : l’initiation à la parole de Dieu et à sa mise en pratique.

Il ne s’agit pas par exemple de faire ces recommandations aux enfants : « Allez à l’église », « Ne volez pas », « Ne mentez pas », « n’insultez pas » …  Il nous faudra plutôt les conduire nous-mêmes et régulièrement à l’église dès le bas âge.  Il nous faut nous abstenir du vol, du mensonge, des injures, bref tout ce que la parole de Dieu interdit et faire ce qu’elle recommande, afin de leur inculquer l’amour de Dieu, la crainte de Dieu, l’obéissance à sa parole.

  • L’entretien des talents et vocations

 Dans l’évangile, au lieu de nous décrire le rite de consécration du premier né pour lequel Marie et Joseph ont conduit Jésus à Jérusalem, Saint Luc nous relate plutôt la rencontre et la conversation de la Sainte Famille avec deux vieillards pauvres et pieux : Siméon et Anne. Ces derniers, remplis du Saint Esprit, ont prédit la mission du Divin Enfant. Ayant reçu successivement ce petit enfant dans leurs bras, ils ont loué Dieu et reconnu en lui le Messie de Dieu, le salut des peuples, la lumière des nations, la gloire d’Israël.

Bien qu’étonnés par ces prophéties, Marie et Joseph accueillirent le projet de Dieu sur ce divin enfant sans s’y opposer.

Chers parents, en nos enfants, nous découvrirons plusieurs talents, diverses vocations sociales et chrétiennes. Certains seront simples, d’autres complexes et exigeants. À l’exemple de Marie et Joseph, n’étouffons pas ces talents et vocations. Entretenons-les autant que nous le pourrons.

  • La confiance de la foi en Dieu

Chers frères et sœurs, dans nos familles chrétiennes, nous n’aurons pas que la joie et le bonheur matériel, terrestre. Nous aurons à pleurer, à souffrir parfois. Tout cela sera l’épreuve de notre foi.

Même la Sainte Famille, la famille idéale devant Dieu n’en a pas été épargnée.

« Quant à toi, femme, une épée te transpercera l’âme » : disait Siméon à Marie.

Face aux difficultés de nos familles : la stérilité, la maladie, la pauvreté, l’échec, les mésententes…, la parole de Dieu nous conseille la confiance et la foi sans condition à l’exemple d’Abraham dans la première et la deuxième lecture.

À 75 ans, Dieu lui demanda de quitter les héritages de ses parents sans lui préciser là où il irait. Abraham partit comme un enfant sans poser des questions.

Dieu lui promit une descendance nombreuse qui tardait à se réaliser. Même à 99ans, il n’avait pas encore un seul enfant. Il ne perdit pas confiance en Dieu.

Il eut son premier enfant à 100ans et Dieu lui demanda encore de le lui offrir en sacrifice. Il a obéi. Ayons une telle confiance et foi en Dieu dans nos vies familiales.

Pour finir, retenons qu’une famille ne sera heureuse que lorsque chacun connaît et accompli son devoir. Une famille ne deviendra vraiment chrétienne que lorsqu’elle sera une église domestique selon l’expression du Concile Vatican Il. C’est-à-dire une école de la foi chrétienne, une école de la prière d’ensemble, une école de pardon mutuel, une école de respect mutuel, une école de charité, de sincérité et d’autres vertus chrétiennes.

Puisse la puissante intercession de la Sainte Famille nous rendre habiles à vivre et cultiver ces vertus dans nos familles respectives.

 

Amen!

 

HOMELIE DE LA NUIT DU 31 DECEMBRE 2023 / MGR BENOIT ALOWONOU
Prev Post HOMELIE DE LA NUIT DU 31 DECEMBRE 2023 / MGR BENOIT ALOWONOU
MESSE DE LA VIGILE DE LA NATIVITE A LA CATHEDRALE SAINT ESPRIT DE KPALIME
Next Post MESSE DE LA VIGILE DE LA NATIVITE A LA CATHEDRALE SAINT ESPRIT DE KPALIME

Leave a Comment:

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *