HOMELIE PRONONCEE PAR MGR BENOIT ALOWONOU A L’ORDINATION DIACONALE ET PRESBYTERALE LE SAMEDI 30 SEPTEMBRE 2023 EN L’EGLISE IMMACULEE CONCEPTION DE TSIHINU

  • 0
  • 206 views

« Jésus vit, en passant, un homme, du nom de Matthieu, assis à son bureau de collecteur d’impôts. Il lui dit : « Suis-moi. » L’homme se leva et le suivit. » (Matthieu 9,9)

Frères et Sœurs en Christ,

Pour la première fois, depuis la création de notre Église diocésaine, le 1er juillet 1994 par le Pape Saint Jean Paul II, nous sommes rassemblés ici, dans l’église Immaculée Conception de Tsihinu, sans la présence physique du TRP Louis EKLU qui nous a quittés pour la maison du Père le 30 août dernier. En effet, pratiquement chaque année, le TRP Louis, accueillait ici, les candidats au sacerdoce ministériel le jour de leur ordination. Beaucoup de prêtres, les jeunes et les moins jeunes, ceux de notre diocèse comme ceux d’autres diocèses, ainsi que beaucoup de fidèles chrétiens, saisissaient l’occasion pour venir saluer leur frère aîné, leur curé ou leur ami: le Père EKLU.

Et le TRP Louis EKLU exprimait sa joie immense de contempler dans le visage des jeunes élus prêtres, la présence du Christ souverain et Grand Prêtre. Il rendait grâce à Dieu, qui toujours, est à l’écoute de son peuple qui ne cesse de dire aux vêpres du dimanche et durant tout le mois d’octobre, mois du rosaire: « Seigneur donne nous des prêtres, donne nous de saints prêtres et beaucoup de saints prêtres ». Cette joie partagée, le TRP Louis EKLU l’exprimait aussi, en bénissant les prêtres et en leur prodiguant de sages conseils sur la valeur, la grandeur et la beauté du ministère du prêtre. Beaucoup de ses fils, nouveaux prêtres, couraient à leur tour, vers lui, pour le bénir et lui imposer les mains ointes du saint chrême par la puissance du Saint Esprit.

Chers Diacres et futurs prêtres, ASSAKPO Grégoire, FADU Olivier, GOKA Jérôme Francis, KLEVO Théodore et OBIDIABA Jean-Luc,

Tout à l’heure à la sortie de la messe, votre regard de prêtre ministre du Christ, ne croisera pas le regard du Père Louis EKLU, mais son regard à lui, grâce à la miséricorde divine, croise déjà, dans l’éternité, le regard de la Vierge Marie, Mère des prêtres, et le regard du Christ le Prêtre Éternel. Il exulte de joie en vous regardant dans vos beaux habits sacerdotaux, au milieu du peuple de Dieu et devant l’autel de Dieu.

Maintenant qu’il a achevé sa mission dans l’Eglise en marche et que le Seigneur l’a fait asseoir à la table des Noces pour l’éternelle eucharistie, le TRP Louis EKLU continue de prier pour vous et avec vous. Il continue de nous parler à travers l’exemple de sa vie de prêtre, à travers le témoignage de sa vie. Il nous encourage, il vous encourage, chers futurs diacres et futurs prêtres, à aimer le Christ le souverain prêtre, celui qui vous dit aujourd’hui comme jadis il avait dit à Matthieu le collecteur d’impôt,  « viens et suis moi ».

Chers Frères et Sœurs en Christ,

Nous sommes rassemblés pour l’ordination de nos futurs diacres et prêtres et nous voulons rendre grâce à Dieu pour son amour. Le sacerdoce est l’amour du cœur de Jésus, selon la belle expression du saint Curé d’Ars, et chaque fois qu’un prêtre est ordonné, c’est le peuple de Dieu tout entier, qui vient rendre grâce, car le prêtre c’est un don du Seigneur à son Eglise. C’est le prêtre qui est l’intendant des sacrements de l’Eglise et l’intendant de l’Eucharistie. Saint Thomas d’Aquin disait simplement et profondément: « on est ordonné prêtre pour célébrer l’eucharistie », car oui, le prêtre est avant tout l’homme de l’eucharistie, et l’Église dans son ensemble – vit de l’eucharistie.

A cette heureuse occasion de l’ordination de nouveaux diacres et prêtres, je vous invite à nous tourner vers le Christ qui appelle qui il veut, quand il veut, où il le veut. Nous nous tournons vers lui pour lui confier ceux qu’il appelle en ce jour et pour méditer ensemble sur le mystère de la grâce de l’appel au sacerdoce.

Frères et Sœurs

Dans l’évangile que nous venons d’écouter, Jésus s’adresse à un collecteur d’impôts, un publicain, tout occupé à sa tâche, et il lui dit « viens et suis moi » et lui, laissant sa table et ses livres de comptes, se leva et le suivit.

L’évangile de cet appel est celui que l’Eglise propose le 21 septembre, en la fête de st Matthieu, apôtre et évangéliste, fête qui a coïncidé avec le jour de la publication des nominations de cette nouvelle année pastorale.

Frères et Sœurs,

Lorsque nous parcourons l’évangile, nous voyons que le Christ a appelé ses disciples de différentes façons, et à des endroits différents. Il a appelé des hommes différents les uns les autres dans leurs caractères et leurs dispositions naturelles. Le point commun est qu’ils étaient tous invités à demeurer dans le Christ, dans l’unité de la foi, pour former un seul corps : l’Eglise. Ils sont appelés pour bâtir le corps du Christ dans l’unité, comme l’écrit st Paul aux Ephésiens dans la première lecture de cette célébration. Les appelés étaient différents mais chaque fois, l’invitation était, et est toujours la même : «tout quitter, renoncer à soi-même et venir à sa suite ».

Frères et Sœurs, et particulièrement vous, les heureux ordinands,

En proposant l’évangile de l’appel de Matthieu, un publicain, à votre méditation, l’Eglise, Mère et éducatrice désire vous introduire dans le sens de l’appel du disciple et son mystère.

Je vous propose de le méditer en trois enseignements :

  • Le premier enseignement: l’appel du prêtre est un appel gratuit.

Le Seigneur appelle à son service par pur amour. Il appelle des pécheurs afin que par leur réponse à son appel, ils trouvent un chemin de conversion et un chemin de sainteté. Au temps de Jésus, les collecteurs d’impôts n’avaient pas bonne réputation. Ils abusaient de leur fonction et s’enrichissaient sur le dos des autres. C’étaient des publicains, c’est-à-dire des pécheurs. Un moine, docteur de l’Eglise, Saint Bède le Vénérable précise que : « Jésus vit Matthieu le publicain et, parce qu’il l’aimait, il le choisit ». Il l’a regardé avec miséricorde, afin qu’au-delà de son péché, il s’unisse à lui, et devienne capable, à son tour, d’être un être de miséricorde et d’amour, un coopérateur du Christ et non collecteur.

Chers Pères et chers diacres, il n’y a aucun mérite à être appelés mais plutôt l’exigence d’une perpétuelle action de grâce et une profonde humilité : « Moi qui suis en prison à cause du Seigneur, dit encore st Paul dans la première lecture, je vous exhorte donc à vous conduire d’une manière digne de votre vocation. Ayez beaucoup d’humilité, de douceur et de patience, supportez-vous les uns les autres avec la force de l’amour. »

  • Le deuxième enseignement, l’appel du Prêtre est un appel au renoncement à soi-même.

Renoncement! Ce mot fait peur car il porte l’image de la faiblesse et de la vulnérabilité. C’est pourtant l’attitude obligatoire de ceux que Dieu appelle. Depuis Abraham en passant par Moïse et Elie et jusqu’à vous aujourd’hui, l’exigence est la même : le renoncement.

Ainsi, lorsque Matthieu reçut l’appel de Jésus à le suivre, il abandonna son ancienne vie de collecteurs d’impôts pour une nouvelle vie avec le Christ, celle de disciple. Au jeune homme riche, Jésus dit de même : « …..va, vends tout ce que tu as, donne le aux pauvres et viens, et suis moi ».

Pour vous, chers ordinands, renoncer à soi-même signifie d’abord accepter de ne pas faire ce qui vous plaît, mais de donner la priorité à la volonté de Dieu, une volonté mystérieuse et imprévisible, qui se découvre, au jour le jour, comme un chemin ou une destination inconnue en ayant pour seul guide, le Christ et sa parole. Partir pour une terre inconnue que le Seigneur indiquera à chaque étape, voilà le premier pas du renoncement. Renoncer à soi-même, c’est donc, pour vous chers futurs diacres et futurs prêtres,  renoncer à demander la sécurité d’une vie où l’on a réponse à tout.

  • Troisième enseignement : l’appel du prêtre est un appel à imiter le Christ.

En demandant à Matthieu de le suivre, dit encore Saint Bède le Vénérable, « Jésus l’invitait moins à marcher derrière lui, qu’à vivre comme lui », autrement dit, à aimer comme lui, à regarder ses frères comme lui-même les regarde, c’est-à-dire, avec amour et miséricorde.

Oui, imiter le Christ et vivre comme le Christ, voilà votre vocation. Elle dure toute la vie: « Au terme, nous dit encore st Paul, nous parviendrons tous à la vraie connaissance du Christ, à la plénitude de la stature du Christ ».

Chers ordinands,

Jésus a dit à Matthieu : « suis-moi ». C’est à vous que cet appel est adressé, et aujourd’hui, au pied de son autel, vous êtes venus lui dire « me voici ».

Suivez-le sans crainte et dans la joie de Celui qui vous appelle. Lui seul a les paroles de la vie éternelle et il est le chemin qui conduit à la vie éternelle.

Invitez la Vierge Marie à être la mère de votre ministère et le modèle du disciple selon le cœur de son Fils. Et que le Seigneur soit votre joie et votre force, aujourd’hui et toujours. Amen !

LES EVENEMENTS A VENIR DANS L’EGLISE FAMILLE DE DIEU A KPALIME
Prev Post LES EVENEMENTS A VENIR DANS L’EGLISE FAMILLE DE DIEU A KPALIME
INTENTION DE PRIERE DU PAPE FRANÇOIS : EN OCTOBRE, LE PAPE PRIE POUR L’ÉGLISE EN SYNODE
Next Post INTENTION DE PRIERE DU PAPE FRANÇOIS : EN OCTOBRE, LE PAPE PRIE POUR L’ÉGLISE EN SYNODE

Leave a Comment:

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *