DIOCESE DE KPALIME
DÉCISION-NOMINATION- 2020- 2021  *Thème de l'année pastorale 2019-2020 : Marchons à la suite du christ: adorons-le, annonçons-le louons-le  *Suivez nous sur notre page facebook  *Mgr ALOWONOU souhaite une fructueuse année pastorale à tous les ouvriers de la moisson dans le Diocèse de Kpalimé.

COMMUNIQUÉ DE PRESSE DE LA CONFÉRENCE DES ÉVÊQUES DU TOGO - 2021

Lire le communiqué



THÈME DE L'ANNÉE PASTORALE 2019-2020
MARCHONS À LA SUITE DU CHRIST: ADORONS-LE, ANNONÇONS-LE LOUONS-LE
PRIÈRE POUR LE JUBILÉ D’ARGENT DU DIOCÈSE DE KPALIMÉ
Dieu notre Père, nous te rendons grâce et nous te bénissons pour notre Église diocésaine, ta sainte famille que tu as rassemblée chez nous à Kpalimé, voici 25 ans.
FAISONS UN DON POUR HATER L'AVENEMENT DU SANCTUAIRE DE NOTRE DAME DE LA CONFIANCE DANS NOTRE DIOCESE
1 BANC = 28 000 FCFA SOIT 45 EUROS
SANCTUAIRE MARIAL
Prière pour l'avènement du Sanctuaire de Notre Dame de la confiance dans notre Diocèse.
ANNUAIRE DIOCESAIN 2020-2021
Actualités : HOMELIE PRONONCEE PAR MONSEIGNEUR BENOIT ALOWONOU A LA MESSE CHRISMALE 2021

« Le soir de la Résurrection, les disciples étaient réunis dans une maison. Jésus vint et, debout au milieu d’eux, il leur dit : « La paix soit avec vous ! Les disciples furent remplis de joie en voyant le Seigneur. Jésus leur dit de nouveau : « La paix soit avec vous ! Comme le Père m’a envoyé, moi aussi je vous envoie. Après ces mots, il souffla sur eux et leur dit : Recevez le Saint-Esprit ! »

Frères et Sœurs en Christ,

Que c’est beau de nous retrouver autour de Jésus pour l’entendre encore nous dire « comme le Père m’a envoyé moi aussi je vous envoie. »
Que c’est beau et merveilleux, de voir Jésus souffler sur nous et nous dire encore « recevez le Saint Esprit ». C’est parce que nous avons reçu ce souffle le jour de notre ordination que tout à l’heure à notre tour, l’évêque en communion avec vous va répéter ce beau geste de Jésus en soufflant sur l’huile que nous allons consacrer, ce Jeudi Saint, jour où nous nous rappelons le jour inoubliable où l’amour du Christ a fait de nous ses serviteurs-prêtres pour l’éternité selon l’ordre de Melchisédek.
Le Christ aujourd’hui encore et toujours, envoie son souffle d’amour sur nous, il le fait toutes les fois que nous accomplissons un service sacerdotal liturgique dans nos paroisses ou en dehors de nos paroisses. C’est par le souffle de l’Esprit Saint que nous consacrons le pain et le vin pour qu’ils deviennent le Corps et le Sang du Christ dans le grand sacrement de l’eucharistie, le sacrement des sacrements. Jésus souffle son Esprit sur nous quand nous sommes invités à bénir des maisons ou des voitures ou un atelier. Il souffle sur nous quand nous visitons les malades pour leur donner les sacrements de l’Eglise. Jésus souffle encore et toujours sur nous quand nous bénissons le chapelet ou la petite médaille des paroissiens. Rien ne se fait par le prêtre sans le souffle de l’Esprit reçu le jour de son ordination. De même que le Christ a dit à ses disciples : " sans moi vous ne pouvez rien faire", de même il dit à ses prêtres : "sans le Saint Esprit vous ne pouvez rien faire".
Notre message de carême de cette année, portait justement sur le rôle fondamental de l’Esprit Saint dans la vie du chrétien, dans notre vie de prêtres. Le thème du message était : « Laissons-nous conduire par l’Esprit Saint ». Il est le divin moteur de nos activités et de nos actions sacerdotales. Nous ne pouvons rien faire sans le secours de sa grâce, la grâce qui est la puissance divine qui nous est donnée, par le don de l’Esprit Saint.
S’il est vrai que nous ne pouvons rien faire sans le Saint Esprit, il est aussi vrai que le Saint Esprit ne veut rien faire sans le ministère du prêtre. Le prêtre et un instrument dans la main de l’Esprit Saint pour la sanctification du peuple de Dieu et pour la sanctification du prêtre lui-même. C’est par le prêtre, instrument dans la main de Dieu-Esprit Saint, que le Seigneur absout le péché de ses enfants. C’est par le prêtre instrument de l’Esprit Saint que Jésus continue aujourd’hui de nourrir les hommes sur le chemin de l’éternité.
A ce sujet, pendant la célébration de la messe, lorsque le prêtre étend la main sur les offrandes, c'est l'Esprit Saint qu'il invoque pour qu'il consacre lui-même les offrandes du peuple que sont le pain et le vin « Que ce même Esprit Saint, nous t’en prions, Seigneur, sanctifie ces offrandes : qu’elles deviennent ainsi le corps et le sang de ton Fils dans la célébration de ce grand mystère que lui-même nous a laissé en signe de l’Alliance éternelle. »
Le Curé d’Ars disait : « Quel que soit le prêtre, c’est toujours l’instrument dont le bon Dieu se sert pour distribuer sa Parole et son corps".

Chers Pères,

Nous sommes des instruments sacrés, le don du Saint Esprit pour son Église. Personne ne peut être cet instrument s’il n’a reçu cet appel gratuit de Dieu. Cela ne vient pas de notre savoir-faire, de notre habileté, de nos parents. C’est ce que nous lisons dans l’évangile du jour.
En effet, Jésus après une journée de prédication et une nuit de prière, se rend au bord de la Mer de Galilée. Il vit deux frères, Simon celui qu’il appellera Pierre et son frère André. Ils jetaient un filet dans la mer. L’Evangile précise bien : un filet pour signifier l’unité dans l’action. Jésus leur dit « suivez-moi et je vous ferai pêcheurs d’hommes. Plus loin il vit deux autres Jacques et son frère Jean eux ils étaient avec leur Père Zébédée. Les trois étaient dans une barque : encore unité de l’action. Il appelle les deux seulement, il n’a pas appelé leur père, car leur père avait déjà une autre vocation, il ira rejoindre leur mère, cette mère qui reviendra voir ses deux fils à l’école de Jésus pour lui demander de faire tout ce qui était possible pour que ses deux fils soient assis, dans son royaume, l’un à sa droite et l’autre à sa gauche. (Mt 20,20). Nous savons ce que Jésus lui a répondu : "être assis à ma droite ou à ma gauche relève du vouloir de mon Père ; pour le moment, les deux frères sont appelés à être des instruments dans la main de Jésus pour annoncer la Bonne Nouvelle pour le salut du monde".

Chers Pères, Prêtres de Jésus Christ,

L’appel à être des instruments pour le salut du monde par le Christ, nous a rejoints, nous aussi, individuellement, par la grâce et par l’amour du cœur de Jésus. Nous voici à la suite de l’immense cortège de nos aînés qui, depuis des siècles, ont entendu l’appel du Seigneur et ont reçu comme gage de force en leur faiblesse d’hommes, l’onction dans l’Esprit Saint. Le Christ, envoyé par le Père pour racheter les hommes, choisit à son tour dans le monde des hommes, et les établit, afin que, remplis de la puissance de l’Esprit-Saint, ils rassemblent leurs frères et sœurs, les sanctifient et les guident vers le Seigneur.
Tel est notre appel, telle est notre mission.

À nous aussi le Christ a dit, et dit encore :

« Venez à ma suite, je vous ferai pêcheurs d’hommes ». Il n’a pas dit « Soyez des pêcheurs d’hommes mais je ferai de vous des pêcheurs d’hommes. L’appel doit être toujours une invitation à aller à l’école de celui qui appelle, et une invitation à compter sur sa force. Autrement dit : « sans moi, vous ne pouvez rien faire. Mais si vous demeurez en moi, vous porterez beaucoup de fruit ».

Comment pouvons-nous demeurer en Lui ? La voie la plus sûre est la prière avec ses différentes formes que sont : la méditation, l’adoration et surtout la célébration quotidienne de l’eucharistie, sans oublier la fréquentation régulière du sacrement de la réconciliation. Pour le prêtre, célébrer la messe chaque jour, c’est ouvrir chaque jour le cadeau de Jésus. Un prêtre m’a dit un jour ceci : « chaque fois qu’il va ouvrir le tabernacle, il dit : je vais prendre le cadeau que Jésus me donne aujourd’hui »

On raconte à ce propos qu’une vieille paroissienne avait offert à un prêtre un cadeau pour son 50e anniversaire d’ordination. Le prêtre a conservé ce cadeau bien enroulé dans son armoire et au moment de son décès on a retrouvé le cadeau encore tout neuf au fond de son armoire. Que contient le paquet cadeau ? Un chèque de 100.000$ avec une note de la vielle paroissienne. Monsieur le Curé, pour votre voiture et celle de votre vicaire voici une enveloppe ; c’est une partie de l’héritage que m’ont légué mes parents. Priez pour moi quand je ne serai plus de ce monde. Priez aussi pour mes parents défunts. Ce chèque a fait 14 ans dans l’armoire du curé. (Or dans le système bancaire la validité d’un chèque c’est un an 7 jours. Au-delà de ce temps le banquier a le droit de réclamer une actualisation du chèque, un autre chèque, même si en principe a une durée de vie indéterminée). Or la vielle dame est décédée quelques semaines après avoir fait ce cadeau à son Curé. Pour la petite histoire, ce curé demande toujours à son évêque de lui procurer une voiture pour la mission. S’il ne peut pas lui trouver une petite voiture d’occasion qu’il achète au moins une moto à son vicaire pour les stations.

Chers Pères

En ce jour, où nous faisons mémoire de l’onction qui nous a configurés au Christ, demandons à l’Esprit Saint la grâce de tenir en éveil la mémoire du Seigneur, et la grâce de raviver sans cesse le don du sacerdoce. La grâce de recueillir le cadeau divin caché dans le tabernacle. Que l’Esprit Saint renouvelle l’Esprit de Sainteté par lequel nous avons reçu l’onction. Que l’huile sainte bénie en ce jour devienne pour tous une huile de joie, la joie du Seigneur mort et ressuscité.

Amen.

 

Date de publication: 2021-03-31 00:00:00 Version Imprimable