DIOCESE DE KPALIME
DÉCISION-NOMINATION- 2020- 2021  *Thème de l'année pastorale 2019-2020 : Marchons à la suite du christ: adorons-le, annonçons-le louons-le  *Suivez nous sur notre page facebook  *Mgr ALOWONOU souhaite une fructueuse année pastorale à tous les ouvriers de la moisson dans le Diocèse de Kpalimé.

DÉCISION-NOMINATION 2020- 2021

Lire la nomination



THÈME DE L'ANNÉE PASTORALE 2019-2020
MARCHONS À LA SUITE DU CHRIST: ADORONS-LE, ANNONÇONS-LE LOUONS-LE
PRIÈRE POUR LE JUBILÉ D’ARGENT DU DIOCÈSE DE KPALIMÉ
Dieu notre Père, nous te rendons grâce et nous te bénissons pour notre Église diocésaine, ta sainte famille que tu as rassemblée chez nous à Kpalimé, voici 25 ans.
FAISONS UN DON POUR HATER L'AVENEMENT DU SANCTUAIRE DE NOTRE DAME DE LA CONFIANCE DANS NOTRE DIOCESE
1 BANC = 28 000 FCFA SOIT 45 EUROS
SANCTUAIRE MARIAL
Prière pour l'avènement du Sanctuaire de Notre Dame de la confiance dans notre Diocèse.
ANNUAIRE DIOCESAIN 2019-2020
Actualités : HOMELIE DU 19ème DIMANCHE DU TEMPS ORDINAIRE – ANNEE A / RP ROMEO YEMSO (SVD)

Jésus dans nos tempêtes : La Puissance Silencieuse qui nous habite.
Bien aimés dans le Christ Jésus,
En ce 19ème Dimanche, les textes liturgiques nous révèlent la Puissance, la Présence de son Fils que le Dieu Très Miséricordieux offre comme Don Total à toute l'humanité sans oublier ou nier la primauté et l'élection du peuple Israël. Ces textes non seulement nous présentent Jésus comme le vrai visage du Père par trois images (Seul pour la prière, la présence permanente, et enfin vraiment Tu es le Fils de Dieu, Mt 14, 22-33) mais suscitent en nous certaines interpellations et exhortations pour notre vie chrétienne qui sombre parfois ou souvent au milieu des vagues, des tempêtes, du chaos, dans les désespoirs, les difficultés, les vents contraires, dans la conjugaison contradictoire de certaines vérités sur Dieu et son Église;

En effet, dans la 1ère lecture (I R19, 9.11-13), le prophète Elie malgré sa fuite dans le désert, rencontre Dieu à Horeb (Sinaï) où Dieu s'était révélé à Moïse il y a quatre siècles de cette époque-là. Dieu dit à Elie : « Sors et tiens-toi sur la montagne devant le Seigneur, car il va passer ». A celui qui brûle d'un amour passionné, d'un cœur d'indignation pour Dieu, Dieu manifeste sa tendresse, sa compassion, sa miséricorde au-delà de ce que les autres peuvent imaginer. Nous les humains et soi-disant spécialistes de Dieu, nous pensons le rencontrer dans de grands événements, de grandes réalisations, de grands mystères et miracles mais Dieu se révèle dans la brise légère, le simple murmure plutôt que ce soit dans l'Ouragan ou le tremblement de terre, ou dans le feu. Il s'avère que Dieu est là où nous l'attendons le moins. Aussi, du mont Horeb Dieu révèle l'avenir du peuple Israël dans toute sa vérité tragique : Israël est appelé à disparaître mais il y aura un « Petit Reste » pour le Dieu Miséricordieux. Les temps de gloire depuis David sont devenus histoire. Cependant cette révélation avec ses vérités sur la mission des prophètes bibliques s'avèrent actuelles et urgentes pour nous aujourd'hui dans notre monde de COVID-19: ils ont essayé de combattre l'infidélité du peuple d'Israël- ils ont fait appel à la conversion du coeur que nous parlons et chantons en termes de changement de mentalité, de Métanoïa, du renouveau charismatique dans nos églises et communautés chrétiennes - ils ont partout parlé du merveilleux avenir que Dieu réservait au «Petit Reste» d'Israël, suite à la destruction de leur Royaume terrestre en Palestine. Nous pensons que la première révélation que Dieu nous donne c'est de connaître notre propre histoire quelle que soit sa teneur (mauvaise, tristes, glorieuse) ou sa courbe ; ensuite accepter et assumer cette histoire. C'est ainsi que nous pouvons parler de progression, de changement, ou de développement qui ne se repose que sur la paix intérieure en nous, la confiance en nous et en Dieu. Sinon, de nos jours, nous pouvons avoir la plus grande industrie de dogmes, de morales, de talents pour soi-disant servir ou manifester Dieu aux nations, nous pouvons commencer à marcher sur les mers mais tant que nous ne bâtirons pas cette confiance, cette intimité avec Dieu et son Église, nous serons toujours à l'image de Pierre qui s'enfonçait à la vue de la foule et aux yeux du monde.

Bien aimés dans le Christ Jésus, au travers l'évangéliste Mt (Mt 14, 22-33) Jésus marche sur la mer, sur les forces du mal, sur les démons et ses propres disciples le qualifient « d’un fantôme », il est dans les nuages, Jésus n'a pas les pieds sur terre et est incompatible avec les prétentions de ses disciples car il ne répond pas à leurs intérêts. Par contre lui, tout comme à nous, il leur dit simplement « Confiance ! C'est moi ; N'ayez plus peur !» Devant tous les cris de la foule de lui faire Roi, Jésus n'est pas manipulé, il ne tremble pas et ceci fait allusion à Moïse devant le buisson ardent avec la formule énigmatique :« Je suis » (L'ego Émi). Mais quel enseignement Mt nous donne à travers la marche de Jésus sur la mer ? Pouvons-nous tirer quelques implications pour notre vie d’aujourd’hui ?

Disons que Mt met l'accent sur le manque de foi de Pierre en laissant de côté ses doutes car une foi fondée et solide maîtrise la peur, le danger des croyances et de superstitions. De plus signalons ici que ce récit est aussi raconté pas Mc (Mc 6, 45-56) et Jn (Jn 6, 15-21) et l'ont placé après la multiplication des pains. C'est pourquoi certains exégètes pensent qu'il s'agit d'un récit de Jésus Ressuscité qu'ils ont placé plutard dans le contexte de la vraie vie. D'ailleurs, la confession finale de l'évangile nous le confirme bien que c'est peut-être un récit pascal car c'est seulement après l'expérience de la résurrection que les apôtres ont avoué la divinité de Jésus : « Vraiment, Tu es le Fils de Dieu » Oui ! Homme de peu de foi, nous dit Jésus le Nouveau Moïse ! Une fois de plus, il réserve ses reproches à ses meilleurs amis (Mt 6, 30 ; 8, 26 ; 16, 8 ; 17, 20), comme pour nous interpeller que notre foi laisse vraiment à désirer. Il nous faut prière, rentrer dans la sphère de la majesté divine, rester dans l'intimité avec Dieu pour surmonter les difficultés de la vie. Nous voyons Jésus au sommet de la montagne pendant que ses disciples et la foule sont demeurés au pied de celle-ci espérant y trouver des assurances matérielles : Peut-être les disciples pour question de pouvoirs « qui est les plus grand parmi eux » ? Peut-être la foule pour le manger car Jésus venait de la nourrir ?

Cependant, nous ne devons jamais confondre la foi avec la simple affirmation théorique de vérités ou de principes. Certes, la foi implique une vision de la vie et une conception particulière de l'être humain, de sa tâche et de son destin ultime. Plus, être croyant/croyante est quelque chose de plus profond et de plus radical. Et elle consiste, tout d'abord, en une ouverture confiée à Jésus-Christ, toujours en prières comme sens ultime de notre vie, critère définitif de notre amour pour nos frères/sœurs et ultime espérance et charité de notre avenir. Nous pouvons donc être un vrai croyant/une vraie croyante et ne pas pouvoir formuler avec certitude certains aspects de la conception chrétienne de la vie. Et, il est également possible d'affirmer avec une certitude absolue les différentes vérités chrétiennes et de ne pas nous donner réellement à Dieu dans une attitude de foi. Mt décrit la vraie foi en présentant Pierre, qui « marchait sur l’eau » en s'approchant de Jésus. Marchons sur l'eau et non sur la terre ferme peut-être compris comme abandonnons notre existence, notre confiance en Dieu et non dans nos propres raisons, arguments et définitions.

Oui ! Seigneur au milieu des vagues, des tempêtes et des difficultés de la vie, ordonne-nous de venir vers toi sur les eaux. Oui ! Nos cœurs, nos bagages sont surchargés, nous nous s'enfonçons au fond des eaux, Seigneur aies pitié de nous et viens nous sauver. Aide-nous à nous dépasser de nos assurances mondaines en fixant notre regard sur toi surtout lorsque que nous marchons sur la mer comme Pierre.


Que devant la Lumière du Verbe et l'Esprit de Grâce se dissipent les ténèbres du péché et la Nuit de l'incroyance. Et que l'Amour de Jésus habite dans nos cœurs. Amen !


P. Roméo YEMSO, Svd.

Date de publication: 2020-08-08 00:00:00 Version Imprimable