DIOCESE DE KPALIME
DÉCISION-NOMINATION- 2021-2022  *Thème de l'année pastorale 2021-2022 : Accueillons la parole du Christ, devenons ses amis. *Suivez nous sur notre page facebook  *Mgr ALOWONOU souhaite une fructueuse année pastorale à tous les ouvriers de la moisson dans le Diocèse de Kpalimé.
THÈME DE L'ANNÉE PASTORALE 2018-2019
Nous sommes le peuple que sa main conduit. Marchons à la suite du Christ
PRIÈRE POUR LE JUBILÉ D’ARGENT DU DIOCÈSE DE KPALIMÉ
Dieu notre Père, nous te rendons grâce et nous te bénissons pour notre Église diocésaine, ta sainte famille que tu as rassemblée chez nous à Kpalimé, voici 25 ans.
FAISONS UN DON POUR HATER L'AVENEMENT DU SANCTUAIRE DE NOTRE DAME DE LA CONFIANCE DANS NOTRE DIOCESE
1 BANC = 28 000 FCFA SOIT 45 EUROS
SANCTUAIRE MARIAL
Prière pour l'avènement du Sanctuaire de Notre Dame de la confiance dans notre Diocèse.

ANNUAIRE DIOCESAIN 2017-2018
Actualités : HOMELIE DU 17ème DIMANCHE DU TEMPS ORDINAIRE - ANNÉE B / RP EPHAM GABRIEL

Bien-aimés frères et sœurs,
Les textes liturgiques soumis à notre méditation en ce dimanche nous parlent de deux multiplications de pain, réalisées à plusieurs siècles de distance par le prophète Elisée dans la première lecture et par Jésus dans l’Evangile.
La multiplication des pains nous livre un enseignement particulier. Tout repas est le lieu de rencontre, de communion, de fraternité, de joie et de paix avec un autre. Ceux qui mangent au banquet du Christ sont ses invités. En conséquence, ils sont ses amis, ou devraient l’être. Il y a donc un appel à l’amour qui doit relier le Seigneur et les fidèles et les fidèles entre eux. Personne ne peut manger à la table du Christ, s’il n’a d’abord fait un acte de foi et de confiance. Manger devient un acte religieux et un engagement à la suite du Christ et Seigneur. Manger est un signe d’unité, de paix et de joie. C’est pourquoi saint Paul dans sa lettre aux Ephésiens en deuxième lecture montre comment le plan de Dieu, qui est de réunir toute l’humanité en un seul peuple formant le corps du Christ, se réalise dans la vie quotidienne de ceux qui ont accepté Jésus comme Sauveur et Seigneur. Il faut garder l’unité de l’Eglise, vivre chrétien dans un monde divisé.
Le miracle de la multiplication des pains dans l’évangile du jour est parallèle aux cinq autres récits qu’on trouve dans les synoptiques. Comme ceux-ci, Jean voit dans le geste de Jésus rendant grâce et distribuant les pains une anticipation de la cène. Mais il en fait un repas messianique. La multiplication des pains que raconte saint Jean est un signe fort de ce que Jésus vient faire dans son ministère. Il est décentré de lui-même et se préoccupe de donner à manger à ceux et celles qui le suivent. Il le fait ici de façon matérielle, mais sa mission est de les nourrir par sa parole, son exemple et ses enseignements. Quand il dit à ses apôtres « donnez-leur vous-mêmes à manger », ils les invitent à faire eux aussi ce que, lui il a fait. On comprend qu’ils se demandent comment ils feront devant cette foule nombreuse. Pourtant ils le feront dans la confiance en Jésus.
Nous nous demandons comment faire pour rejoindre nos frères et sœurs nombreux qui ont faim non seulement de pain matériel mais de sens à leur vie. La nourriture dont ils ont besoin c’est Jésus lui-même. À nous de les inciter à s’ouvrir à une rencontre personnelle avec Jésus. Ce qui n’est pas toujours facile, même pour ceux et celles qui sont déjà baptisés et disciples de Jésus. Mais cela vaut la peine.
Il s’ajoute à cette merveilleuse réalité de l’action de Jésus toujours vivant au cœur de notre monde, l’assurance que son action dépasse tout ce qu’on peut imaginer. C’est ce que signifient les douze paniers de surplus. L’action de Dieu n’est jamais limitée. La miséricorde de Dieu est infinie. Quand il agit, il le fait avec largesse et abondance. Pour ceux et celles qui apportent leur contribution, qui lui laissent ce qui les attachent loin de lui, il donne le centuple même dans cette vie. (Marc 10, 30)
C’est ce qui arriva à Élisée, l’homme de Dieu, comme nous le raconte la première lecture. Faisant confiance à Dieu avec vingt pains d’orge et du grain frais dans un sac, cent personnes sont nourries « car ainsi parle le Seigneur : ‘On mangera, et il en restera.’ » (2 R 4, 42-44)
Bien-aimés du Seigneur,
Le miracle de pains doit nous servir à nous motiver dans notre vie chrétienne aujourd’hui. Il est important d’aller au message que ce beau récit apporte. Il en est ainsi de tous les miracles de l’évangile de saint Jean qui sont dit évangile des signes. Car les miracles sont des signes pour nous les croyants. Un miracle est un message, un fait où le croyant découvre une parole de Dieu pour lui. Pour l’incroyant, le miracle est une question jamais une « preuve ».
Un signe pointe vers autre chose. On ne regarde pas le signe en lui-même. On regarde vers où il nous conduit. Vous connaissez cette anecdote qui l’illustre bien. Deux amis se promènent le soir et à un moment donné, l’un d’eux lève la main et dit à son compagnon « regarde la beauté de la lune ce soir » et l’autre de répondre, parce qu’il ne regardait que la main de son compagnon, « je ne vois rien, je ne vois que ta main ».
« Quand le sage désigne la lune, l'idiot regarde le doigt.» dit le proverbe. L’idiot ne sait pas voir ce que le signe qui lui est fait indique. Ne faisons pas la même chose avec les miracles de l’évangile qui sont toujours pour nous des signes à déchiffrer bien sûr, mais signes qui nous révèlent des vérités essentielles de notre foi.
Frères et sœurs en Christ, ne sommes-nous pas, en effet, appelés à être nous aussi nourriture pour nos frères et sœurs, pour notre entourage, pour le monde? La personne baptisée ne s’isole jamais. Elle accepte d’être mangée par ceux et celles qui ont besoin de sa présence et de son amour. Ce n’est pas toujours évident, ni toujours facile, mais Jésus nous redit aujourd’hui à chacun et chacune « Donnez-leur vous-mêmes à manger.»

Date de publication: 2021-07-24 00:00:00 Version Imprimable