DIOCESE DE KPALIME
DÉCISION-NOMINATION- 2021-2022  *Thème de l'année pastorale 2021-2022 : Accueillons la parole du Christ, devenons ses amis. *Suivez nous sur notre page facebook  *Mgr ALOWONOU souhaite une fructueuse année pastorale à tous les ouvriers de la moisson dans le Diocèse de Kpalimé.
THÈME DE L'ANNÉE PASTORALE 2021-2022
Accueillons la parole du Christ, devenons ses amis
PRIÈRE POUR LE JUBILÉ D’ARGENT DU DIOCÈSE DE KPALIMÉ
Dieu notre Père, nous te rendons grâce et nous te bénissons pour notre Église diocésaine, ta sainte famille que tu as rassemblée chez nous à Kpalimé, voici 25 ans.
FAISONS UN DON POUR HATER L'AVENEMENT DU SANCTUAIRE DE NOTRE DAME DE LA CONFIANCE DANS NOTRE DIOCESE
1 BANC = 28 000 FCFA SOIT 45 EUROS
SANCTUAIRE MARIAL
Prière pour l'avènement du Sanctuaire de Notre Dame de la confiance dans notre Diocèse.

ANNUAIRE DIOCESAIN 2017-2018
Actualités : MEDITATION DU 26ème DIMANCHE DU TEMPS ORDINAIRE – ANNEE A / RP YEMSO ROMEO (SVD)

MEDITATION DU 26ème DIMANCHE DU TEMPS ORDINAIRE – ANNEE A / RP YEMSO ROMEO (SVD)
Il n'est jamais trop tard pour un départ nouveau dans le Christ : rectifions nos erreurs dans notre vie en Christ.

Bien aimés dans le Christ Jésus,
Nous sommes au 26ème dimanche et l'Eglise notre mère nous adresse un appel pressant et urgent à la conversion de toute notre vie. Par la parabole de deux enfants qui manifeste l'usage des enfants ou des fils d'Israël, dans l'Ancien Testament (A.T.), elle nous invite à corriger nos erreurs, nos fautes pour faire place à la volonté de Dieu. Aussi, tous les textes dans leur ensemble nous adressent un message intéressant et purificateur dans la vision de notre adoration et soumission à la providence, la miséricorde de Dieu Un et Trine. Laisser Dieu agir en nous, peut nous faire penser à combien de fois, pour les causes d'injustice et par manque de responsabilité, nous nous sommes révoltés contre Lui. Évidemment, nous trouverons dans ces pages d'évangile, les pharisiens qui ont su dire « Oui » à la Loi (Torah) mais qui aujourd'hui opposent leur « non » à l'évangile. Et, nous qui proclamons aujourd'hui cette parole de vie, que ferons-nous de notre « Oui », pour admettre que tant de nos « non » se cachent dans nos adhésions de myopes ? L'absence de l'unité dans nos communautés chrétiennes de tout bord nous laisse-t-elle indifférents/ indifférentes dans le Corps Mystique du Christ ? Que ferons-nous pour vivre l'évangile dans ce temps de crises sanitaires, religieuses, sociales…Toutefois la parabole nous appelle avec humilité à ne pas l'interpréter d'une manière moralisante et moraliste car de ce point de vue, aucun des deux enfants du père n'a suivi à la lettre ce qu'il venait de lui dire. Les bons chrétiens/ les bonnes chrétiennes et puis les autres ! Les bons religieux/ les bonnes religieuses et puis les autres ! Les bons pasteurs, les bons prêtres et puis les autres !

Bien aimés dans le Christ Jésus, résumons ici le contexte dans lequel Jésus par l'image des grands prêtres et les anciens du peuple s'adresse à nous aujourd'hui qui accueillons cette Bonne Nouvelle du Salut dans cette crise sanitaire de Coronavirus, ce mal qui paralyse l'homme dans plusieurs domaines de la société. Tout d'abord, Jésus venait d'achever la « purification du temple ». C'est à la suite de cela que les grands prêtres et les anciens du peuple lui demandent avec quelle autorité il agit ainsi. Il leur répond par une autre question : « Le baptême de Jean était-il ? Du Ciel ou des hommes ?» (Mt 21, 25) Ils n'osent pas répondre et Jésus leur dit cette parabole. Peut-être, l'évangéliste Mt s'efforce à la fois de justifier que la communauté chrétienne s'est écartée du programme religieux des juifs, de la vraie vision du judaïsme, mais aussi il veut avertir la nouvelle communauté, qu'elle ne doit pas tomber dans les mêmes pièges de sainteté apparente des responsables du judaïsme.
En effet, avec tout ce que nous savons et connaissons de cette vie humaine, il est très dangereux et vaniteux de se croire parfait ou de se voir comme des saints, des agneaux sans taches, qui font la volonté de Dieu. Une pensée populaire nous le souligne si fort : « Si tout le monde connaissait le passé de tout le monde, et bien, tout le monde fermera sa bouche ». Notre vie ici est l'ensemble nos « oui » et nos « non » parfois contradictoires et puisque nous sommes de nature limités et imparfaits en toutes choses, nous devons nous s'ouvrir à la mouvance de l'Esprit de Dieu. Cela ne nous nous épargne pas d'être responsables de nos actes surtout que Dieu le Créateur nous a donné la faculté d'être des fils, des enfants libres : la liberté et le libre arbitre en l'homme. Par ailleurs, l''Évangile ne nous invite pas à dire d'abord non, puis oui après. L'idéal serait de dire oui et de faire ; mais la chose la plus merveilleuse et surprenante à propos du message est précisément ceci : Dieu comprend notre limitation, notre faiblesse et admet la possibilité de rectification, de correction « Mais ensuite, s'étant repenti, il y alla. » (Mt 21, 29). L'important est de découvrir nos défauts et de les corriger. Et c'est là le comble de tout : notre manque d'humilité et notre orgueil à haute dose. La théorie pure est inutile, seule la vie sauve. Ce que nous disons ou ce que nous proclamons sont des paroles creuses, tant qu'elles ne sont pas accompagnées d'une attitude vitale qui se manifestera inévitablement dans les œuvres. D'ailleurs l'Évangile de Jean, Jésus met ses œuvres comme dernière instance : « Si vous ne me croyez pas, mais croyez au moins à mes œuvres ». (Jn 14, 11) Dans ce houleux combat, Jésus leur dit sévèrement ce qui suit : « Amen, je vous le déclare : les publicains et les prostituées vous précèdent dans le Royaume de Dieu. Car Jean le Baptiste est venu à vous sur le chemin de la justice, et vous n’avez pas cru à sa parole ; mais les publicains et les prostituées y ont cru. Tandis que vous, après avoir vu cela, vous ne vous êtes même pas repentis plus tard pour croire à sa parole. » (Mt 21, 31-32). Les publicains et les prostituées étaient les personnes les plus dénigrées et détestées de la religion juive. Et qu'en est-il aujourd'hui dans nos religions ? dans notre société ? Surtout lorsqu'on vous voit faire Amitiés avec ces deux catégories de personnes ?
Bien aimés dans le Christ Jésus,
Nous devons dire que notre foi se concrétise dans nos faits et par nos actions. Nos mots sont très peu utiles. La praxis, la pratique l'emporte toujours sur la théorie.
Nos attitudes religieuses sont parfois incohérentes. De notre petite expérience pastorale, permettez-vous d'insinuer ici que notre Terre est toujours de la première évangélisation depuis l'arrivée et l'accueil de l'Évangile chez nous. On pourrait voir une religion de rites, de doctrines et de préceptes depuis plus 128 ans (cas du Togo, par la présence de la SVD). La preuve, dès le baptême, nous disons : « oui, je pars », mais nous restons toujours là où nous sommes. Il suffit de voir ce que l'on entend par « pratiquants et non pratiquants » pour réaliser que cela n'a rien à voir avec la vraie vie. Nous tournons de plus en plus autour du pot et nous éloignons de la racine de l'Évangile. Nos bouches et parfois nos églises se remplissent de proclamations pompeuses que nous sommes chrétiens/chrétiennes, mais il y en a beaucoup qui, sans l'être, accomplissent l'Évangile beaucoup mieux que nous. Nos sociétés sont remplies de chrétiens/chrétiennes et pourtant le pharisaïsme et la corruption sont devenus monnaies courantes parmi nous, et nous tenons pour acquis que parler de l'Évangile, ou en entendre parler, suffit à soulager notre conscience. Il y a un dicton qui l'exprime très bien : « N’écoute pas ce que disent les gens, mais voit leurs actions, les actes et tu comprendras tout d’eux ».
Que cet évangile nous purifie de nos erreurs, de nos fautes, et nous donne la grâce de vivre une vie d'humilité, d'ouverture, d'obéissance à la volonté de Dieu dans sa Miséricorde et dans sa Providence.

Que devant la Lumière du Verbe et l'Esprit de Grâce se dissipent les ténèbres du péché et la Nuit de l'incroyance. Et que l'Amour de Jésus habite dans nos cœurs. Amen !


P. Roméo Yémso, Svd.

 

Date de publication: 2020-09-26 00:00:00 Version Imprimable