DIOCESE DE KPALIME
DÉCISION-NOMINATION- 2021-2022  *Thème de l'année pastorale 2021-2022 : Accueillons la parole du Christ, devenons ses amis. *Suivez nous sur notre page facebook  *Mgr ALOWONOU souhaite une fructueuse année pastorale à tous les ouvriers de la moisson dans le Diocèse de Kpalimé.
THÈME DE L'ANNÉE PASTORALE 2021-2022
Accueillons la parole du Christ, devenons ses amis
PRIÈRE POUR LE JUBILÉ D’ARGENT DU DIOCÈSE DE KPALIMÉ
Dieu notre Père, nous te rendons grâce et nous te bénissons pour notre Église diocésaine, ta sainte famille que tu as rassemblée chez nous à Kpalimé, voici 25 ans.
FAISONS UN DON POUR HATER L'AVENEMENT DU SANCTUAIRE DE NOTRE DAME DE LA CONFIANCE DANS NOTRE DIOCESE
1 BANC = 28 000 FCFA SOIT 45 EUROS
SANCTUAIRE MARIAL
Prière pour l'avènement du Sanctuaire de Notre Dame de la confiance dans notre Diocèse.

ANNUAIRE DIOCESAIN 2017-2018
Actualités : MEDITATION EN LA SOLENNITE DU SAINT SACREMENT, CORPS ET SANG DU CHRIST / RP AMEWU OSCAR

MEDITATION EN LA SOLENNITE DU SAINT SACREMENT, CORPS ET SANG DU CHRIST / RP AMEWU OSCAR
Le saint sacrement, sublime amour divin
Chers lectrices et lecteurs,
Aujourd’hui l’Eglise célèbre le grand mystère de l’Eucharistie que nous appelons avec foi, le Très Saint Sacrement ; sacrement que notre sauveur, le Seigneur Jésus Christ, à la dernière Cène, la nuit où il était livré institua pour perpétuer le sacrifice de la croix au long des siècles, jusqu’à ce qu’il vienne, et en outre pour confier à l’Église, son Épouse bien-aimée, le mémorial de sa mort et de sa résurrection : sacrement de l’amour, signe de l’unité, lien de la charité, banquet pascal dans lequel le Christ est mangé, l’âme est comblée de grâce, et le gage de la gloire future nous est donné. Saint Jean Paul II dira que « l’Eglise vit de l’Eucharistie ».

L’Eucharistie comme souvenir
L’Eucharistie, c’est d’abord la fête du souvenir : « Faites ceci en mémoire de moi ». Le texte du Deutéronome (1ère lecture) commence par les mots : « Souviens-toi… ». Cette lecture rappelle que Dieu a accompagné son peuple dans le désert, l’a abreuvé de l’eau du rocher, et l’a rassasié d’un pain inconnu qu’ils nommèrent «la manne ». Mais dans les moments difficiles ce peuple perd souvent courage et oublie les merveilles que le Seigneur ne cesse d’accomplir pour lui. Le livre du Deutéronome joue donc le rôle d’éveilleur pour rafraichir la mémoire aux Hébreux et à tous ceux qui à cause des évènements de la vie ont fait la douloureuse expérience de l’amnésie spirituelle : « Souviens-toi que Dieu t’a libéré de ton esclavage d’Égypte. Souviens-toi de tout le chemin que Yahvé ton Dieu t’a fait parcourir pendant quarante ans dans le désert. »
Quand tout va bien, quand la prospérité fait partie de la vie, que la santé est excellente, on devient facilement auto-suffisant et on a l’impression de n’avoir plus besoin de Dieu. Il est difficile de se souvenir de Dieu dans une période de vache grasse ou de bien-être !
Les textes d’aujourd’hui nous rappellent qu’un regard sur notre passé, une introspection nous aide à reconnaître la présence de Dieu dans nos vies et nous permet d’envisager l’avenir avec confiance. « Souviens-toi de Jésus Christ ressuscité d’entre les morts, il est notre salut, notre gloire éternelle »
L’Eucharistie dans l’esprit d’amour et de communion
Le pain que nous rompons n’est-il pas communion au Corps du Christ ? (1Corinthiens 10, 16). De même que ce corps est uni au Christ, de même nous le sommes, nous aussi, par ce pain. Nous qui communions à Jésus, sommes pris dans son élan d’amour. Nous n’offrons rien puisque c’est le Seigneur qui se donne. Nous recevons et c’est en recevant que nous sommes à notre tour offert pour les autres, comme Jésus. Devenus son corps, c’est lui qui se donne encore (en nous) pour les autres. Ce n’est plus nous qui vivons, mais le Christ en nous. Ce n’est plus notre vie mais la sienne pour les frères et sœurs.
En effet, sur l’autel le pain est rompu réellement mais selon la pertinente remarque de Saint Chrysostome, Il n’en fut pas ainsi sur la Croix, conformément à cette parole de l’Écriture : Ils ne rompront pas ses os (Jean 19, 36). Ce que le Christ n’a pas souffert sur la croix, il le permet à l’autel à cause de toi : il se laisse partager, afin de se donner à tous. Voici ce que l’Apôtre ajoute : Nous ne sommes tous ensemble qu’un seul pain et un seul corps (1Corinthiens 10, 17). Nous sommes ce corps lui-même. Nous communions pour que l’humanité soit rassemblée, réconciliée, pour que les hommes vivent en un seul corps, en communion. « Quand nous serons nourris de son corps et de son sang et remplis de l’Esprit Saint, accorde-nous (Seigneur) d’être un seul corps et un seul esprit dans le Christ » (prière eucharistique III). Le grand S. Augustin, en parlant de l’Eucharistie, s’exclamait : « O mysterium unitatis, o vinculum caritatis»… O mystère de l’unité, o lien de la charité!
« Je vous exhorte donc, frères par la miséricorde de Dieu, à offrir vos personnes en hostie vivante, sainte, agréable à Dieu : c’est là le culte spirituel que vous avez à rendre » (Rm 12, 1)
La célébration du Corps et du Sang du Christ est donc très importante parce qu’elle souligne la valeur unique de nos rencontres dominicales. C’est une fête qui nous invite à nous souvenir du rôle primordial que Dieu joue dans notre vie. Elle nous aide aussi à devenir de plus en plus une véritable communauté, dans l’unité et la diversité. Si nous partageons la vie du Christ, notre vie aura un goût d’éternité car selon l’évangile Si quelqu’un mange de ce pain, il vivra éternellement.
Joyeuse fête Dieu à tous et à chacun !

Date de publication: 2020-06-13 00:00:00 Version Imprimable